Confidences de François David Cardonnel au festival de Luchon : De Templeton au Bazar de la charité.

Lors du Festival des créations télévisuelles de Luchon 2020, le téléfilm “De l’autre côté” était en compétition et présentait en avant première aux festivaliers.

François David Cardonnel qui fait parti du casting a bien voulu nous accorder une petite entrevue.

Bonjour François David et merci de bien vouloir répondre à nos questions.

Bonjour, c’est un plaisir.

La dernière fois qu’on s’est vu sur Luchon c’était pour la série “Templeton” avec vos frères.

Oui, nous avons été diffusé sur OCS City. C’était une série que j’avais écrite avec mes frères et c’était une super expérience.

Et cette fois-ci tu es présent pour “De l’autre côté”. Comment s’est passé la présentation au public ?

Oui je suis en compétition avec le téléfilm “De l’autre côté” avec Tiphaine Daviot et Alix Poisson qui sera diffusée sur France 2. La projection s’est super bien passée et j’ai découvert le film par la même occasion. Il est super bien, je te le recommande il a une vraie patte. Cela se passe à la frontière franco-suisse, dans le milieu de l’horlogerie. Une personne est retrouvée morte, il y a une enquête mais ça ne se résume pas juste à cela. On rentre dans un milieu méconnu l’horlogerie dont j’ignorai le côté très élitiste, très pointu. Et dans “De l’autre côté”, il est vraiment mis en avant.

Tu as toujours goût à l’aventure et à relever des défis. Tu as vraiment les yeux qui pétillent, que viens-tu de tenter aujourd’hui ?

J’étais avec Aurélien Wiik et on a fait un vol en parapente, c’est assez incroyable comme expérience. C’était mon baptême ! J’étais terrifié vu que j’ai le vertige et le mal de l’air, mais en même temps j’ai voulu me lancer et puis Aurélien m’a vraiment boosté dessus. On avait en plus un temps idéal. Et là je redescend à peine de mes nuages.

Aurélien qui est ton partenaire dans “Le Bazar de la charité” ?

Oui exactement, c’est bien Aurélien Wiik avec qui j’ai eu la chance de partager ce beau projet.

Comment es-tu arrivé sur “Le Bazar de la charité” ?

Et bien, j’ai passé un casting (rires). J’ai été retenu et puis c’est comme ça que j’y suis arrivé.

Qu’est-ce qui t’a plu dans ce rôle ?

Ce qui m’a plu dans ce projet c’est le fait de raconter un fait historique qui s’est réellement passé. Faire des films d’époque c’est toujours génial vu que je suis passionné par l’histoire. Le fait de me replonger dans une période du XIXème siècle c’était déjà quelque chose qui m’excitait beaucoup… Et puis ma partenaire de jeu essentielle c’était Audrey Fleurot. Je ne l’a connaissais pas mais j’ai vraiment été très heureux de travailler avec elle.

On sent une belle complicité à la scène.

Oui, ça a super bien marché avec Audrey. On s’est tout de suite bien entendu dans le travail. C’est une grande bosseuse, très généreuse. Avec le réalisateur Alexandre Laurent, on a bossé tout les trois sur les séquences qu’on avait. On ne lâchait pas et puis moi de la voir ultra concentrée, a chercher le jeu le plus juste ça vous porte et ça vous aide pour faire de même. C’était vraiment un plaisir.

Tu as aimé interpréter un journaliste en costume d’époque et à la recherche de la vérité ?

Oui je trouvais ça cool d’interpréter vraiment un journaliste. Je sais qu’il y avait une “Une” du petit journal de l’époque du bazar de la charité.  Je m’en suis procuré un exemplaire original pour 12 euros (rires). C’était génial de lire le récit du véritable journal. Et effectivement le fait de jouer ce journaliste et d’avoir ce journal de l’époque c’était un petit truc en plus très intéressant pour mon jeu d’acteur. En plus mon personnage était très ouvert pour l’époque. On voit qu’il dénonce les actes de certains aristocrates qui ont piétinés et poussés des femmes pour sortir du bateau entre guillemet. Il a une dimension assez féministe pour l’époque et je trouvai ça cool de jouer sur ça.

 

Est-ce que le fait que ce soit une mini-série te satisfait où tu aurais préféré que ce soit plus long ?

Non moi j’aime bien la dimension de mini-série. Je trouve cela cool. Après il n’y a pas de règle, il y aurait pu avoir une suite, mais j’aime bien quand quelque chose est bouclé. Et puis par rapport à mon personnage ça ne me gênait pas (rires).

Oui parce que le pauvre (rires)…

Le pauvre se fait sauvagement assassiné ! On peut le dire vu que ça a été diffusé sur TF1 (rires).

En effet, et on peut la revoir sur Netflix.

Oui et c’est possible en plus de la regarder à la suite car c’est une série qui s’y prête. En tout cas je suis ravie d’avoir participé au “Bazar de la charité”.

J’ai toujours rêvé de jouer dans “Engrenages” je suis ultra fan de cette série. Mais là, ils viennent de faire la dernière saison donc c’est mort (rires).

J’ai une petite question, si tu avais une baguette magique et que tu pouvais jouer n’importe quelle série que choisirais-tu et pourquoi ?

J’ai toujours rêvé de jouer dans “Engrenages” je suis ultra fan de cette série. Mais là, ils viennent de faire la dernière saison donc c’est mort (rires). Mais ça va je suis content car même si je rêvais de jouer dans “Engrenages”, j’ai déjà tourné avec Thierry Godard et Audrey Fleurot que j’aimais beaucoup dans la série. Voilà une série où j’aurais voulu jouer…  Ou “Lost” parlons d’une série que j’ai adoré.

Dans quel rôle ?

Je ne sais pas un rôle inconnu vu que je n’ai pas été pris pour y jouer (rires). Mais sinon j’aimerais bien jouer dans un film de guerre. Non pas pour faire “joujou” à la guerre mais dans un film engagé pour dénoncer la folie de la première guerre mondiale.

Un genre de 1917 ?

Tout à fait. Mon grand-père paternel était soldat pendant la première guerre et je sais que l’horreur de cette guerre, la dimension psychologique et la folie humaine peuvent être mis en avant et dénoncer. J’aimerais beaucoup jouer dans ce genre de film.

On le souhaite en tout cas.

Merci en plus je porte très bien la moustache (rires collégiaux).

Essayons de retrouver notre sérieux. Quels sont tes projets ?

Le mois prochain je vais tourner un unitaire pour France 3. Je vais jouer un homme de bonne famille, un peu pompeux, ce que je n’ai pas encore fait et ça m’intéresse d’explorer ce côté là de ma personnalité (rires). J’ai été aussi approché pour du théâtre en fin d’année. Encore une fois les choses ne sont pas définies c’est encore en projet mais petit à petit ça se concrétise.

Merci beaucoup pour ce moment que tu nous a accordé.

Mais c’était avec grand plaisir. Merci à toi.

Laisser un commentaire