PTDN #9 : Chute libre.

WT-petits-tracas-de-nanas

 

Salut les nanas !!!!!!

Comment ça va ???

Bon comme vous pouvez le constater, la bonne nouvelle, c’est que j’ai finalement survécu à ma vilaine « Grippe »…Qui n’en était pas une, mais enfin ne revenons pas sur le sujet.

La mauvaise c’est qu’hier, je suis tombée… Ah non non, pas tombée amoureuse, pas tombée enceinte,  pas tombée en admiration…Non non vraiment tombée…Comme un pot de fleurs du balcon, un sac de pommes de terre, un excrément de pigeon…La dernière des sous-merdes quoi ! D’un coup, comme ça…

Comment j’ai fait ? ….Je suis encore  en train d’essayer d’élucider cette affaire avec ma cheville droite qui s’est mise à vriller je ne sais pour quelle raison…A t’elle agi seule? Avait-elle des complices? Elle veut pas parler cette c—-!

Si je me suis fait mal ? Sur le moment, pas vraiment non…Le premier réflexe de la majorité des gens juste après une chute, consiste à se faire la réflexion suivante :  » Putain…Pourvu que je me sois rien cassé… » Ma réflexion à moi : « Putain…Pourvu que personne m’ait vu… ». Et justement…Deux filles m’ont vu…Deux espèces de poufiasses version Nabilla genre trop bien dans leurs pompes tu sais…Le genre de personnes qui s’égosillent devant le malheur des autres, au ricanement grinçant et dont la satisfaction personnelle ne résulte que dans le nombre de personnes dont elles se sont foutues dans la journée.

Alors oui…Aujourd’hui j’ai deux aubergines en guise de fesses, et j’avoue ça fait pas du bien…Mais ce qui continue à me faire le plus mal, ça reste cette espèce de fierté mal placée remettant en cause toute ma crédibilité. On va pas se mentir…Qu’est-ce qu’on a l’air con quand on tombe ! On a beau dire, on passe notre temps, quotidiennement à se donner une contenance, un genre, une cohérence…Moi par exemple, j’essaye d’adopter un look irréprochable, d’avoir l’air à l’aise…Il m’a fallu je ne sais combien d’années pour m’accepter enfin tel que je suis et finir par me dire, que oui finalement, j’étais peut être pas si mal foutue, pas si inintéressante que ça…Tant  d’efforts, de sacrifices, de remises en questions pour enfin lever les yeux , marcher la tête haute, avancer dans la vie d’un pas assuré, et être fière de ce que je suis…Et puis…VLAN !!!! Une fraction de seconde d’inattention dans ta maitrise de l’équilibre et tout bascule !

En rentrant chez moi, j’ai exposé ma contrariété à Marius…Oui, parce que Marius n’est pas seulement l’homme que j’aime, c’est aussi mon confident…Un peu distrait parfois certes, mais mon confident quand même.

  • « Donc voilà…Tu te rends compte ? La honte quoi…!
  • « …Han han…Oui dis donc chérie c’est super t’as du t’éclater ! »
  • « ….M’éclater? Ah ça oui, je me suis éclatée…Eclatée la tronche ! Non mais t’écoutes deux secondes ce que je te dis ?… OH ! »
  •  » Quoi? »
  •  » T’écoutes? »
  • « J’écoute quoi ? »
  • « …Allez c’est bon, tout le monde me laisse tomber ! »
  • « Quoi… T’es tombée ? »
  •  » Oui, voilà ! Je suis tombée et en prime j’ai pris une honte internationale ! Je suis fichée à vie !!!!! »
  •  » Oh putain c’est ça?? J’ai cru qu’il se passait un truc grave encore… »

Puis…Marius se radoucit… »Viens par là… »

Ce « Viens par là… », je l’adore ! C’est une invitation à venir tout contre lui, à sentir son cœur battre en buvant ses paroles bienveillantes, à faire abstraction de tout danger extérieur et à  me sentir tout à coup  la femme la plus forte au monde.

  • « Ah ma belle…Je vais te parler comme un vieux con là…Mais ce qui compte dans la chute, c’est de parvenir à se relever. Tu sais, les gens n’ont pas attendu que je chute pour me montrer du doigt . A ma manière, moi aussi je suis tombé. Le chemin est long…On n’oublie pas, mais un jour, on réalise ses rêves, quelqu’un nous serre si fort que tous les morceaux se recollent entre eux, et on constate sourire aux lèvres, à quel point la vie est finalement bien faite… »

 

Bon, en vrai de vrai, il l’a plutôt dit comme ça :  » P’tain Marie mais c’est que dalle ça ! Si je devais compter le nombre de fois où des fils de P—- se sont foutus de ma gueule ! Ben t’sais quoi…Maintenant, qu’ils aillent tous se faire E—— ! »

C’est donc ça, avoir confiance en soi…Vivre comme on l’entend, sans rougir de ce que nous sommes et se moquer éperdument de ce que les autres peuvent penser de nous. Ne jamais confondre « confiance en soi » et « prétention ». Le prétentieux se sert d’un masque hautain et méprisant pour exister. Le confiant lui s’assume. Il rit, de son voisin mais avant tout de lui-même. Il dénonce, se moque de ceux qui se moquent, et finalement se respecte tout autant qu’il respecte les autres.

Après cette petite parenthèse « philosophique »…(Oui bon OK j’ai arrêté ma Terminale en cours d’année ) j’ai juste envie de vous dire que vous êtes belles, emplies de force et de qualités. Avancez, courez, volez, franchissez tous les obstacles…Restez libres ! Et surtout gardez toujours à l’esprit : Celui qui se marre de vous voir tomber n’est pas à l’abri de tomber lui-même.

Je vous laisse, je vais m’attaquer au plat préféré de Marius ! Ce soir, c’est aubergines…

Pour cause de vacances, je ne vous dis pas à vendredi prochain les filles, mais à très bientôt avec de nouvelles péripéties. Ce sera déjà notre dixième rendez-vous.

D’ici là prenez soin de vous, et surtout…Ne vous tracassez pas trop !

Kiss.

Marie.

 

Une pensée sur “PTDN #9 : Chute libre.

Laisser un commentaire