Sellig débarque à la Comédie de Toulouse ce week-end !

selligUn nouveau spectacle (le quatrième), un public conquis, des salles qui ne désemplissent pas… Sellig se prépare à fêter d’ici quelques mois, ses vingt ans de carrière sur la scène très mythique de l’Olympia, à Paris. Pour l’heure, c’est dans la Ville rose, sur les planches de la Comédie de Toulouse, que l’humoriste originaire de Lyon nous donne rendez-vous. Il est accompagné de son tout nouveau spectacle, intitulé « Épisode 4 ».
Rencontre avec ce sympathique « presque quinquagénaire », dont la muse n’est autre que la vie, avant tout.

«Sellig», c’est l’anagramme de Gilles, son vrai prénom. Une idée originale mais venue « par hasard » comme il nous l’explique, avant de rajouter « C’est un petit peu comme un deuxième moi, celui de la scène ».
La scène, c’est en effet le lieu de prédilection de cet artiste passionné.

Bercé par l’humour depuis sa plus tendre enfance, c’est principalement auprès de son grand-père, qui lui a transmis son goût du rire, qu’il se découvrira un réel intérêt pour ce domaine. A l’image de ses idoles, « Louis De Funès, Coluche ou encore Robert Lamoureux » tel qu’il se plaît à les citer, c’est très tôt que le jeune homme prend conscience du pouvoir extraordinaire du comique. Il s’en émeut. « Le rire est une arme d’une puissance incroyable ! Il peut rendre immensément heureux, il peut tuer… ». Pour ce désireux de partage et d’évasion avec son public, il s’agit évidemment d’apporter aux gens un maximum d’ondes positives. Il reprend : « Faire rire, c’est le moyen de se faire du bien à soi-même et aux autres. Il est arrivé que des personnes m’écrivent, pour me dire que je leur avais sauvé la vie. C’est très fort ».
La vie, c’est précisément ce dont s’inspire Sellig pour divertir. « J’aborde des sujets qui parlent à tout le monde, des sujets de consommation, populaires…Certains peuvent qualifier cela de bateau. Ce sont simplement les sujets de la vie. »

Ses spectacles, qu’il met en moyenne un an et demi à mettre sur pieds, l’humoriste les veut reflets de la société, et des tracas quotidiens. Proposant successivement depuis le début des années 2000, « Episode 1 » son premier spectacle, « Episode 2 », « Episode 3 »… C’est tout naturellement qu’il nous revient aujourd’hui avec « Episode 4 », son nouveau show.
Confiant sa préférence pour les titres « sobres », il nous l’avouera aussi, ce choix n’est pas tout à fait anodin. « Lorsque j’ai joué mon premier spectacle à Paris, j’ai choisi ce titre, aussi en référence à ma saga culte, Star Wars. Je suis un grand fan. C’était une manière de lui faire un clin d’œil ».
Lorsqu’on lui demande ce qui a changé en lui depuis le tout premier volet de la «saga» Sellig, il répond spontanément: «Mon âge avant tout! J’ai mûri… Je me rapproche de la cinquantaine. La vie a évoluée, et mon spectacle évolue naturellement avec».

Parmi les grands thèmes de ce spectacle, «Le temps qui passe, l’écologie, les façons de vivre… » précise t-il, mais aussi des sujets incontournables tels que la famille, agrémentés par la présence de personnages devenus cultes. « Ma sœur est présente dans chaque spectacle, ainsi que mon beau frère Bernard. Pour eux aussi, les choses ont évoluées. Ils se sont mariés, m’ont donné un neveu… En fait, je parle de l’évolution de la vie».
De quoi se reconnaître à travers bien des situations familières. Sellig est d’ailleurs ravi de ce constat : « Pour les gens présents dans la salle, je suis comme un miroir ».
Que de chemin parcouru pour celui qui déjà sur les bancs de l’école, se plaisait à amuser ses camarades, au détriment quelque fois de ses études.
Après l’obtention de son BEP cuisine, c’est au bout de trois ans d’exercice que le jeune Gilles décide finalement de mettre de coté petits plats et tablier, au profit de la comédie. Désormais, son prénom se lira à l’envers.
Lorsqu’il évoque ses débuts, celui que l’on appelle désormais Sellig parle avant tout de « hasard, de circonstances, d’opportunités… » Et il explique : « Un jour, on te met une publicité entre les mains, celle d’une association La rencontre des arts , permettant aux jeunes talents de proposer des sketchs. C’était un peu le café concert de l’époque…Un soir tu vas voir jouer un pote, et puis on te pousse à monter sur scène toi aussi…Tu y vas, et ça marche… On dit que la chance sourit aux audacieux ».

Des débuts particulièrement remarqués par une figure emblématique du paysage humoristique, la très célèbre Anne Roumanoff. C’est sur le plateau de l’émission Graines de Stars, dont le jeune comique sortira victorieux, que la rencontre se fait. Un véritable élan pour la carrière de Sellig : « Anne m’a repéré au cours de l’émission, puis elle a décidé de me produire. Cela a duré trois ans. C’est en 1999 que tout a commencé. J’ai fait ses premières parties, gagné plusieurs festivals d’humour en France… » Un début de chemin prometteur donc, mais aussi semé d’embûches… « J’ai connu des moments compliqués, et même humiliants. Lorsque tu arrives en première partie, ce n’est pas toi que les gens
attendent. Lorsque j’ai commencé à me produire au théâtre de dix heures, il m’est arrivé de jouer devant une salle quasi vide… Anne a été un vrai moteur. Elle m’a toujours encouragé à croire en moi, et à ne rien lâcher ».
A ce jour, Sellig détient le nombre impressionnant de six cent représentations au théâtre de dix heures. Un record !
Son succès, l’ayant conduit notamment à jouer dans des salles telles que Bobino, ou encore le Bataclan ne fait désormais plus aucun doute.
La vie de tournée, il ne semble pas s’en lasser le moins du monde. Aussi, lorsqu’on lui demande jusqu’à quand celle-ci se poursuit, c’est sans hésitation et particulièrement enthousiasmé qu’il répond : « Toute ma vie ! », avant de se raisonner quelque peu : « Je joue de septembre à juin… Une pause est tout de même nécessaire en Juillet/Août, aussi pour prendre un certain recul ». On l’aura compris, le repos, pour cet amoureux de la scène, c’est bien, mais pas trop longtemps.

D’ailleurs coté projets, Sellig ne s’en tient pas qu’au spectacle. « J’ai écris trois livres. Les deux premiers étaient du domaine de la science fiction humoristique, le troisième un polar humoristique dont les protagonistes n’étaient autres que les personnages de mon spectacle. Mon quatrième roman arrive… »
Multi-talent, Sellig avait aussi eu l’occasion de côtoyer l’univers du cinéma : « J’ai joué dans un film de Bernard Werber Nos amis les terriens. J’y campais le rôle du méchant ! »
Aujourd’hui, sa priorité numéro un reste la scène et la rencontre privilégiée qu’il vit chaque soir avec son public.
Une communion qui aura une saveur toute particulière le 4 février prochain, puisqu’elle sera l’occasion de célébrer vingt ans de carrière. L’occasion de poser un regard bienveillant et humble sur le parcours qui l’a mené à la réussite. « Je suis très heureux, pour moi bien sûr, mais aussi pour mon équipe, pour Audrey, (sa productrice Audrey Guilhaume), qui ont toujours cru en moi ».
Et si le Sellig de 2016 pouvait donner un conseil au Gilles des années 90 sur le point de se lancer ? « Je ne donnerais pas de conseil, pour ne pas fausser le chemin, mis à part celui-ci : Faire attention aux gens qui vous veulent trop de bien, et surtout, croire en soi ».

Une chose est sure, Sellig est doté des meilleurs intentions pour le public toulousain qu’il s’apprête à retrouver pour deux dates consécutives, les 14 et 15 octobre prochains. Sur la ville rose, il ne tarit d’ailleurs pas d’éloges : « Toulouse, c’est mes débuts dans les festivals du rire, une ville bienveillante, depuis le départ, un de ces endroits un peu magiques où règne une atmosphère naturellement positive. Je joue à Toulouse depuis vingt ans, et je suis toujours ravi d’y revenir ».

Sur fond de dérision et de bonne humeur, une soirée qui s’annonce hilarante et conviviale, orchestrée par un Sellig venu narrer les péripéties de sa vie… Et de la nôtre !

 

SELLIG : EPISODE 4
vendredi 14 (quelques places disponibles) et samedi 15 octobre 2016 (complet)
Lieu : La Comédie de Toulouse, 16 rue Saint-Germier, 31000 Toulouse
05 81 76 06 90
Tarifs : 25 euros
Plus d’informations : www.lacomediedetoulouse.com

Une pensée sur “Sellig débarque à la Comédie de Toulouse ce week-end !

Laisser un commentaire