Le duo en toute simplicité : Philippine et Théo.

Nouveau coup de coeur musical de cet été, Philippine et Théo nous ont touchés avec leur univers mélodieux et tendre nous replongeant dans notre enfance ou plus avec leur reprise de la chanson « Pour la fin du monde ».

Gaëlle, qui adore faire des découvertes aussi bien sur le web, qu’à la radio, est tombée sur le clip et a eu envie de vous les présenter.

Ils étaient à l’honneur à la Truffe de Périgueux la semaine dernière. Mais quelques semaines auparavant, tous les deux ont pris le temps de répondre à mes questions.

Théo, Philippine, en quelques mots, présentez-vous à nos lecteurs ? Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés dans un bar musical à Paris. On a rapidement joué ensemble, on a construit une petite playlist et puis on a eu envie de concrétiser un duo.

Que représente la musique pour vous ?

La musique c’est «Le  parler mondial » 😉

Elle nous permet de rendre presque palpable un tas d’émotions, et de raconter des histoires, de rencontrer des personnes, de faire rêver et de nous faire rêver !

Vous avez tous les deux participé à l’aventure The Voice, en gardez-vous un bon souvenir ?

Philippine : The Voice m’a non seulement permis de me rendre compte de ce que j’étais capable de faire, de qui j’étais, et l’artiste que je voulais être, mais j’ai surtout rencontré beaucoup de gens incroyables qui sont aujourd’hui mes amis, et c’est ces rencontres que je retiens le plus de cette folle expérience !

Théo : C’était impressionnant et un peu fou pour moi de faire ça à 16 ans. Ça m’a donné un bon coup de boost dans ma musique !

Vous avez voulu faire ce duo, mais de qui vient l’idée ?

La formation s’est vraiment faite naturellement. On a tout simplement laissé faire la musique !

Ensuite à force de jouer ensemble, on a commencé à faire quelque chose de beaucoup plus sérieux. Nous sommes arrivés en maison de disque avec l’idée folle de reprendre les années 70, et l’idée a plu, on s’est alors vraiment officialisé duo !

Pourquoi reprenez vous ces chansons des années 70 plutôt qu’une autre année ?

On reprenait souvent La Maladie D’amour et on s’est dit qu’il y avait sûrement d’autres titres à reprendre dans la même période. En cherchant, on a découvert plein de titres dont on est tombé amoureux !

Comment décrirez-vous votre style ?

On peut dire qu’on se situe dans une variété française pop folk, avec toujours l’envie d’entendre nos guitares et un piano résonner dans nos arrangements. On est à la recherche de fraîcheur et de sincérité, on veut que les gens revivent à travers nos versions une période qui a fait et fait toujours rêver !

Vous avez fait plusieurs premières parties de Patrick Fiori, qu’avez-vous ressenti lors de vos diverses scènes ?

On a eu beaucoup de chance de faire ces quelques premières parties, de rencontrer son public qui est d’ailleurs incroyable. Ça a été pour nous l’occasion de nous faire connaître dans de grandes villes comme Lille et Marseille ! Il nous a aussi permis de faire notre tout premier Olympia, qui a été pour nous deux la plus belle expérience scénique jusqu’ici (hormis The Voice… !).

Actu ?

Nous avons sorti notre premier single début Mai 2018, « Pour la fin du monde », un titre de Gérard Palaprat (1971). Notre clip est d’ailleurs disponible sur YouTube et le single sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement. On termine de préparer l’album cet été, et la rentrée sera sûrement rythmée par plusieurs dates, et on a hâte !

 

Beaucoup de jeunes souhaitent faire comme vous, quel conseil pourriez-vous leur donner ?

Si quelqu’un a un rêve, qu’il fasse tout pour le réaliser, en restant lui-même !

Théo, Philippine, le webtoulousain vous remercie et surtout vous souhaite de concrétiser vos rêves et qui sait, avoir le plaisir de vous croiser sur une de nos scènes toulousaines.

Laisser un commentaire