Rencontre avec Damien Beigbeder organisateur du Bordeaux Geekfest virtuel

Cela fait une semaine que nous avons pu vivre le 1er festival d’Europe 100% virtuel grâce à l’équipe du Bordeaux Geekfest.

Damien Beigbeder est président de Lenno, agence d’événementiel et de communication à Bordeaux spécialisée dans la culture asiatique et Geek. Il organise notamment le Bordeaux Geek Festival (BGF) ou Bordeaux Geekfest.

Damien nous a accordé une interview sur l’île du Bordeaux Geekfest virtuel qu’il a mis en place avec son équipe.

Bonjour Damien, merci beaucoup de m’accueillir au Bordeaux Geekfest. Comment est né ce festival 100% virtuel ?

Bonjour Vanessa. Alors pourquoi cette idée ? Tout simplement comme beaucoup en France nous avons été impacté par le confinement et des mesures prises contre la Covid-19. Contre mauvaise fortune, bon coeur, on a décidé de trouver des solutions pour continuer notre activité. On s’est rappelé qui nous sommes, de nos débuts dans les années 2000. Notre ADN c’est vraiment  un ADN de pionnier et d’essayer de tenter de nouvelles voies. C’est comme ça qu’est né le Bordeaux Geekfest virtuel expérience. Le 1er événement européen 100% virtuel et j’insiste bien sur le 100% virtuel parce que c’est le premier où il y a une île et où on incarne un avatar.

Combien de temps avez-vous mis pour mettre en place le Bordeaux Geekfest virtuel ? Et combien  de personnes y ont participé ?

On a été très vite je t’avoue en un peu plus de 40 jours, 42 si je ne me trompe pas. Nous étions 9 personnes sur le projet, tous professionnel.

Un investissement important de temps et de dévouement humain. J’imagine que la mise en place du festival a dû être très prenant ?

C’est intéressant que tu me pose cette question là car je suis souvent sidéré par les questions du grand public notamment sur le pourquoi d’un événement payant. Alors je fais un parallèle toujours très simple. Quand vous allez chez votre boulanger le matin, vous ne repartez pas avec une baguette gratuite et que tout travail mérite salaire. Derrière ce festival ce sont des professionnels qui sont passionnés, qui donne beaucoup et ont énormément travaillé. Je passe évidemment le coût technique, la solution qui est étrangère et qui coûte très cher. Tout ça mis bout à bout, sans la participation financière du public, sans leur soutient, l’événement ne peut pas avoir lieu. Et c’est pareil pour la continuité de nos festivals depuis 20 ans sans ça ils n’auront pas lieu. J’aime bien faire un peu de pédagogie et replacer le contexte parce que ça devient presque blessant. Je sais qu’on ne peut pas faire l’unanimité et les gens peuvent ne pas comprendre cela mais je pense qu’il faut ramener ça au fait que l’argent est une énergie et que sans énergie on ne peut pas développer des projets.

Oui, vous êtes une force d’idées mais il faut un soutien financier pour réaliser vos projets.

Plus simplement, pour moi nous avons deux pouvoirs en nous. En premier, le pouvoir de vote, celui de notre carte d’électeur où on peut choisir les gens qui nous représente. Et le deuxième, le pouvoir financier et de notre carte de crédit. Je décide d’aller dans certains endroits et de payer certains produits et certaines prestations. On souffre un petit peu depuis l’arrivée d’internet car internet = gratuit. Mais ce n’est pas le cas car les professionnels commence à se lever de plus en plus pour dire que ce qu’ils font c’est un travail , avec des compétences et c’est ce qui les font vivre et donc il faut une rentrée d’argent.

Ce weekend il y ‘a entre 150 à 200 invités de présent, ce qui est complètement fou. Comment as-tu réussi à avoir tous ces invités ?

Il y a en fait plus de 200 invités. Moi, j’ai vraiment une chance incroyable. J’ai monté cela il y a un peu plus de 20 ans avec deux amis. Au bout de quelques années, en à peine un mois, avec une dizaine de bénévole, on a créé le festival Animasia. On a grandi au fur à mesure. Si tu veux je pense que cette prouesse là de monter le Bordeaux Geekfest virtuel on a réussi à le faire parce qu’on a une histoire. On a une authenticité, une sincérité dans le propos, dans l’intention. Il y a un amour et une passion qui est juste incroyable pour tout cet univers. On l’a vu pendant cette crise on aime être ensemble même si ce n’est pas simple vu nos différences. Mais tout ça avec la profondeur de l’histoire, les amitiés qui ont pu naître au cours des années. c’est tout de même un sacré travail accompli. On va fêter la 16ème édition d’Animasia en octobre.

C’est la première fois que j’aurais fait des interviews virtuelles. J’ai fait ma première conférence en virtuelle. Cette grande première on l’a vécu ensemble et on l’a gardera en nous à tout jamais !

Quand tu met tout bout à bout un réseau bénévole incroyable, des invités qui nous connaissent et je fini par mon équipe qui est très investie. Une fois encore quand je leur ai soumis le projet ils y sont allés à fond. Ce qui montre qu’il faut changer et ne plus dire “c’est difficile, on ne va pas y arriver” mais plutôt “on va essayer”. Ce sera pas parfait, on va peut être pas réussir mais il faut essayer.  Si tu pars dans une telle dynamique ça donne une énergie incomparable. Il y aura des choses à redire sur notre événement mais c’est une 1ère européenne, on frôle les 400 heures de contenu du jamais vu. C’est la première fois que j’aurais fait des interviews virtuelles. J’ai fait ma première conférence en virtuelle. Cette grande première on l’a vécu ensemble et on l’a gardera en nous à tout jamais ! A tous et à toutes merci infiniment j’ai été énormément touché de cette solidarité.

Tu parle de la solidarité, de ton équipe, de bénévoles.. Il y avait des bénévoles aussi ce weekend ?

Oui. Alors tu me ramène à la genèse, la création il y a quelques années de l’association Mandora d’où tout découle. Je crois beaucoup à ce que les choses se font dans le temps, à la profondeur des liens. Pour moi entreprendre et innover ça dépasse des cadres très rigides. Et je pense qu’on peut le faire tout autant en tant que bénévole. On a en général sur nos festivals entre 200 et 900 bénévoles.

Je suis vraiment touché par toute cette énergie, ce collectif qu’on forme, et je pourrais te parler pendant des heures des bénévoles. C’est un peu mes super héros !

Ils sont vraiment incroyable. Aujourd’hui sur la plateforme on a pu compter sur nos extraordinaires bénévoles et je les remercie énormément. Je suis la face visible de nos événements mais derrière il y a tellement de femmes et d’hommes hors du commun. Dés que possible je les mets en avant, je ne manque pas de les mettre à l’honneur et de surtout les remercier. Je suis vraiment touché par toute cette énergie, ce collectif qu’on forme, et je pourrais te parler pendant des heures des bénévoles. C’est un peu mes super héros !

C’est tout à ton honneur et je partage ton avis. On a croisé des visiteurs de toute la France mais aussi du Québec, des Etats-Unis… As-tu une idée de la nationalité des visiteurs par rapport aux inscriptions ou pas encore ?

Alors je pourrais te dire tout les horizons d’origine des visiteurs plus tard. Mais pour le moment je peux te dire qu’en effet il y a des américains, des canadiens, et même des guyanais. On a été limité à 3000 comptes sur tout le weekend sachant que nous avons des plages d’amplitude horaire très large. Samedi on a fait 10h du matin jusqu’à 2h du matin et ce dimanche on fait 10h à minuit. On a pu voir que nous avions 200 à 400 personnes connectés tout au long de la journée et à des heures différentes. On est sur des chiffres bien inférieur que nos festivals mais on voulait proposé une architecture qui pouvait accueillir 3000 comptes unique. C’est très bas pour des événements physiques mais juste topissime pour un qui est virtuel enfin je n’ai pas encore les chiffres exact.

Animasia a une place très importante j’y ai passé des milliers d’heures de travail. Cela me fait chaud au coeur de fêter les 16 ans d’Animasia avec les petits moyens que nous avons.

Ce weekend c’est le Bordeaux Geekfest virtuel expérience et après ?

Alors on croise les doigts pour que la vie reprenne son cours. On va fêter la 16ème édition du festival Animasia, pour voyager au coeur de l’Asie. Bientôt 40 ans et tous ces événements là dont celui-ci c’est un peu la moitié de ma vie. Animasia a une place très importante j’y ai passé des milliers d’heures de travail. Cela me fait chaud au coeur de fêter les 16 ans d’Animasia avec les petits moyens que nous avons. Cette année on a mis en avant la thématique de la gastronomie. Il va y avoir des démonstrations culinaires, plusieurs chefs vont venir. Ce sera le samedi 10 et dimanche 11 octobre. La veille d’Animasia et c’est assez méconnu on a lancé il y a 8 ans “l’Indie Game Factory”.

Peux-tu nous expliquer en quoi ça consiste ?

C’est un événement “BtoB” (salon Business to Business), plutôt pour les professionnels. Il est dédié aux jeux vidéos indépendants. La petite info à savoir c’est que Bordeaux est la deuxième ville créatrice de jeux vidéos indépendants en France. L’idée est de créer un regroupement professionnel pour parler du contexte national et international. De pouvoir soutenir la filière avec différents partenaires. Et là aussi on a une thématique qui est l’Afrique. Le sommet Afrique, France devait avoir lieu à Bordeaux avec une cinquantaine de chefs d’état africain, mais avec la covid-19 il a été repoussé voir annulé. Nous on a voulu garder ce thème parce qu’en Afrique il est entrain de se passer énormément de choses.

Et en suivant Vanessa, on va produire le 1er Angers Geekfest  qui aura lieu une semaine après Animasia. Et là aussi on a subit un impact de la covid car c’était un événement qui devait avoir lieu en avril et qui a été repoussé le 17 et 18 octobre 2020. On se retrouve à Angers, une ville assez incroyable que je ne connaissais pas. J’y suis allé à mainte reprise pour le projet. Il y a des communautés, des associations et des entreprises et des pouvoirs publics très engagés. “Destination Angers” est notre partenaire principal qui gère le parc des expositions.

Oui et pour une première édition vous avez un invité de l’univers de la saga Harry Potter ?

En effet, on fait venir Devon Murray qui incarne Seamus Finnigan dans Harry Potter. Le 26 juin 2020 on a fêté les 23 ans du premier tome d’Harry Potter et c’est super d’avoir un des acteurs pour le tout premier Angers Geekfest, un beau petit clin d’oeil à cette saga.

C’est quoi une de tes journées type sur un festival ?

Alors comme je te l’ai expliqué j’ai tout fait de A à Z. Au début c’était des journées très longue de 20h (rires). Des journées et des semaines interminables. Et puis au fur à mesure j’ai pu déléguer à mon équipe puis aux bénévoles. C’est mes super héros, mais c’est aussi ma famille maintenant on est très unis.

Très centré sur l’humain, je croise beaucoup de monde, je discute beaucoup. Mes journées sont extrêmement longues. On sort de là fatigué, vidé mais heureux de l’accomplissement, et rempli d’énergie positive.

Aujourd’hui j’ai cette chance là de pouvoir me concentrer sur les invités, sur l’accueil des partenaires, sur les interviews parce qu’en ayant tout connu et tout fait collectivement je suis un peu la mémoire de tous nos festivals. Je fais beaucoup d’interviews, je fait le lien, je vais voir les équipes. Je demande si ça va, je marche évidemment beaucoup. Et l’accueil c’est un moment de ferveur où on se retrouve vu qu’on a créé des lien très fort avec les invités. Très centré sur l’humain, je croise beaucoup de monde, je discute beaucoup. Mes journées sont extrêmement longue. On sort de là fatigué, vidé mais heureux de l’accomplissement, et rempli d’énergie positive.

Merci  beaucoup Damien pour le temps que tu m’as accordé et merci pour ce festival virtuel.

Merci Vanessa c’était un vrai plaisir.

Si vous avez bien lu les propos de Damien Beigbeder vous savez que son prochain festival, la 16éme édition d’Animasia aura lieu le 10 et 11 octobre 2020 à Bordeaux sous le thème de la gastronomie. Réservez vos billets ici.

Ne manquez pas non plus le 1er Angers Geekfest une semaine plus tard du 17 au 18 octobre 2020 avec l’acteur Devon Murray d’Harry Potter. Pour choisir votre billet c’est simple, cliquez ici.

Laisser un commentaire