A la rencontre de Didier Barbelivien.

didier-barbelivienNotre newser a eu la chance d’interviewer ce mercredi, Didier Barbelivien avant son concert intimiste de vendredi à la Grande Halle de L’Union. Rencontre avec l’homme de « toutes les filles que j’ai aimé avant ».

Son dernier album rend hommage à grands nombres de chanteurs nationaux et internationaux.

Votre dernier album rend hommage à grand nombre de chanteurs nationaux et internationaux. Avez vous réussi à intégrer tous vos chanteurs préférés ?
Je n’ai pas pu intégrer tout mes préférés sinon j’aurai fait un triple album. J’ai enregistré quelques autres titres mais qui ne sont malheureusement pas sur l’album par soucis technique.

Sur divers articles, j’ai vu que vous faisiez participer le public lors de vos concerts. Pourquoi ce contact avec vos fans vous plait-il autant ? 
Chaque concert est unique, le public représente 50% du spectacle, cette participation grandit au fur et à mesure des chansons, c’est incontournable.

Vous êtes à la fois auteur, compositeur et interprète. Parmi la nouvelle génération de chanteurs aimeriez vous écrire pour certains d’entre eux ?
Oui, j’aimerai leur écrire des chansons, mais la plupart d’entre eux écrivent leurs textes comme Raphaël, Bénabar, Calogéro et bien d’autres.

Aimeriez vous faire des duos ? Avec qui?
J’adore faire des duos mais je ne cherche pas à les provoquer. J’en ai fait un d’ailleurs il n’y a pas si longtemps avec Natacha Saint Pier sur une chanson de Jean Ferrat.

On constate que vous préférez les concerts intimiste plutôt que les grosses productions, est ce le cas ? 
On m’a proposé des grandes salles mais je refuse, je préfère des petites salles de maximum 1500 personnes, cela permet une meilleure connexion avec le public.

Papa de jumelles depuis un an, ce n’est pas trop dur de concilier vie privée et vie publique? 
Non ce n’est pas dur de concilier les deux, même si je ne dors pas beaucoup. (Rires)

Vous avez reçu un disque de platine il y a quelques jours et avez eu de nombreuses récompenses par le passé, cela vous fait-il toujours aussi plaisir ?
C’est toujours bien de recevoir des récompenses, même si je ne sais plus où les mettre… (Rires) Pour moi une récompense, c’est la reconnaissance d’un public, j’imagine que plus de 200 000 personnes ont acheté mon album et l’écoutent un peu partout , et ça me touche beaucoup.

Vous serez à Toulouse vendredi pour un concert, connaissez vous cette ville aux multiples facettes ? 
Je connais Toulouse. J’ai déjà enregistré dans les studios toulousains. Quand j’écoutais Claude Nougaro chanter « Ô Toulouse », il me faisait voyager dans cette belle ville juste avec ces paroles. Et quand je suis venu la première fois sur la place du Capitole, j’ai été stupéfait car l’ambiance de la chanson et les paroles étaient justes, sans mensonge.

Sur ces quelques mots échangés, il nous promet vendredi un concert merveilleux en toute simplicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *