Deux kebabs fermés par la Mairie de Toulouse.

Chicken Food Restaurant Kebab à ToulouseDeux sandwicheries kebabs de la rue Bayard, à Toulouse, viennent d’être fermées par le service d’hygiène de la mairie chargé du contrôle des restaurants.

De la viande avariée sur le sol, une température inadéquate, pas de traçabilité des produits, pas de savon ni d’essuie-mains… et des cafards pour faire bonne mesure. Lorsqu’ils ont rendu visite au Chicken Food, un kebab situé au 28, rue Bayard, à Toulouse, le 10 août, les inspecteurs du service communal d’hygiène et de santé n’ont pas chômé. Les manquements étaient si sérieux que l’établissement a été fermé en urgence par un arrêté du maire, une procédure expresse réservée aux cas graves.

Sur sa vitrine, le commerçant, que nous n’avons pu rencontrer, a apposé une affichette indiquant que la sandwicherie est fermée pour « congés annuels du 11 au 25 août ». Plus exactement, il ne pourra rouvrir qu’une fois le resto mis aux normes.

Fermetures exceptionnelles

Hasard du calendrier, un autre kebab de cette partie de la rue Bayard proche des boulevards, L’Amazigh, mitoyen du précédent, situé au n° 26, vient lui aussi d’être fermé. Cela faisait un moment que cette enseigne était dans le collimateur du même service d’hygiène et de santé. Un premier avertissement lui avait été adressé en octobre. Puis d’autres. Faute de réaction du commerçant, la sandwicherie a été contrainte de tirer le rideau, par arrêté préfectoral cette fois-ci. Et elle ne pourra pas rouvrir avant quatre semaines. Ici, les inspecteurs ont constaté un manque de propreté, une absence de traçabilité, un stockage de marchandises destinées à être jetées…

Chaque année, 700 à 800 contrôles sont effectués dans la Ville rose par les 17 inspecteurs du service communal d’hygiène et de santé. En 2010, 250 mises en demeure ont été adressées. « Généralement, les commerçants réagissent. Les fermetures sont exceptionnelles. Il y en a moins de cinq par an », affirme le Docteur Valérie Cicchelero, la directrice d’un service somme toute peu connu et dont l’hygiène alimentaire n’est qu’une des multiples missions. Les contrôles sont effectués de façon « régulière et inopinée », précise-t-elle.

Source La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *