Confidences avec la talentueuse Florence Coste.

C’est une jeune femme passionnée, curieuse, avide de connaissance, Florence Coste se dévoile un peu plus dans le rôle qui lui va comme un gant, celui de Tiphaine dans la nouvelle série sur TF1 “H24“.

Il y a quelques semaines, je vous annoncai la diffusion de la nouvelle série médicale H24.
L’histoire de 4 femmes différentes unies par le même travail, celui d’infirmière. Parmi elles, j’ai été touchée par le personnage de Tiphaine. J’ai donc eu le plaisir de pouvoir échanger en toute simplicité avec l’actrice qui a joué ce rôle, Florence Coste.

Florence, vous êtes une femme aux multiples ressources ( chant, TV, théâtre). Qu’est-ce que cela vous apporte ?

J’avoue, j’adore faire ce métier. Il n’y a pas de routine, on est toujours dans la nouveauté. Cela me permet d’avoir de belles perspectives de projets. Je me remets toujours en question, je m’adapte sans cesse.
Quelque soit le lieu du “jeu” que je dois faire, je le vis à 100%.
J’ai commencé par le chant à l’âge de 16 ans, c’était un rêve de petite fille. Maintenant j’en fais moins. Quand vous commencez dans ce métier, ce n’est pas toujours évident mais plus vous avez de compètences, plus vous avez le choix des projets.

Il y a quelques années, nous vous avons adoré dans l’émission The voice. En gardez vous un bon souvenir ?

J’en garde un magnifique souvenir. Je me rappelle le stress que j’ai ressenti lors des auditions à l’aveugle, voir ces quatre fauteuils retournés et s’avoir que des milliers  de gens sont devant leur écrans. Malgré cela, c’est vraiment une expérience enrichissante. Cela m’a permis d’avoir plus de visibilité.

Quel a été le déclic pour passer du chant  au jeu de rôle ?

Comme je disais plus haut, chanter c’est une rêve de petite fille. J’avais 16 ans quand j’ai passé mon permier casting, pour la comédie musicale Aladin. Lors de celui-ci, on m’a dit qu’il fallait chanter mais aussi jouer. C’était un plaisir de jouer ce rôle de jeune première. Avec cette première expérience, j’ai réalisé que si je voulais accéder à d’autres rôles, il fallait que je me forme dans une école. J’ai donc intégré “l’entrée des artistes”.
Petit à petit, l’envie de jouer a surpassé l’envie de chanter. Par la suite, j’ai fait du théâtre, et de fil en aiguille de la télévision avec mon premier rôle dans Camping Paradis.

Vous avez eu la chance de jouer dans diverses séries jusqu’à aujourd’hui, mais aussi au cinéma, au théâtre. Pour vous, faire ce métier, es- ce une sorte d’exutoire, une manière d’exprimer ce que les mots de tous les jours ne peuvent pas ?

Quand j’étais plus jeune,  c’était un vrai besoin pour exprimer ce que je ne pouvais pas dire, parce que j’avais honte. J’étais très timide, chanter était pour moi un moyen de communiquer, tout comme jouer, permettait de m’exprimer.

Maintenant, c’est un moyen d’explorer les différents facettes de soi. Vous savez avant tout, quelque soit le rôle, on part toujours d’une base vrai, notament au théâtre, on peut faire évoluer son personnage, et son personnage peut nous faire grandir.
C’est un art qui permet d’apprendre à nous découvrir, nous écouter.

Depuis quelques semaines, nous avons le plaisir de vous redécouvrir dans la nouvelle série H24 (sur TF1). Comment s’est passée cette aventure ?

Le rôle de Tiphaine m’a été proposé assez normalement. On m’a envoyé le scénario que j’ai lu. Et je l’ai tout de suite adoré.
Le personnage de Tiphaine est touchante, elle a plusieurs facettes. C’est une femme forte avec tout ce qu’elle a géré mais derrière ce masque, se cache une certaine douceur. Elle est aussi passionnée par son métier. Elle a une certaine fougue que je retrouve aussi en moi.
On a tourné pendant trois mois dans une aile désaffecté de l’hopital Robert Ballanger. L’équipe technique est géniale, les comédiens supers, maintenant c’est plus que des collègues de travail, c’est une famille.

Actu ?

Je suis actuellement au théâtre avec “Les passagers de l’aube”. En juillet, je serai au festival d’Avignon avec deux pièces. La première sera une version déjantée de Titanic avec la compagnie des moutons noirs. La seconde est une reprise de la pièce “Les muses” qui raconte l’histoire de quatre oeuvres qui prennent vie une fois le musée fermé.

Florence est une jeune femme accomplie, avide de connaissance, elle se donne à fond dans tous ces projets. Au plaisir de pouvoir vous découvrir dans d’autres aventures que ce soit sur petit grand écran ou sur les planches.

Laisser un commentaire