Toulouse j’adôre, nous y étions pour vous !

toulouse-jadoreC’est bien décidés à vous narrer fidèlement le contenu du gros succès de la rentrée, la véritable « pièce to be » (je suis assez fier de cette vanne je l’avouequi fait tant jaser dans le microcosme théâtral de cette rentrée, que nous arpentâmes dans la fraîche nuit toulousaine le Boulevard D’Arcole. Et là, à l’angle de la rue Saint Germier, stupeur ! Boudu con, une queue attal (les spectateurs comprendront). Signe, si besoin en était, que cette pièce attire les foules, tant elle parle de nous, toulousains.

 

Confortablement installés au premier rang (c’est là que se vit le mieux le théâtre, merci Claire…) face à ce majestueux rideau rouge de la Comédie, nous attendions avec une certaine impatience les 3 protagonistes. Le pitch, on ne peut plus simple en apparence.

Un couple de parisiens nommés à Toulouse pour une mission top secret. La croyance naïve (mais combien le pensent vraiment ?) de l’épouse qu’il y a la plage à Toulouse, et un mari arriviste qui place sa carrière avant tout le reste.

Ce couple va avoir besoin d’une aide précieuse pour mener à bien son installation dans la Ville Rose et c’est Barbara, gérante de l’agence immobilière Immo Rose, qui va s’y coller. Et c’est peu dire que c’est à une vraie tornade qu’ils vont avoir affaire. A l’aspect policé et très BCBG du couple de parisiens va répondre toute la gouaille, la verve, le verbe haut et le sens de la fête de Barbara, Angélique Pancheri à la ville. Une grande gueule désespérément à la recherche de l’amour, qui est prête à  » donner son corps » pour sa Ville et qui martèle « qu’ici on est pas à Paris, et c’est pas pour rien,on a pas envie d’y être ».

Véritable plus-value de cette pièce, avec un rôle écrit et taillé pour elle, Angélique à la ville comme Barbara à la scène ont cet amour de Toulouse chevillés au corps, au point d’entonner avec brio des notes de Nougaro dès que l’envie s’en fait sentir, ou de ponctuer ses phrases par la béquille linguistique  locale « enculé » ( c’est toujours émouvant son premier « enculé ») .

Au fur et à mesure que la pièce avance, les néo Toulousains vont s’habituer aux us et coutumes de la ville, au phrasé toulousain ( à grand renfort de prises de notes et d’exercices pratiques)  et sans rien vous spoiler, le dénouement sera plutôt inattendu. Un rythme alerte, une présence scénique incroyable et la sensation de se reconnaître à certains égards dans ce personnage si  » couleur locale ».

Une très belle soirée, des rires, de la bonne humeur et même une standing ovation. Le bouche à oreille n’a pas fini de focntionner . De quoi enfin obtenir le 06 tant désiré par Barbara ? Gageons que oui !

Avec en point d’orgue une bonne nouvelle, face au succès populaire de « Toulouse j’adore » la pièce est prolongée jusqu’en Avril ? De quoi faire venir (ou revenir !) un maximum de Toulousains, ou pourquoi pas de Parisiens ? WebToulousain valide et vous conseille de vous y rendre ! 

Toulouse j’adôre, pièce d’Eric Carrière, mise en scène de Roger Louret, avec Angélique Panchéri, Nicolas Rougraff et Noémie Larroque, à la Comédie de Toulouse.

Dates disponibles wwww.lacomediedetoulouse.com

Laisser un commentaire