Soirée placée sous le signe de la résistance ce soir sur France 2

Ce soir, France 2 met à l’honneur la résistance pendant la seconde guerre mondiale. En première partie c’est une invitation à se remémorer ou découvrir les grands résistants qui ont contribué à la libération et la victoire de 1945. En deuxième partie face à la résistance lycéenne qui a pris vie à partir du 11 novembre 1940 même chez de jeunes collégiens. Mais surtout un évènement tragique le massacre des lycéens en Sologne résultant d’une traitrise. Ce qui fait la particularité de ces deux films c’est que ce sont des documentaires fictions.

L’Histoire secrète de la résistance

Ils sont venus de tous les milieux, animé par des opinions politiques divergentes, mais tous partageaient une même volonté de se battre pour libérer la France. Des images d’archives, des éclairages d’historiens et des scènes de fiction reconstituent minutieusement les parcours personnels et intimes de cinq personnalités de la résistance : Jean Moulin, figure phare de la résistance, qu’il a organisée et unifiée, Henry Frenay, fondateur de l’un des mouvements les plus importants de la zone libre, Berty Albrecht, créatrice d’un service social d’aide aux prisonniers, Gilbert Renault, agent secret dont les informations ont changé le cours de la guerre, et George Beaufils, membre du Parti communiste, sont évoqués dans récit au présent qui permet de prendre la mesure de ce que signifiait alors “entrer en résistance”.

 

Présentation

Ce docu-fiction écrit et réalisé par Caroline Benarrosh, produit par Brainworks et France TV a vu le jour grâce à des lettres, conversations et témoignages de l’époque. Chaque dialogue est une répétition de faits réels et d’échanges verbaux du passé. Là il est question de mettre en lumière 5 grands personnages français de la résistance.

Une belle distribution

Des comédiens jouent des faits et des mots qui ont construit petit à petit la résistance. Ils contribuent à la mémoire des résistants tout comme celle de leurs actions. Les principaux personnages sont interprétés avec finesse par Guillaume Marquet (Gilbert Renaud), Benjamin Brenière (Henri Frenay), Constance Carrelet (Berty Albrecht). Mais aussi Arthur Orcier (Georges Beaufils) et Simon Larvaro qui interprète Jean Moulin.

 

Sans oublier Grégory Questel qui joue le chef du maquis Henri Petit. Malheureusement ils trouveront pour certains sur leurs routes Serge Da Silva qui incarne Pierre Pucheu responsable de nombreuses mises à mort.

Avis

Dès les premières minutes, le présentateur Julian Bugier tout comme la voix de Gaël Faye nous plonge dans le passé au cœur d’un lieu mythique où de nombreux résistants ont été fusillés. Même si on connait l’issu de certains, les dialogues et les faits apportent des plus non négligeables. C’est une belle immersion dans un documentaire à la hauteur.

Diffusion

« L’histoire secrète de la résistance », ce soir à partir de 21h05 sur France 2 !

Les Lycéens, le traitre et les nazis

Le 6 juin 1944 et dans les jours qui suivent, plus d’une centaine de lycéens parisiens quittent la capitale, par petits groupes. Ils filent vers le Sud pour aller combattre les Allemands. L’aviation anglaise doit leur parachuter des armes dans les forêts de Sologne. Ils sont issus des grands lycées parisiens. Regroupés dans une organisation appelée le Corps Franc Liberté, ils font partie des plus jeunes résistants que la France ait connue. Dans les greniers, dans les caves des lycées, ils se sont entraînés et ont été finalement intégrés aux Forces Françaises de l’Intérieur. Extrêmement prudents, ils ignoraient pourtant une chose : un lycéen de leur réseau informait la Gestapo depuis plusieurs années. Pourquoi a-t-il trahi ? Était-il le seul ? Le 10 juin 1944, il est trop tard pour se poser ces questions. 41 lycéens sont massacrés ce matin-là et 15 périront en déportation. Des dizaines d’autres encore se cacheront dans les bois et repartiront combattre. Cette tragédie eut lieu le même jour que le massacre d’Oradour-sur-Glane qui semble l’avoir éclipsée dans nos mémoires. Et pourtant, grâce aux témoignages de trois survivants et à de nombreuses archives, l’épopée de ces lycéens résistants peut être aujourd’hui racontée. Elle rend hommage au courage et à l’engagement de ces jeunes lycéens que les livres d’Histoire ont oubliés.

Présentation

Comme son prédécesseur le film est un documentaire fiction mais là on s’intéresse à des lycéens et pour certains à leur tragique massacre. Ils sont tombés dans les mains des ennemis à cause d’une trahison de l’un de leurs camarades. Ils font tous parti du Corps Franc Liberté. Il est écrit et réalisé par David André.

Sabordage de l’intérieur

La confiance envers l’un des leurs les a perdus et les allemands ainsi que des collaborateurs français ont mis fin à leur jour. Pourtant ils prenaient beaucoup de précautions et agissaient avec prudence au sein de leur établissement.

Un casting intéressant

L’évènement tragique dont ils ont été victime a été perpétré en même temps que le massacre d’Oradour sur Glane. La vision du réalisateur David André sur ce drame est assez intéressante surtout que des comédiens interprètent là aussi des rôles prédéfinis comme ceux des survivants du massacre de la Ferté Saint Aubin : Baptiste Bordet est Bernard Villette, Adrien Rouyard joue Lucien Schmandt et Andréa Cossu interprète Raymond De Lassus.

Sans oublier Pierre Ostoya Magnin qui incarne le traitre André Parent mais aussi Adrien Dewitte qui campe le « Gestapache » Pierre Lussac.

Avis

Un moment de notre histoire un peu tombé dans l’oubli qui est rappelé à nos esprits par une analyse et une réalisation très détaillée. Un très beau documentaire.

Diffusion

« Les Lycéens, le traitre et les nazis » ce soir à 23h05 sur France 2 !

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire