Nicolas Leroux, homme de l’ombre de la radio 100% au concert “Drive in” à Tarbes.

Au concert drive in du dimanche 21 juin pour la fête de la musique à Tarbes, il y a beaucoup de petites mains qui travaillent en coulisses. Ils sont les gardiens de la bonne tenue du concert que ce soit les techniciens et intermittents du spectacle des prestataires : Deelite événements, Chloé Production et Kelan Production ou les employés de la société 100%.

C’est le cas de Nicolas Leroux qui permet le lien sur place avec les studios pour la retransmission du concert sur les ondes.

Nous avons voulu en savoir en plus et mettre en lumière son travail sur les deux concert drive in avec la radio 100% et même les ciné en voitures.

Bonjour Nicolas,

Bonjour Vanessa.

Nous sommes au concert drive in à Tarbes. Mais ce n’est pas ton premier vu que tu étais aussi à celui d’Albi ?

Oui j’ai participé il y a trois semaines au concert drive in à Albi. Je travaille pour la société 100% et on est là pour retransmettre en FM, en local sur le parking mais aussi à la radio sur tout le réseaux 100%. Il y a beaucoup de travail, on a un gros camion qui nous sert à cela dans lequel on met tout le matériel. En plus ici à Tarbes il fait beau.

Parce que la dernière fois il pleuvait et donc les conditions n’étaient pas les mêmes (rires).

Oui, tout à fait c’était un peu plus compliqué. On avait peur parce qu’il y a pas mal de fils qui sortent du camion pour la réception du signal avec la régie et la sono. Mais quand il fait beau en général tout se passe bien.

Tu as participé à plusieurs “Drive in” concert mais aussi de cinéma. Comment procèdes-tu ?

On va commencer par le concert. Il y a sur place ici différents prestataires pour la ville de Tarbes. Ce concert est à l’initiative de la ville de Tarbes qui a vu ce que nous avions fait à Albi et qui s’est dit:  “Pourquoi on ne fait pas pareil” ? Et ils ont eu raison. Il y a donc différentes sociétés, avec Deelite qui s’occupe de la sono. Une autre Chloé Production s’occupe de la vidéo puisqu’on va retransmettre aussi en live sur facebook.

Le concert comprend aussi un troisième prestataire et nous qui retransmettons en FM. Mais alors comment fait-on ? On dispose de matériel et de “rack” où on peut fixer le matériel et le déplacer assez facilement. On a beaucoup de branchement et une parabole satellite qui sert à envoyer le signal jusqu’au studio à Mazamet. On met des moyens assez costaud vu que la 4G avec près de 200 voitures, je n’ose même pas imaginer l’état du réseau pendant deux heures. Afin d’éviter tout problème il vaut mieux une diffusion par satellite et que l’on reçoive tout proprement au studio.Sans rentrer dans les explications plus technique, il faut dire qu’on a une personne dans les studios à Mazamet pour pouvoir diffuser le programme et les publicités qui seront mis entre les inters plateaux c’est à dire entre les groupes pour éviter les blanc quand les équipes changent le plateau.

Merci pour ces éclaircissements. Et ça s’est passé comment, côté cinéma ?

Pour le cinéma, c’était avec le Parvis du Centre commercial Leclerc à Tarbes qui se trouve juste à côté. On a fourni toute la partie diffusion radio, du cinéma confiné en voiture devant un grand écran qui faisait 17 mètres. Les gens pouvaient y regarder tranquillement le film dans le véhicule en écoutant à la radio le son. On a fourni cette parti logistique de retransmission FM pendant trois jours.

Comment vis-tu cette nouvelle approche du concert en voiture qu’on espère éphémère ?

C’est inédit en France et assez particulier. Un concert 100% normal avec public et quand même assez costaud, il faut dire la vérité. Le travail d’un technicien à 100% quand on fait du live que ce soit au Christmas live à Albi ou la fête de la musique à Toulouse est intense et il y a quand même des moyens. Le “Drive in”  apporte une expérience supplémentaire pour faire de la FM de terrain, comme on dit. Et régler des choses en 30 min c’est quelque chose qu’on ne fait pas souvent. lorsqu’on va aux émetteurs pour faire des réglages cela prend au moins une demi-journée pour les peaufiner. Là on est obligé de le faire très rapidement mais ça fonctionne toujours avec l’expérience professionnelle (rires).

Vous êtes deux ?

Alors oui, on est deux aujourd’hui et on était 4 à Albi. On était plus nombreux car c’était le premier et qu’il n’y avait qu’un prestataire. Là c’est quelqu’un d’autre qui s’occupe de la vidéo même si on vérifie,mais c’est pour nous qu’ils le font.

Comment en arrive-t-on à exercer un travail de technicien pour la radio ?

J’ai été pendant 12 ans animateur radio, rien à voir (rires). J’ai effectué un changement radical d’orientation quand je me suis rendu compte qu’animer une émission radio ne m’intéressait plus. J’ai donc fait une formation en restant dans le milieu de la radio. C’est un avantage car je sais exactement ce qui se passe je connais le process d’un animateur j’anticipe les réactions. Cela me permet de mieux comprendre même les choses les plus tordues quand il y a un truc qui ne marche pas. J’ai commencé en 2008 à la technique donc ça fait 12 ans déjà. En fait, 12 ans en animation radio et 12 ans à la technique (rires). Waouh 24 ans de travail !

Impressionnant. Un petit message à passer ?

Amusez-vous cet été parce que on espère que tout va rouvrir très vite. Soyons optimiste, vraiment. Le “Drive in” n’est pas fait pour durée, ni le confinement dans la voiture pour assister à un concert. Il faut garder espoir et ça va s’arranger.

Merci beaucoup pour ta disponibilité.

Merci à toi.

Nicolas et son collègue était sur le front tout au long du concert et si un petit décalage se faisait, ils réagissaient de suite. Si vous souhaitez découvrir le concert “Drive in” à Tarbes, cliquez ici !

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *