Le premier tournage à Francazal a débuté jeudi.

Premier tournage à Francazal ToulouseCe week-end nous étions présent sur le premier tournage à Francazal. Il s’agit d’un projet du nouveau label toulousain Boom Records.

Depuis jeudi, le tournage d’un clip musical entièrement scénarisé se produit sur l’ancienne base militaire de Francazal. A l’initiative d’un nouveau label toulousain de rock français, Boom Records met les petits plats dans les grnads et avance rapidement vers ses objectifs. Cette petite structure, sous couvert associatif, née en novembre de l’année dernière, ne désamplit pas depuis quelques mois. Après avoir signé deux groupes toulousains, elle s’attaque à une production à l’hollywoodienne pour l’un d’entre eux. Le label a déposé un nouveau concept, le « road album », c’est à dire un enchaînement de titres qui, à travers écriture et leur mise en scène, racontent une histoire. Le film rend hommage à sa façon à Tarantino, s’inspirant de son travail et de sa façon de tourner.

Les « Bad Pigeons » font rapidement leur nid et se sont posés quelques jours sur Cugnaux en tournant d’abord à la salle des mariages de la mairie puis sur la piste de Francazal, dans des hangards désafectés et des anciens bureaux de la base. Sean, membre du groupe, a changé plusieurs fois de casquette le temps du tournage, passant de réalisateur à acteur au volant d’une superbe Mustang rouge de 65, élément essentiel de ce long métrage. Nous avons même pu assister à une course entre la Mustang et un splendide camion Kenwort, que certains d’entre vous ont pu déjà voir dans « Les convois de l’extrême – saison 2 » sur W9. 

Vous découvrirez les fruits de ce tournage incroyable lors du premier concert du label Boom Records, le 19 avril prochain au Bikini à Ramonville. Le clip sera projeté en toile de fond du concert avec pour vedettes Sean, Jick et Michée Rose, les 3 membres du groupe. Les rockeurs ont déjà programmé plusieurs dates en France en compagnie de « No Wake », le second groupe toulousain du label et de « No One Is Innocent » déjà bien connu. Souhaitons aux « Bad pigeons » un bel envol pour 2012 qui a déjà commencé par de bons coups d’ailes.

Laisser un commentaire