PTDN #4 : L’amour en fêtes.

WT-petits-tracas-de-nanasTout juste une semaine des préparatifs du réveillon de Noël, voilà que l’on remet le couvert avec ceux pour le réveillon de la Saint Sylvestre. Marie vous donne ses astuces pour finir l’année en beauté et commencer la suivante sur les chapeaux de roues. A seulement quelques heures des douze coups de minuit, retrouvez les derniers petits tracas de nanas de 2016.

Salut mes nanas chéries !!!! Alors ce Noël ? Bien mangé ? Gâtées ? Entourées ? Les proches, la famille ? Je veux tout savoir !!!

Pour ma part, ça va c’était cool. Vestimentairement parlant, j’ai fini par me rabattre sur une jolie petite robe rouge bustier. Ça m’embêtait un peu, elle n’est plus toute neuve, puisque je l’ai achetée cet été… Mais comme je ne l’avais encore jamais portée, c’était un peu comme si…

robe-de-soirée-rouge-robe-bal-de-promo-courte-avec-cristaux
Photo Toulouse-Sexy.fr

Pour être honnête, j’avais complètement oublié sa présence depuis quatre mois dans mon placard. Elle était là, cachée entre ma vieille robe bleue et la mini-jupe en cuir que j’ai respectivement dû porter une ou deux fois. Sûrement une de mes nombreuses crises de CDCS (Coup De Cœur Shopping). Je n’étais même pas sure d’être passée par la cabine d’essayage le jour où je me suis emballée pour elle. Le suspens était donc à son comble au moment de l’enfiler…Une fermeture un peu capricieuse… Mais finalement aucune mauvaise surprise ! Je regrette même de ne pas l’avoir revêtue plus tôt, elle donnerait presque l’impression que j’ai de gros tétés. Et ça, c’est COOL !!!!!

En même temps, quand je porte des choses comme ça, j’ai un peu l’impression de duper mon monde. Aussi, quand pour la première fois, un homme s’apprête à me découvrir intimement, j’ai toujours une anxiété. Un sentiment de gène mêlé de honte et de désolation…

Souvent, alors que le mec en est déjà au dernier fermoir de mon soutif, je ferme les yeux, comme si ça pouvait l’empêcher de constater l’ampleur des dégâts. C’est un peu comme quand je suis en voiture et que je baisse la tête quand je passe sous un pont… C’est très con ! Bref. Donc, j’ai peur de son regard, de son jugement, de sa réaction… Genre «Attends, attends mais c’était pas ce qui était prévu là…Y’a erreur sur la marchandise !»

Depuis que je peste après ma petite poitrine, maman s’attache à me répondre «L’important, c’est que ça tienne dans la main d’un honnête homme !» Sachant que la probabilité de tomber sur un honnête homme est à peu près aussi ridicule que la taille de mes nichons. Oh ça va je rigole ! Maman m’a toujours dit aussi «Ne mets jamais tout le monde dans le même panier !»

Côté culinaire, j’ai finalement décidé de farcir une pintade. Mouais… Dit comme ça, c’est pas très classe… Mais c’était vraiment un délice. Pour éviter de tomber sur une huître daubée, j’ai enfin trouvé un remède infaillible ! Je n’en ai pas mangé.

Par contre je me suis rattrapée sur tout le reste. Eh ben, vous savez quoi, j’aurais dû tenter les huîtres ! Je ne sais pas vous, mais moi j’ai dignement fêté, le réveillon et le jour J. Si bien que le soir du 25, je me suis écroulée sur mon canapé en suppliant le monde de ne plus jamais me parler de bouffe ! Déjà, parce que la bouffe, à outrance, ça fait grossir ; mais surtout parce qu’à ce moment là, j’aurais vendu mon âme pour que mes «hauts le cœur» s’estompent. Dès le 26, je me suis souvenue que trop de gens ne mangeaient pas à leur faim.
Réalisant ma chance, la digestion aidant, je me suis fait une ventrée de sushis ! Finalement, une indigestion, c’est un peu comme un chagrin d’amour. Ça tord les boyaux, on croit qu’on va en mourir, et puis ça passe.
C’est dingue à quel point l’être humain est bien constitué pour se remettre de tout.
C’est un ex qui me disait ça… Pour que je me remette plus facilement du fait qu’il venait de me jeter comme la dernière des sous-merdes. Passons, c’était un crétin !

La famille s’est réunie, c’était beau.

J’ai eu plein de cadeaux. Alors, une Tour Eiffel en fer forgé (parce que je kiffe Paris !), des «bons cadeaux» chez Nocibé (parce que je pue), une séance gratos chez l’esthéticienne (parce que je suis poilue), un cadeau extra-plat de la part de ma mémé, un chèque (parce que je suis pauvre)… Et le plus beau de tous : Des pantoufles Bob l’éponge (parce que… en fait je n’ai pas d’explication rationnelle à ce cadeau…).

Marius a fait Noël auprès des siens. Parfois je me prends à rêver du jour où sa famille et la mienne n’en formeront qu’une…Lui et moi, on serait marié ! On farcirait pas une, mais deux pintades, on chanterait en chœur «Petit Papa Noël», on se tiendrait tous la main autour du sapin, on se ferait de jolis cadeaux, et on trinquerait au bonheur d’être réunis. Tant qu’à faire, on annoncerait aussi la réjouissante nouvelle de ma grossesse… Pour l’heure, retour à la réalité !

Marius m’a téléphoné le 25 au matin, (en Facetime), depuis son lit d’adolescent. Vêtu de son tee-shirt Goldorak, la tête posée sur l’oreiller, la chevelure négligée, les yeux explosés, la mine imprégnée des excès de la veille… Et moi qui trouve encore le moyen de complexer.

«Tu sais très bien que j’ai horreur que tu vois ma tête au réveil…»

«Bahh… Comme si je l’avais jamais vue !»

«Oui, mais là je suis horrible !»

«Bon allez on s’en fou fais voir… Ça va elle est cool !»

Donc, l’homme que j’aime trouve ma tête au réveil… «cool !» Me voilà rassurée.

Marius, il joue l’homme, mais au fond de lui, c’est un tout petit garçon. Tout émoustillé de la féerie de Noël, c’est avec fierté qu’il m’a fait part de son plus beau cadeau. Des pantoufles Mickey, offertes pas sa maman ! De quoi largement concurrencer les miennes. Quand je vous dis que nos deux familles sont faites pour s’unir… Enfin… Sa mère a tapé fort quand même ! Mon cadeau à coté risque de frôler le ridicule. De quoi je vais avoir l’air moi avec mon pyjama Gaston Lagaff ?

cadeau (Copier)Hier, j’ai retrouvé l’homme que j’aime, en chair et en poils ! Oui, je sais bien qu’on dit «en chair et en os», mais Marius, je suis sûre qu’il a plus de poils que d’os.

Avant, j’étais plutôt adepte des torses à la toison fournie mais pas trop… Et il y’avait un truc rédhibitoire, c’était le pelage dans le dos. Puis… Bébinou (oui, parce que je l’appelle Bébinou) est rentré dans ma vie avec son package velu… Et tous mes préjugés se sont envolés.

On s’est échangé nos cadeaux. Moi, j’ai eu un bracelet duquel pendouille un charmant petit cœur. Je sais déjà que je le porterai jusqu’à la fin de ma vie…Lui il a eu son pyjama donc… Ben ouais, je lui ai déjà offert tout le reste. On s’est enlacés.

Chaque fois qu’on se câline, c’est une manie, Marius me pince les hanches. Et moi, je suis hyper complexée par mes hanches. On sort de Noël, j’ai l’impression de faire 1000 kilos.

«Bébinou…Tu trouves pas que j’ai pris un peu… ?»

«Pris quoi ?»

«Ben du poids quoi… Tu trouves pas que mes cuisses ont triplé de volume ?»

Marius, coquinou… : «Montre, je vais vérifier…»

«Non mais sérieux ! Tu vois la solution, ce serait d’avoir un peu moins de cuisses et un peu plus de seins…»

«Mais ils sont très bien tes seins…»

«Ahhh mes cuisses par contre ! Tu vois, tu reconnais enfin que mes cuisses sont énormes… Et… Mmmm…»

Oui, la meilleure façon de me faire taire dans ces cas là, c’est encore de m’embrasser à pleine bouche. Marius l’a bien compris.

Comme pour me venger, en passant mes mains sous sa chemise (Oui exit le tee-shirt Goldorak, là c’était une chemise Lacoste), je lui ai attrapé son petit bidon qu’il déteste, et dont je raffole éperdument. Puis, j’ai eu un sursaut !

«Au fait, comment va ta grand-mère ?»

«Bien, bien…»

«Vraiment ? Tu l’as embrassé pour moi ?»

«Ouais…»

«J’te saoule ou quoi ?»

«Marie, c’est adorable, mais si on pouvait parler de ma grand-mère… A un autre moment, ça me gène un peu là.»

Eh oui, on dirait pas comme ça, mais Marius est aussi doté de cette pudeur irrésistible. En fait, je trouve ça trop mignon.

Bon, je vous épargne la suite… Non mais ça va pas, petites curieuses ?!

Tout ce que je peux vous dire, c’est que tous les 31 décembre, de tous les temps réunis ne seront jamais aussi festifs et explosifs que nos retrouvailles.

En parlant de 31 décembre, ça approche non ? QUOI ????? C’est demain ?????? Je file, je n’ai absolument RIEN à me mettre !

A vendredi prochain les filles! Que dis-je, à l’année prochaine! D’ici là, ne vous tracassez pas trop !

BON RÉVEILLON A TOUTES !

KISS.

Marie.

2 pensées sur “PTDN #4 : L’amour en fêtes.

  • Ping :PTDN #4 : L’amour en fêtes. - ÔToulouse

  • 31 janvier 2017 à 23 h 31 min
    Permalink

    J’ai pris plaisir à vous lire. Beaucoup d’humour, d’humilité et de vérité..très belle imagination et narration..j’ai vraiment Adoré et, vous encourage à continuer.Je reviendrais
    Bien amicalement, Stéphane 😉

    Répondre

Laisser un commentaire