Il se déchaîne sur son amie.

Violences conjugales : 3919Un homme de 29 ans vient d’être condamné à six mois de prison ferme. Un soir de violence, il s’était acharné sur sa compagne à coup de chaussures, d’insultes et de crachats.

Denis, 29 ans, est du genre violent. « J’ai un problème de nerfs », a-t-il tout juste concédé devant le tribunal correctionnel de Toulouse où il comparaissait pour violences envers sa concubine. Fin juillet, dans leur appartement de Muret, le jeune homme s’était littéralement acharné sur sa compagne. Au cours d’une soirée en boite de nuit, le couple se dispute pour un motif futile. Denis colle alors violemment sa concubine contre un mur puis décide de rentrer.

Une fois le couple arrivé dans le hall de son immeuble, Denis n’est pas décidé à en rester là. Il interdit à sa concubine de prendre l’ascenseur et la laisse monter les étages à pied. Puis, dans le huis clos de leur appartement, Denis va se déchaîner. « Il m’a insultée, traitée de grosse pute puis il est sorti de la pièce, relate, lunettes noires sur le nez, la victime Alors, j’ai reçu une chaussure au visage puis d’autres objets. » L’œil de la jeune fille gonfle, le sang afflue, elle est défigurée. « Il ne se contrôlait plus. Il cassait des verres et des assiettes. Il me faisait mal. » La jeune fille tombe alors sur le canapé. Denis grimpe à son tour. Il utilise ses tibias pour bloquer les bras de sa concubine et lui crache dessus.

« Pourquoi avoir jeté ces projectiles ? » a interrogé, lors de l’audience, la présidente du tribunal. « Je ne voulais pas lui porter de coups parce que c’est une femme… » Et de clamer son amour : « Elle était le soleil de ma vie ». La jeune fille s’en sortira avec pas moins de six jours d’interruption de travail.

Pour le procureur Labiale, une question se pose : « Amour éternel ou violence éternelle ? La prison est une solution adaptée au risque de réitération, estime-t-elle. Cet homme est dangereux. » Denis a écopé de 6 mois de prison ferme.

Les chiffres

  • 2,5 jours : c’est la fréquence à laquelle une femme meurt sous les coups de son compagnon en moyenne par an.
  • 75 000 : c’est le nombre de femmes victimes de viol chaque année.
  • 20% : c’est la part des homicides commis en France qui seraient dus à des violences conjugales.

En France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son mari ou de son compagnon.

Que vous soyez victime ou témoin de violences conjugales, appelez le 3919. Vous serez conseillé et informé sur les démarches à suivre. Coût d’un appel local. 
Ouvert du lundi au samedi de 8h à 22h, les jours feriés de 10h à 20h.

Source La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *