Interview de Jacques Iribarren et Yohann Homs organisateurs du 1er concert “Drive in” en France à Albi !

Après avoir recueillis les impressions des spectateurs du 1er concert “Drive in” de France à Albi, nous avons dans l’idée d’interviewer les organisateurs.

C’est avec plaisir que nous nous trouvons face à Jacques Iribarren, directeur général de la radio 100% et Yohann Homs, directeur de la société “Albi Expos” du parc des expositions d’Albi. Même si nous n’avons pu discuter avec lui rien n’aurait été possible sans Stéphane Constant de “Carrément Prod”.

Le concert “Drive in” vient juste de se finir et je suis en présence des deux protagonistes qui sont à l’origine de ce… Ce phénomène unique en France. Mais d’où vous est venu cette idée ?

Jacques : C’est une idée qui est partie au tout début du confinement. Dans les 15 premiers jours, début avril, on était un petit peu déprimé et on se disait qu’il fallait vraiment faire quelque chose pour relancer la machine, retrouver les gens et faire la fête. Sauf qu’on était chez nous et qu’on se disait que c’était impossible. Et en fait, on a vu ces images qui circulaient de concert en “Drive in” dans les pays de l’Est. On s’est dit mais que c’était ça l’idée, qu’il fallait faire cela en France avec le prestataire Carrément Prod, le parc des expositions d’Albi et puis la radio 100%. Alors c’était lors d’un apéro visio, comme il s’en est fait beaucoup pendant le confinement (rires collégiaux). Et je vais vous dire l’idée est arrivée à la fin de l’apéro plutôt qu’au début (rires)…

C’est souvent le cas (rires collégiaux).

Jacques : Alors là on s’est dit “Banco on va faire ça” ! On pensait que d’autres personnes allaient avoir la même idée, mais non il se trouve qu’on est les seuls.

Yohann : C’est vrai qu’on se disait qu’il fallait dégainer vite parce que tout le monde va le faire, mais non. Après ce n’est pas si simple à mettre en place. On est les premiers à l’avoir fait ça c’est très bien passé. Les gens ont vraiment été super respectueux. C’était un bonheur et une très belle communion entre les artistes et les spectateurs. Alors peut être que ce n’est pas aussi bien qu’un concert traditionnel ou un festival, mais on a eu ce sentiment de revivre… De renaître après à l’issue de ce covid-19 qui nous a sacrément chamboulé.

Combien y avait-il d’intermittent du spectacle sur ce projet  ?

Jacques : Le concert a fait travailler a peu près 50 personnes qui ont travaillé en amont, le soir même et qui vont aussi s’occuper du démontage. Il y a eu toute la préparation administrative, les demandes d’autorisation. Pas vraiment de sono ce soir, mais il faut quand même monter une scène, de la lumière, des retours sur scène, gérer des instruments. C’était vraiment l’envie aussi de relancer la machine économique parce que quand on a eu cette idée on était tous au chômage partiel, comme beaucoup de français qui ont vécu cette période à la maison en télé-travail, a mi-temps… Et on s’est dit il faut faire en sorte que le business reparte. Ce soir c’est un concert solidaire, les recettes ne sont pas énormes. Elles vont intégralement à tous les intermittents qui ont été mobilisés sur l’événement, ça leur fait du boulot et c’est mieux que le chômage.

En plus en matière de solidarité, on peut rappeler que les artistes sont venus se produire bénévolement.

Yohann : Oui, et ça vraiment c’est beau et on peut les remercier. On leur doit beaucoup pour le bon déroulement de cette soirée. Sans cet engagement de leur part, on aurait pas pu faire ce concert. Grâce à leur geste, ils ont permis à 50 personnes de vivre de leur travail et pas des aides et du chômage partiel.

On peut aussi tirer notre chapeau à “Bapla Truck” qui a concocté des plateaux/sacs repas qu’ils remettaient à l’entrée en formule drive pour les spectateurs qui l’avaient réservé. Un geste pour soutenir les producteur locaux ?

Jacques : Oui, toujours dans l’idée de faire quelque chose de solidaire. Il y avait la première partie qui était de faire travailler des intermittents du spectacle en saluant les artistes qui ont décidé de venir gracieusement. Puis la deuxième partie c’était de dire on est aussi un circuit court c’est du local. Il faut faire travailler les gens d’ici. Et c’est forcément avec des produits locaux donc des burgers avec la viande tarnaise. On a proposé des frites maison et des boissons artisanales. Tout ça c’était des produits locaux et c’était très important pour nous de s’inscrire dans cette logique.

Vous aviez remis un petit sac de bienvenu à chaque spectateur et les personnes qui les remettaient travaillent normalement à l’administration ?

Yohann : Effectivement aujourd’hui toute l’équipe du parc a su se remettre en cause et surtout changer ses fonctions. C’est une équipe très investi dans son travail et pour la soirée chaque personne a fait un métier qui n’était pas le sien et l’a fait avec envie avec implication. Je suis vraiment fier d’eux car ils ont fait un boulot qui n’est pas le leur comme l’accueil, le contrôle, le placier… Ils se sont engagés là-dedans à 100% et on foncé dans ce projet pour repartir au travail. Pour revenir “A la maison” car il y a un véritable esprit de famille, très solidaire et super sympa qu’on a pu développer. Cela s’est ressentie tout au long de l’organisation du projet et aujourd’hui lors de la préparation et pendant le concert.

En tout cas, nous avons passé une incroyable soirée. Il y avait une ambiance du tonnerre entre klaxons et engouement du public. Les artistes se sont succédés sous une ovation de klaxons (rires). C’était énorme ! Que peut-on vous souhaitez… Un autre concert ?

Jacques : Alors le prochain concert “Drive in” est à Tarbes. Puisque dés le début de l’annonce du concert à Albi, la ville de Tarbes avec qui la radio 100% a l’habitude de travailler depuis des années sur des concerts nous a contacté. Ils nous ont dit “Mais nous ça nous intéresse ! On avait eu la même idée, on voulait le faire” ! Il se trouve que le groupe “Boulevard des Airs” est de Tarbes et le groupe a poussé dans ce sens en disant “Si on vient faire un concert à Albi, on a envie d’en faire un dans notre ville, là où on a commencé”. Donc ça c’est fait très naturellement et nous à la radio on a dit “Bon écoutez, nous on vous accompagne”. On garde la logistique de communication qu’on a amené sur la radio et de diffusion FM, et la ville va gérer toute la partie logistique.

Auriez-vous un petit message à passer ?

Yohann : Juste, laissez-nous vivre de notre métier. Aujourd’hui on est heureux d’avoir partager ce moment, cette joie et ce plaisir ainsi que cette communion avec le public. Cela a permis aux gens de se régaler après deux mois et demi de confinement et de moments difficiles.

Merci beaucoup

Jacques et Yohann : Merci.

 

Le 2ème concert “Drive in” organisé par la ville de Tarbes et la radio 100%  aura lieu le dimanche 21 juin à 21h30 au parc des expositions de Tarbes. 

Si vous souhaitez voir ou revoir “Boulevard des Airs”, “La Déryves”, “TiBZ”, ou encore “Sans Prétention”, “Sangria Gratuite” et “Arsène” cliquez ici !

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *