Confidences en toute intimité du talentueux Lenni-Kim.

Il y a des artistes qui vous touchent plus que d’autre que ce soit avec une mélodie, des paroles… En 2015, nous avons découvert dans la célèbre émission de télé-crochet « The voice-kid », un jeune homme Lenni-Kim. Et depuis, celui-ci poursuit son chemin sur la route de la célébrité. De The voice-kid à Danse avec les stars et maintenant son sublime album Les Autres », le webtoulousain vous présente Lenni-Kim..

Lors de sa journée promotion dans la ville rose, le talentueux Lenni-Kim s’est confié à Gaëlle, notre rédactrice en chef.

Lenni-Kim, est ce que le fait d’avoir un tel succès aprés vos participation à The Voice-Kid et Danse avec les stars vous fait peur ?

Non, pas du tout, il faut savoir que j’ai toujours aimé et voulu faire ce métier là depuis que je suis petit. J’ai grandi dans le milieu cinématographique du showbiz car mon père travaille en tant que concepteur visuel pour les films et séries. Quand j’étais petit, je l’accompagnais sur les plateaux. Donc j’ai découvert une attirance pour le cinéma très tôt. Ma mère, quant à elle, a des studios photos, c’est pour ça aussi que j’aime cela. Très tôt, j’ai développé un goût pour l’art en général (cinéma, musique, photo, chant…). J’ai toujours voulu chanter dans la vie, jouer au cinéma etc.
Alors un succès aussi vite ne me fait pas peur au contraire cela me fait chaud au cœur. Je suis très reconnaissant et très content de tout ce qui m’arrive.

Tu as baigné toute ton enfance dans le grand domaine de l’Art, mais est ce que la musique était pour toi une évidence ?

Oui quand même, je ne savais pas que c’était ce que je voulais faire au début. Un jour, j’étais chez ma grand-mère et ’ai vu une publicité sur une école de chant. J’avais 10/11 ans J’ai tout de suite appelé ma mère pour lui dire « il faut que tu m’inscrive ».

Je n’avais jamais chanté, mais j’ai eu cet appel intérieur, une petite voix qui me disait « il faut que tu y ailles ». Ma mère m’y a inscrit et dés les premières séances, j’ai eu la piqûre de la musique. J’ai fait « wouah », c’est vraiment ce que je veux faire dans ma vie. Donc je peux dire que la musique était une évidence . j’ai de la chance d’avoir des parents qui m’ont super soutenu et qui me soutiennent à fond . C’est très motivant.

Il a fallu attendre deux ans pour découvrir ton opus «Les autres ». Peux tu me raconter son histoire ?

Cet album a été fait quand j’avais 13/14 ans et il est sorti quand j’ai eu 15/16 ans. L’inspiration me vient de plusieurs choses : ma vie personnelle, des histoires de cœurs qui finissent bien ou des peines de cœurs, mon ressenti amoureux par rapport à la musique, le ressenti d’un ado dans toute sa splendeur.

C’est vraiment ce que je voulais mettre dans cet album. Il est à la fois fragile par rapport à certains titres et plus solaire pour d’autres. J’ai voulu un album qui me ressemble, avec des textes variés mais aussi des styles différents selon l’histoire racontée.

Par exemple le single « Pourquoi tout perdre » est un single qui parle du suicide. j’ai voulu participer à une campagne de lutte contre le suicide. Ma famille a été touché par ce malaise. Le single « Yolo » est plus enjoué, solaire et le dernier « don’t stop » parle d’une peine de cœur.

Tu es le plus jeune candidat ayant participé à la célèbre émission culturelle « Danse avec les stars », en gardes tu un bon souvenir ?

Absolument, c’était toute une aventure, j’ai adoré DALS, je dis souvent : pour moi, c’est l’une de mes plus belles aventures que j’ai eu le plaisir de vivre dans ma jeune vie de 16 ans. C’était incroyable, humainement et professionnellement. Tu apprends beaucoup sur toi-même, avec tous les efforts que cela demande. C’est vraiment une très belle expérience. Si on me demandait de le refaire aujourd’hui, je dirais sans réfléchir « OUI ».

Ta partenaire de Danse était la sublime Marie Denigot, est ce que cela aurait pu être une autre danseuse ?

Pour moi, non. Je n’aurai pas eu meilleure danseuse qu’elle.

Première tournée, j’ai entendu dire qu’il y aurait beaucoup de danse dans celle-ci, peut on s’attendre à retrouver des souvenirs de DALS ?

Il n’y aura pas de danses de salon dans mes shows, c’est plus difficile de perfomer avec ce style de danses. Mais je peux vous dire qu’il y aura énormément de hip-hop. On mise beaucoup sur la performance. Vous verrez de très beaux visuels, de très belles scénographies. Je ne peux pas en dire beaucoup plus c’est une surprise.

Vous entendrez l’ensemble des titres de mon album et aussi des inédits.

Le mot clé de cette tournée est « performance ».

Vraiment un jeune artiste qui a un bel avenir devant lui. Si jeune est déjà tant de succès.

Je n’ai qu’un mot à dire. Venez nombreux le voir lors de son passage au Casino Barrière à Toulouse le 7 novembre 2018.