On était pour vous au Spectacle de Pat et Fred !

N’écoutant à nouveau que notre légendaire esprit de sacrifice, nous étions ce samedi soir au 3T pour vous éclairer sur la nouvelle pièce  » Fred et Pat partent en live ».

Une fois en place, première constatation : salle comble. Preuve si besoin en était que tout ce que touchent ces 2 lascars se transforme en succès ces derniers temps.

Le pitch, comme vous l’aviez lu sur le site lors de l’interview de Fred est le suivant : un duo de chanteurs retrace les ( grands?) moments de leur carrière qui s’achève ce soir devant vous, le « pubis« ,enfin le public, quoi ! Et c’est peu dire que cette carrière fut riche et jalonnée d’étapes très différentes !

Après une entrée en matière sur le désormais culte Bella Ciao ( qui l’était déjà avant la Casa de Papel faut il le souligner ?) pour donner la bienvenue à tout le monde, le duo s’essaye à une reprise d’un de ses derniers tubes : Cindy !

Manifestement, la bande n’est pas arrivée jusqu’aux oreilles d’un public hagard ! Qu’importe, c’est l’occasion de démarrer ce road movie muscial par le biais d’un flashback qui nous rappellera que Pat et Fred, du temps de leur splendeur capillaire        ( que l’un des deux regrette aujourd’hui …) étaient avant tout un groupe de rock au nom original : Les Fromagers ! Normal me direz vous puisqu’ils jouaient du Rock fort ! Un duo de rockers donc qui n’eut pas le succès escompté malgré des textes engagés et véritablement subversifs ( « On est des polissons, des mauvais garçons, des fripons« ) . Pas vraiment le genre à fracasser des guitares sur scène ou à retourner des chambres d’hôtel, n’est ce pas ?

Puis ,mode oblige, vient le temps des Boys Band, ces groupes de garçons hyper beaux qui rendent les filles  » hystériles« , composés de 2 Jean Kyliane ( ou Jean Kyl) plus vrais que nature. Quelques problèmes aux cordes buccales auront eu raison de cette tentative. Nous aurons quand même eu droit à une ode à Natacha, chantée « acapulco » bien entendu !  Mention spéciale à la perruque peroxydée de Pat sur le coup !

Après que les boys aient débandé, ce fut le temps des errements que tout artiste connait un  jour dans sa carrière, le temps de l’alcool et des soirées sombres, avec Pat qui nous jouera un très dépressif  » Je suis une crêpe » en singeant le fameux « I’m a creep » de Radiohead dans une traduction pour le moins approximative !

Nous avons affaire à deux artistes tout terrain, aussi à l’aise devant un parterre de retraités de l’auspice Notre Dame de la Couche, avec des titres de circonstance ( « Chante comme si tu devais mourir demain, On ira tous au paradis« ) , que lors d’un concert dans le club échangiste le Siphylis. Car après tout, c’est cela aussi une carrière d’artiste, se rendre là ou les contrats tombent, même si c’est parfois dans des trous perdus qui feraient passer Tarascon ou Luzenac pour des mégalopoles. Ce fut le cas lors d’une soirée à Bougaloc, qui se termina par un hommage à une Sandrine, dont on vous laisserait le loisir de découvrir l’identité ….

La vie d’artiste, certes, mais la vie d’homme aussi … Et donc de Papa . Pat se laissera aller à une berceuse à la sauce Bruel ( Casser la voix) pour endormir sa fille . Un moment poignant à ne pas reproduire chez soi avec ses propres enfants …

Nous citerons également pêle mêle la présence dans la salle d’Amalfita, l’ex espagnole de Pat dans un remake à l’accent ibérique parfaitement exécuté du tube de Jeannette « Porque te vas » ( « même si j’oubliais de tirer la chasse, et qu’au resto j’oubliais toujours mes pesetas, porque te vas « ….) .

L’Espagne mais aussi les Etats Unis , ou là encore nos duettistes ont pu goûter à l’american way of life et au show biz, en côtoyant des artistes de la trempe de Mickael Jackson, Cher, Elvis ou encore Bono et son fameux chien ( le toutou U2)

Nous aurons aussi beaucoup apprécié le passage par la case prison et le bagne bien connu de … Guantanemera ! Costumes orange de circonstance en prime, au 3T on ne lésine pas sur les moyens pour recréer les ambiances, fussent elles carcérales.

Un spectacle à 100 à l’heure, hormis pendant une entracte tout aussi drôle . Un Pat dont la guitare semble constituer un prolongement de lui même, et un Fred avec un rythme endiablé ( après avoir joué Toulousains à 19h!) . Fred, on ne sait pas ce que tu prends, mais on en veut ….

Et enfin, comme tout finit toujours en chansons, on terminera par cette douce soirée par un pot qui n’avait de pourri que le nom, avec un medley survitaminé des tubes de nos toulousains : Jean Pierre Mader, Big Flo et Oli, Emile ( Louis) et Images ou encore les Zebda . De quoi finir de donner la patate au vaisseau du 3T qui se mit a tanguer franchement lors de la reprise du mythique « Emmenez moi » du regretté Charles Aznavour …

Alors, voilà les amis lecteurs, on espère vous avoir fait partager un peu de notre bonheur à passer cette soirée en leur compagnie, et vous avoir convaincu que vous devez en faire autant ….. N’hésitez pas, le spectacle vient d’être lancé et toutes les dates sont dispo sur le site des 3T……..

Fred et Pat partent en Live, au Théâtre des 3T, les Vendredis et Samedis soir à 21H

Laisser un commentaire