Le SAV Carrefour de Portet sur Garonne ne rouvrira pas.

SAV Carrefour Portet sur GaronneLe juge des référés du tribunal de grande instance de Toulouse a rejeté vendredi la demande des salariés de rouvrir le service après-vente Sud-Ouest de Carrefour, situé à Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne), près de Toulouse, a-t-on appris auprès du comité d’établissement du SAV.

« Le tribunal a rejeté notre demande et ordonné le paiement intégral des salaires et le paiement de la prime de productivité maximale. Pour le tribunal, l’employeur n’a pas obligation de fournir du travail et ce n’est pas la dispense d’activité qui est à l’origine des troubles psychosociaux dans l’entreprise, mais le projet de fermeture. Selon lui, ce n’est pas en rouvrant le site qu’on lèverait les risques psychosociaux », a indiqué dans un communiqué le comité d’établissement.

« Nous sommes déçus par cette décision qui va à l’encontre de la jurisprudence. Pour nous, l’exécution d’un contrat de travail c’est être payé pour un travail que l’on fournit », a déclaré Maryline Poulain, trésorière CFDT du comité d’établissement du SAV Sud-Ouest de Carrefour, précisant que les salariés se réservaient la possibilité de faire appel. Opposés à la « fermeture sauvage » du dernier SAV intégré de Carrefour, les 22 salariés de Portet-sur-Garonne, en dispense d’activité rémunérée depuis le 1er juillet, ont occupé jour et nuit leur site du 30 juin au 11 juillet.

Les salariés du SAV Sud-Ouest, en conflit avec leur direction depuis novembre 2007, date à laquelle le groupe a annoncé la fermeture de quatre de ses sept services après-vente en France, dont celui de Portet-sur-Garonne, dénoncent depuis plusieurs années « la politique de tension exercée par Carrefour pour obliger le personnel à partir afin de préserver l’image du groupe ». Ils s’appuient sur un rapport rendu en octobre 2010 par la Médecine du travail où sont pointées « des situations de travail hors normes fortement délétères pour la santé physique et mentale des salariés ».

De son côté, le groupe de distribution explique cette réorganisation des SAV par « l’évolution des habitudes de consommation, les consommateurs renouvelant plus rapidement leurs équipements au détriment de la réparation ». Selon Carrefour, les mesures d’accompagnement ont permis de reclasser en interne ou en externe 225 salariés, soit 91% des effectifs concernés.

Source Associated Press

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *