Le phénomène Trois Cafés Gourmands débarque le 12 décembre 2019 au Zénith de Toulouse.

Il était une fois un rêve devenu réalité depuis 2018 pour trois amis d’enfance Mylène Madrias, Sébastien Gourseyrol et Jérémy Pauly alias Trois cafés gourmands. L’été 2018 a été bercé pour beaucoup par cette mélodie joviale « A nos souvenirs ». Une seule écoute, et les paroles sont gravées dans notre mémoire. Et ça marche pour chaque titre qu’il sorte.

Comme le dit l’adage « la gourmandise est un vilain défaut » mais pas ici. Être « gourmands » (fan) des Trois cafés gourmands, c’est prendre plaisir à écouter, à chanter et partager des chansons qui parlent à tous.

À l’occasion de leur prochaine venue dans la ville rose, Gaëlle, a eu le plaisir de discuter en toute simplicité avec Jérémy l’un des membres du trio « Trois cafés gourmands ».

Jérémy, chaque chanson est un véritable succès, comment expliquez vous un tel carton ? Existe t’il un ingrédient mystère ?

Malheureusement non, il n’y en a pas. Notre musique fait du bien au gens. On croise souvent à l’issue de nos shows, le public avec la banane, des étoiles pleins les yeux… et c’est que du bonheur pour nous. Chanter, c’est notre passion et on le fait avec notre cœur. On aime donner du plaisir.

J’ai l’impression que la scène est un besoin pour vous. Le partage avec le public transparaît à chacune de vos scènes. Est-ce vrai ?

Oh oui, on vient de la scène. Beaucoup de groupes commencent par faire un album et la scène vient ensuite. Nous, notre marque de fabrique, c’est l’inverse. On a fait beaucoup de scènes et on s’est nourrit de ces divers échanges, c’est très gratifiant. Puis nous avons fait un album.

Chaque scène est unique et différente, parfois on vient pour jouer sans être les têtes d’affiches, et il faut chercher le public, lui donner envie de nous découvrir, nous voir.

Le groupe s’exprime mieux sur scène qu’en studio avec son équipe.

J’ai l’impression que Trois cafés gourmands c’est plus qu’une simple histoire d’un simple groupe, c’est surtout une famille. qu’en pensez vous ?

Oui effectivement. On se connaît depuis tout petit, on a partagé et on continue à partager beaucoup de choses. Mylène la passionnée, nous a motivés à faire ceux que l’on aime et voilà où cela nous a mené. Chacune de nos chansons est une palette de nos moments marquants. C’est l’aventure de nos sentiments qui sont couchés sur les feuilles et les mélodies de notre album.

En parlant d’inspirations, où la trouvez vous ?

Cette inspiration est puisée dans nos instants de vie. Chacun va l’exprimer à sa façon. Et on voit que nos textes touchent chacun différemment. Nous essayons de véhiculer aussi bien des sentiments de gaieté , de tristesse et si ça marche on est heureux.

Et le partage des tâches, ça donne quoi ?

Sébastien a composé la majorité des mélodies qui sont présentes dans cet opus. Mylène et moi-même travaillons chacun sur celles-ci. Il y a beaucoup de discussions car nous sommes trois et on doit être d’accord ensemble. Il ne faut pas oublier notre « 4ème » cafés gourmands, Jean Jacques Dumas (notre directeur musical) qui nous fait des réalisations de fou.

Actu ?

Nous sommes comme vous le savez en tournée dans les zéniths de la métropole. En octobre dernier, nous avons eu le plaisir de vous offrir un DVD+CD live (la vidéo a été captée lors de notre premier zénith qui était St Étienne). Quant au CD Live, c’est une panoplie de captation des différents endroits où nous avons eu le plaisir de jouer. Et la cerise sur le gâteau, dans ce coffret, nous vous faisons un autre cadeau : l’album « un air de rien ».

Si j’étais médecin, je prescrirai à nos chers lecteurs et lectrices, une cure de Trois cafés gourmands. Malheureusement, ce n’est pas encore remboursé pour la sécurité sociale…

En attendant, rendez vous ce jeudi au Zénith de Toulouse pour partager et chanter la bonne humeur.

Et si vous avez encore des cadeaux à faire, n’oubliez pas vous pouvez offrir ce magnifique coffret…

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire