Le People de la Semaine : Christelle Chollet.

christelle-chollet-affiche3

christelle-chollet-affiche3A quelques jours de sa venue à Valence d’Agen (47), le 2 juillet 2015 sur la scène locale pour présenter son nouveau spectacle Comical, Chritelle Chollet nous a accordé un peu de son temps juste avant de se rendre sur un plateau TV. Christelle Chollet est une comédienne et chanteuse française, née à Toulouse le 5 décembre 1972. Elle a débuté au conservatoire de Toulouse. Son one-woman-show L’Empiafée a tenu l’affiche pendant cinq ans et rassemblé 500 000 spectateurs. Elle proposera dès cet été son troisème spectacle Comic Hall, mélange de music hall, de comédie musicale et de comique.

Christelle, tu vas présenter la semaine prochaine ton nouveau spectacle, le troisième en avant première au public de Valence d’Agen. Tu as le trac un peu ?

Un peu ouais. J’essaie de faire les choses avec envie et que ça plaise aux gens. Déjà faut que ça me plaise de le faire et puis après j’adore le musical donc dans ce troisième spectacle, qui s’appelle Comic Hall, c’est une réunion entre l’univers comique et l’univers du music Hall. ma recette à moi c’est que j’aime bien quand sa rigole, que ça chante, quand ça bouge. ce que je fais c’est voir ce que j’aime. on ne s’est pas posé la question avec les deux premiers spectacles, je voulais juste faire ce dont j’avais envie. Mon truc à moi c’est faire rigoler les gens avec la musique. Quand on fait son propre spectacle on a de la chance parce qu’on peut faire absolument ce que l’on veux. si j’ai envie d’être accompagné au piano par exemple, de danser sur un morceau ou de jouer de la flûte sur un cheval je le fais. C’est ça aussi qui me plait. je sais pas si c’est fédérateur pour les gens mais visiblement oui puisqu’ils viennent. En tout cas ça me permet de m’investir complètement. Je fais ce que je veux et même si je ne sais pas le faire, je prends des cours. Pour le premier spectacle j’avais voulu faire des claquettes mais je ne savais pas en faire donc j’ai pris des cours de claquettes. (Rires). Je voulais m’accompagner sur une chanson particulière au piano donc j’ai pris des leçons de piano.

J’adore me déplacer dans les villes, surtout les petites. C’est l’intérêt de ce genre de spectacle vivant, il vit au fur et à mesure du temps. Ce qui me plait sur les spectacles par rapport aux DVD par exemple c’est l’instantané. On dit toujours une chose différente. Comme disait Michel Boujenah, et il a raison : “Si vous regardez le même spectacle, dans la même salle avec les mêmes personnes, vous ne vivrez pas les mêmes émotions dans les spectacles vivants.” C’est toute la magie de l’instant et c’est pour cela que je préfères me déplacer tout le temps et voir un maximum de gens.

 

Est-ce que tu n’entretien pas un peu la rareté puisqu’on te voit peu en dehors de tes spectacles sur scène ?

Un petit peu oui effectivement. on a pu me voir dans quelques films et téléfilms et c’est vrai que je fais peu de télé. Je ne suis pas une habituée on va dire. J’ai fais Touche pas à mon poste il y a quelques jours avec mon ami Julien Courbet aux commandes. Ce que j’aime faire c’est quelque chose d’artistique et la télé c’est pas forcément artistique donc c’est pour ça que j’en fais peu. Mon métier c’est la scène. J’ai aussi des priorités. Mais je trouve que c’est bien de se faire rare à la télé, les gens s’ils vous voient tous les jours, ils vont pas payer et se déplacer pour vous voir sur scène faire le clown.

 

Tu as toujours travaillé avec la même équipe et ton chéri ?

Oui depuis que j’ai quitté la compagnie Roger Louré et que je me suis lancé dans le one woman show, c’est mon chéri, Rémi Caccia qui écrit mes spectacles. Notre histoire à commencé grâce à la scène, tout est lié. On forme un vrai duo, lui et moi. Il ne monte pas sur scène mais il est sur scène à travers moi et moi à travers lui puisque c’est son écriture et sa sensibilité que je retranscrit. On forme un vrai binôme. C’est deux styles mélangés, nos idées communes, parfois nos discordes car on n’est pas souvent d’accord et c’est tant mieux car on a des points de vue différents et des angles différents. Il est très critique sur moi et je le suis sur lui. (Rires). Non mais je suis aussi très critique sur moi et il faut l’être dans ce métier tout le temps si on veux pouvoir continuer et avancer. je ne suis pas une fille torturée non plus, des fois je fais des conneries et je me trouve mauvaise mais je positive toujours et je serais meilleure le lendemain. Ce qui est bien quand on travaille en couple comme ça c’est qu’on ne prend pas de gant. Si ça me plait pas je lui dis. on se dit les choses clairement et on gagne un temps fou même si on s’engueule parfois mais ça fait avancer plus vite^. on est obligé de se remettre en question tout le temps, on doute c’est normal mais on va jusqu’au bout des choses. surtout Rémi, il ne lâche rien et va à la perfection. Des fois on change de chanson sans arrêt jusqu’à ce que ce soit la chanson idéale.

Mon équipe et moi nous sommes des artisans. j’adore ce mot d’artisan car il y a le mot art dedans et que c’est à la base de tout. L’artisan… J’aime bien tout maîtriser et avec mon mari Rémi Caccia qui écrit, j’ai une double vision des choses et de ce que l’on fait. C’est très agréable d’ailleurs de travailler comme ça. Pour un spectacle comme celui là, il faut avoir une vision générale de tout. Le public des fois nous pousse vers d’autres choses, vers des choses que l’on n’avait pas prévu et c’est ça qui est intéressant dans ce genre de spectacle de création, on créé tout le temps. on est très surpris des fois.

 

Comment ça se fait qu’on ne t’ait jamais vu dans une comédie musicale ?

A l’époque je ne rentrais pas dans les cases, je n’y rentre toujours pas et je n’y rentrerais jamais. je me suis faite à cette idée là et de toute façon c’est mieux comme ça. C’est ce qui a plu à Louret d’ailleurs car il aime les personnes qui ne rentrent pas dans les cases, qui sont hors normes et qui sont différentes. il aime les personnalités. c’est pour cela que plusieurs ont commencé chez lui comme Muriel Robin ou Elie Semoun par exemple. parce qu’il aime ça. J’ai fais quelques comédies musicales et pas mal de refus car j’étais la comique malgré moi. Je voulais jouer la jeune première mais même quand je faisais un monologue tragique, tous les copains étaient morts de rire. Je passais des textes de Molière par exemple et tout le Conservatoire était plié en deux. C’était pas mon truc, j’étais dans le comique et ça m’a plu car c’est génial de faire rigoler les gens. je n’ai pas d’aigreur de ne pas avoir pu intégrer une belle comédie musicale, je me serais bien vu dans Cabaret par exemple mais ils m’ont trouvé trop drôles et je ne rentrais pas dans les cases. toute cette expérience m’a permis de faire autre chose, être vraiment moi et puis d’en faire un sketch.

 

Quels sont les sujets que l’on aborde dans ce troisième spectacle et que va t’on pouvoir y découvrir de plus ?

En fait les chansons sont au service du rire ou pour introduire un sketch. Parfois les chansons sont le sketch. Je n’y intègres pas les moments de ma vie mais je parles d’anecdotes oui parfois.
Pour moi il n’y a pas de différence entre les textes interprétés et les chansons. C’est la même chose, je joue de la même façon avec les mots. Je ne fais pas la différence car une chanson raconte toujours une histoire et donc les chansons sont au service du rire et font partie prenante dans les sketch et donc dans le spectacle.
Le plus de ce spectacle c’est le fait que je parle un peu plus de trucs perso mais c’est pas perso à moi c’est des sujets qui nous concernent tous. On n’a pas besoin d’être chanteur pour avoir essuyé des refus à des entretiens d’embauche. Tout le monde a connu ça donc on peux tous se reconnaître dans ce dont je parle. c’est ce que j’appelle le syndrome de la vache qui rit, être trop comme ci ou trop comme ça ou pas assez. La vie est une comédie musicale car pour chaque situation que l’on vit il y a une chanson qui y correspond. C’est pour cela que je décide de faire ma comédie musicale dans ce spectacle.

J’ai voulu parler de la naissance, de la vie, des ados, de tout ce qui nous touche au quotidien. et aussi de la vieillesse, du passage de parents à grand parents ou ce passage de l’enfance à l’adolescence. J’ai pas mal de familles entières qui viennent dans les salles me voir parce que ça parle à tout le monde. C’est marrant de voir 3 voire 4 générations de la même famille cote à cote sur les bancs de la salle où je joue.

 

Quel est le profil type du public de Christelle Chollet ?

Il n’y a pas de profil type, j’ai des jeunes, des moins jeunes, des très moins jeunes qui viennent me voir dans mes spectacles. je ne cherche pas à plaire à qui que ce soit mais à tout le monde, rester le plus ouvert possible et plaire à tous ceux qui le souhaitent. Je ne veux surtout pas de profil type ou alors ce profil type ça serait des gens de tout âge qui se marrent et qui aiment mes spectacles. Je veux toujours surprendre les gens. Je délire encore plus dans ce troisième spectacle avec le public et je vais encore plus loin.

 

Quels sont tes projets en cours ou à venir ?

J’ai des tas de projets dans les poches. Jusqu’en 2016 je serais sur ce spectacle là pendant 6 bons gros mois. Sinon j’ai un projet de série en cours avec Pascal Legitimus et d’autres projets en cours d’écriture. J’adore travailler avec Pascal et en plus sur un projet vraiment très sympa comme celui sur lequel on travaille c’est génial. Mais je ne peux pas encore en parler car le projet n’est pas encore sorti, on en a pas encore parlé à des producteurs.je n’ai pas vraiment d’autres projets pour les prochains mois car ce troisième spectacle a nécessité beaucoup de travail. Je vais pas dire que c’est un show à l’américaine mais ça a demandé beaucoup de temps et d’attention, surtout parce qu’il y a des chansons, des musiques, des chorégraphies et tout ça ça prend pas mal de temps à préparer si on veux faire un beau spectacle. Les gens ils viennent voir un spectacle et passer un bon moment donc si on ne veux pas les décevoir il faut travailler, travailler et travailler encore. C’est super carré. On a pris presque 1 an pour préparer ce spectacle.

 

Tu aimes travailler et t’entourer de copains, quel est ton coup de cœur dans l’humour ?

Julien Courbet c’est un mec formidable, il est très très très fort sur scène, il est épatant. il a commencé justement son spectacle à Toulouse il y a deux ans et il tourne encore avec sur Paris et il rempli les salles et parce qu’il a fait ce qu’il fallait faire. Il est reparti de zéro en faisant les toutes petites salles, il a repris son premier métier. il était monté sur Paris au départ pour faire de l’humour. C’est un mec très drôle. il est vraiment fait pour ça. il est tout le temps sur l’interactivité. il a pris son temps pour se remettre en selle, il a commencé par des petites salles et maintenant 2 ans après il rempli des 400 places à Paris sans problème et il a commencé une grosse tournée cet été. il mérite tellement. Il bosse c’est un gros bossuer. Sans hésiter mon coup de cœur c’est Julien. en plus c’est tellement un mec normal. Les Courbet c’est une famille bien, je les connais bien et les apprécie beaucoup.

 

Christelle Chollet sera sur scène avec Made In Chollet, son troisième spectacle le 2 juillet eu Théâtre Georges Leygues à Villeneuve sur Lot (47) et dès le 23 juillet au Grand Point Virgule puis du 27 novembre au 2 janvier au Bataclan.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire