Entrevue avec Stéphane Soo Mongo alias Alex de la série “Section de recherches” sur TF1

C’est bientôt la fin de la 14ème saison de « Section de recherches » sur TF1. Et comme pour les autres personnages j’ai eu envie d’en découvrir plus sur Alex chevillé à son bureau et son ordinateur. Et pour cela, petite discussion très sympathique avec son interprète Stéphane Soo Mongo.

Bonjour Stéphane et merci de répondre à mes questions.

Bonjour, merci à vous. Je ne vais pas parler trop fort par contre car ma fille Clara, âgée de 9 mois, fait sa sieste dans la pièce d’à côté.

Oh félicitations !

Merci. Figurez-vous que c’est un bébé « Section de recherches ».

Ah bon ?

Oui, j’ai rencontré ma compagne sur le plateau de « Section de recherches » sur l’épisode « La machine » avec en guest Florent Manaudou. L’actrice en question c’est Rebecca Finet qui interprétait l’entraineuse du personnage de Florent.

Comme quoi, il y a des belles histoires qui se déroulent sur les tournages.

Oui, c’est clair. On s’est rencontré à la cantine. Depuis on a emménagé ensemble, et on vient d’avoir une petite fille. C’est super. Je suis très content d’être dans cette série (rires).

J’imagine bien (rires collégiaux). Vous interprétez, depuis quelques années maintenant, l’adjudant Alexandre Sainte-Rose dit Alex dans « Sections de recherches ». Est-ce que si on vous l’avait dit à votre passage de casting vous y auriez cru ?

Absolument pas, surtout qu’à notre arrivée avec Félicité Chaton, avec qui j’ai passé le casting, on se disait que c’était une série et qu’on ne sait jamais combien de temps nos personnages vont être présent. Cela fait 7 ans et on est très content de la longévité de nos personnages. Cela ne nous a pas empêché de faire d’autres projets à côté, que ce soit au théâtre, au cinéma ou à la télévision.

Oui, parce que vous avez eu quelques personnages qui sont partis.

 En effet, on a eu la chance avec Félicité et Franck de passer entre les gouttes vu qu’on est arrivé ensemble au début de la saison 8. On doit être bien aimé des téléspectateurs, de la production et de la chaine j’imagine (rires collégiaux).

Quel est ou quels sont vos points communs avec votre personnage ?

J’ai des côtés un petit peu geek et fouineur en informatique. Mais dans la vie je ne suis pas trop enquêteur comme Alex. Dans la série on en sait peu sur son passé et sa vie privée. Ce qui n’a pas été évoqué. Ce qui me manque un peu.

C’est compréhensible. Nous espérons tous qu’une 15ième saison soit programmée. Si c’est le cas comment aimeriez-vous qu’Alex évolue ?

Alors si je pouvais passer un message aux auteurs (rires). C’est un vœu que j’ai depuis quelques saisons, j’aimerais beaucoup aller un peu en extérieur comme Félicité. Je suis très content pour elle, car elle le mérite. Elle est très douée et je suis heureux de la voir bien évoluer dans la série. Sinon, comme à l’instar de l’épisode « Petite sœur » sur Félicité connaître un drame ou que je sois lié à l’enquête.

Un retour sur le passé d’Alex ?

Oui, pourquoi pas. Une histoire un peu sombre. Comme mon personnage est sympa, geek, un peu lisse, ce serait bien qu’il est un côté un peu noir qui lui rajoute un peu plus de profondeur.

Félicité Chaton nous a parlé de quelques fous rires entre vous sur le plateau de la série. Pouvez-vous nous confier l’un d’entre eux ?

J’ai une petite dyslexie. J’inverse des mots et des phrases. Je peux aussi sortir un mot venu de nulle part ce qui provoque le rire de Félicité et même les autres membres de l’équipe (rires). Mes erreurs de textes peuvent faire rire l’assemblée et détendre l’atmosphère (rires collégiaux).

En 2018, vous faisiez parti de l’aventure de « Meurtre à Colmar » qui a été rediffusé dernièrement, un bon souvenir ?

Oh oui c’était super. J’ai une petite anecdote : on devait partir avec ma compagne à Bali et quand j’ai eu la réponse du casting je lui ai demandé si ça ne la gênait pas si on transformait Bali en Colmar (rires). Rebecca était contente que je sois pris pour le film mais un peu déçue de ne pas partir à Bali. Mais oui, c’était une formidable expérience avec Pierre Arditi et Garance Thenault. J’ai passé 15 jours formidable à Colmar avec une très bonne ambiance sur le tournage avec le réalisateur Klaus Bidermann et la superbe productrice Lissa Pillu. Un rôle de flic encore (rires).

Ça vous colle à la peau (rires collégiaux).

Oui, j’en ai fait un aussi pour un épisode spécial de la série « Fais pas ci, fais pas ça ». C’est vrai que depuis quelques années je suis abonné aux forces de l’ordre. Ce qui était différent quand j’étais plus jeune. J’avais plus des rôles de banlieusards, de petites frappes.

Un profil qui collait au film « Le Ciel, les oiseaux et ta mère ».

Exactement, en plus c’était une vraie rencontre avec le réalisateur Djamel Bensalah qui a eu lieu sur un épisode de la série « Navarro ». Nous étions tous les deux comédiens âgés de 16 ou 17 ans sur la série avec aussi Julien Courbey qui faisait partie de cet épisode « Triste carnaval » sur 3 ou 4 jeunes qui tags dans la rue. On s’est donc trouvé ensemble, il y a plus de 25 ans, sur cette série. Ensuite on a fait un court-métrage « Il y a du foutage dans l’air » qui est devenu en long « Le Ciel, les oiseaux et ta mère ». Mes fameux débuts (rires).

D’ailleurs, vous avez de nouveau tourné sous la direction de Djamel Bensalah.

En effet, je l’ai retrouvé plusieurs fois pour « Neuilly et sa mère » ainsi que le film « Il était une fois dans l’oued ».

En parlant de retrouvailles, vous avez joué en 2014 « Le Crocodile du Botswanga » avec Fabrice Eboué et là vous le retrouvez dans un film qui s’appelle « Barbaque », si je ne me trompe pas.

Oui je le retrouve dans « Barbaque » qui sort au cinéma, si tout va bien, au mois de juin. C’est un rôle de gendarme encore une fois, mais celui-ci est gourmand. En fait, c’est un couple de bouchers interprétés par Marina Foïs et Fabrice Eboué qui se font vandalisés leur boucherie par un groupuscule végan. Un soir ils partent en voiture et ils écrasent un cycliste. Il se trouve que c’est le chef du groupuscule végan. Le type est mort, ils ne savent pas quoi faire du corps et ils décident de le vendre dans leur boucherie et de le faire goûter aux gens. Cette viande végane cartonne, mais il faut d’autres corps… Je vous laisse imaginer la suite.

De nouvelles disparitions et une enquête menée par un gendarme gourmand ?

Oui, j’enquête sur ces disparitions de végans et je suis très gourmand. Bien entendu mon personnage raffole de la nouvelle viande végane et s’intéresse plus à la gastronomie qu’à l’enquête. C’était vraiment très drôle comme expérience. Là aussi, il y a eu pas mal de fous rires sur le plateau.

Pour en revenir à « Section de recherches », quelle est la phrase ou le mot pour vous qui symboliserait le mieux la 14ème saison ?

Je dirais « surprises » et « coup de théâtre » !

Le théâtre qui représente toute une histoire pour vous. Vous êtes montés sur les planches de théâtre dernièrement.

C’est vrai, j’ai retrouvé les planches du théâtre des Bouffes-du-Nord. Je plains non seulement mes camarades techniciens, acteurs mais aussi les étudiants, les restaurateurs, toutes les professions qui souffrent de la situation sanitaire actuelle et des restrictions mises en place.  J’ai eu la chance de jouer, lors du couvre-feu à 20h, une pièce de la compagnie des Chiens de Navarre s’intitulant « La peste c’est Camus, mais la grippe est-ce Pagnol » ? Une espèce de performance une vraie/fausse lecture avec à peu près 17 comédiens sur le plateau réunis par Jean-Christophe Meurisse et qui improvisent autour de la pandémie, sur notre époque et le fait de vivre avec ce virus.

Quel sont vos projets ?

Il y a le deuxième film de Jean-Christophe Meurisse « Orange sanguine » où je ferai partie du conseil de l’économie qui est un peu mêlé à une affaire douteuse avec des plans offshore. C’est un peu inspiré de l’affaire Cahuzac. Je serai aussi en tournée avec la compagnie des Chiens de Navarre pour la pièce «Jusque dans vos bras ».

De beaux projets. Avez-vous un message à passer ?

Je voudrais remercier tous les spectateurs fidèles qui sont toujours aussi nombreux et présents les jeudis soir devant « Section de recherches ». C’est grâce à eux si on a fait autant de saisons. Un grand merci à tous les fans de la série.

Merci beaucoup Stéphane.

Merci à vous Vanessa.

Jeudi prochain ce sera l’occasion de retrouver Stéphane Soo Mongo et toute l’équipe de « Section de recherches » pour les deux derniers épisodes, le final de la 14ème saison. Un spécial crossover et des retrouvailles avec la série « Alice Nevers, le juge est une femme ». Et comme le dit Stéphane Soo Mongo : « Coup de théâtre » ce jeudi 11 mars à partir de 21h05 sur TF1 !

Par Amour partie 1 et 2

Synopsis

La Section de recherches fait à nouveau équipe avec la procureure Alice Nevers et le commandant Marquand pour enquêter sur une série de meurtres sanglants entre Nice et Paris. Entre les deux groupes, la situation se complique quand le commandant Jeanne Lorieux se trouve mêlée à l’affaire…

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire