XIII Fauteuil – Les Toros du TO remportent le derby.

to13-fauteuil-equipe-soudee-credit-to13La section de XIII Fauteuil du Toulouse Olympique a surclassé ce dimanche 3 avril leurs homologues du Stade Toulousain (78-34) dans leur gymnase de St Jory, lui permettant ainsi de s’installer seule en tête du championnat, en attendant le match en retard des Dragons Catalans.

Le Stade Toulousain est rentré tambour battant dans ce match avec quinze très bonnes premières minutes. Pas de quoi inquiéter les Toros cependant, qui ont laissé passer l’orage, avant de mettre la machine en route, et leur jeu en place. Malgré tous les efforts stadistes, cela s’est terminé par une nouvelle victoire des Bleus et Blancs (78-34), comme bien souvent cette saison puisqu’il s’agit là de leur dixième en onze matchs de championnat.
 
En effet, pour sa quatrième année d’existence, l’équipe menée par Jean-Jacques BEDUE fait parler d’elle dans le XIII hexagonal, et ce depuis le début. Un bilan plus que positif construit au fil des journées qui lui a permis de s’installer rapidement dans le fauteuil de leader. Il aura même fallu attendre le mois de janvier pour la voir perdre une première fois, contre les Dragons Catalans. Les Toros sont depuis repartis de l’avant ne concédant plus aucune défaite en Elite 1. A côté de cela, ils se sont hissés jusqu’en finale de la Coupe de France qui se jouait à domicile. Un premier joli tour de force réalisé par ce groupe.
 
Les joueurs du TO/St Jory ne s’en cache pas, l’objectif de la saison est d’aller chercher la finale de championnat, qui aura lieu le samedi 4 juin (lieu encore à déterminer). Dans un premier temps, il faudra bien terminer la saison, pourquoi pas en pôle position, même si ce ne sera pas une mince affaire : il reste trois matchs aux Toros avec un déplacement à Avignon pour le prochain match (16/04), la réception de Roanne mais surtout, la revanche face aux Dragons, en pays Catalan, comme dernière rencontre, qui devrait être une finale avant l’heure. Pas de quoi inquiéter les Toulousains toutefois, lancés à fond vers leur destin.

Laisser un commentaire