Oyana, superbe ouvrage aux éditions Quidam !

Focus aujourd’hui sur un livre qui a passionné la rédaction . Sur une thématique bien connue des toulousains, en l’occurrence le groupe séparatiste basque ETA. Faut il rappeler que certaines des planques des leaders emblématique se situaient dans notre Ville Rose ?

L’histoire d’Oyana, dont le discours épistolaire à destination de son mari alterne avec les incises nous apportant des infotmations historiques sur l’histoire de l’Espagne franquiste, la genèse de la création de l’ETA, le célèbre assassinat de l’amiral Carrero Blanco.

C’est une histoire à la fois intime et politique. Intime car il s’agit d’une histoire d’amour et d’une tragédie personnelle. Politique parce que le roman suit les mouvements de l’histoire du nationalisme basque depuis sa création.

Le 3 mai 2018, l’ETA annonce sa dissolution. Du jour au lendemain, cet événement fait basculer la vie de Oyana qui vit à Montréal depuis plus de vingt ans. Les lettres qu’elle écrit en quelques jours à l’homme de sa vie nous entraînent à sa suite de Montréal à Paris,

Comment surmonter l’indicible et reprendre sa vie en main au risque de perdre pied? Quelle importance ont les moments charnières qui changent une
vie ? Portrait d’une femme en fuite et course à bout de souffle d’une dizaine de jours, Oyana pèse le poids du mensonge et de la vérité.

On ne résiste pas au plaisir de vous livrer quelques extraits choisis pour montrer l’urgence du moment pour Oyana, cette femme à l’histoire personnelle tourmentée qui va découvrir sur le tard la véritable identité de son père . Et qui n’aura d’autre choix que de s’y confronter .

Dire la vérité ou m’enfuir sans un mot parce que les remords se sont accumulés? M’asseoir devant toi pour tout révéler ou prendre mes jambes à mon cou? Parce que je ne sais que faire, parce que je n’ai pas de réponse, j’ai décidé d’écrire. Je tourne autour depuis hier, pour ne pas dire depuis toujours. C’était déjà là
quand nos chemins se sont croisés au Mexique, quand nous avons eu notre coup de foudre. C’était comme tu disais au début: tomber en amour.
Tu vas découvrir dans ces lignes la face cachée de celle avec qui tu vis depuis des années. J’écris tout ça dans la précipitation. J’espère avoir terminé dans quelques jours. Je veux réussir à préserver l’essentiel tout en te disant des choses qui n’auront pour toi, peut-être, que le goût de la trahison.

Eric Plamondon a publié l’an passé « Taqawan » , un grand succès presse et librairie . L’auteur a obtenu plusieurs prix dont le Prix France-Quebec . Il était d’ailleurs parmi nous à la librairie Ombres blanches le 4 juin à 18h, comme nous vous l’avions annoncé sur nos réseaux sociaux.

 

 

Laisser un commentaire