Cette année là : 1957, le TFC au sommet du football français !

A l’aube d’une semaine ou le TFC,espérons le , s’apprête à écrire une page de son histoire ( barrage ce Vendredi 21 au Stadium), focus aujourd’hui sur un livre très couleur locale, qui propose de revenir sur un fait de gloire, souvent méconnu par les plus jeunes. Et pour cause, puisqu’il faut remonter à 1957. Les Editions Midi Pyrenéennes, dans leur collection Cette année là s’arrêtent sur le titre de gloire acquis par le club : la Coupe de France 1957.

Un trophée et une finale en bien des points singulières. Ou quand la petite histoire rencontre la grande. Resumé.

Sur le plan sportif tout d’abord: le TFC, 20 ans d’existence tout rond ,se présente au mythique Stade de Colombes pour la finale après une saison de championnat mitigée. Mais la magie de la Coupe de France a transcendé les toulousains pour venir à bout notamment de Sedan ( de Zacharie Noah) ou de l’OGC Nice, déjà à Colombes. Idem pour Angers ( qui a décidément une place à part dans notre histoire) , que la  logique ne prédestinait pas vraiment à se retrouver en finale. Et pourtant, la finale sera la plus prolifique en buts            ( record en cours) avec une promenade de santé toulousaine qui finira sur le score de 6-3.  Les joueurs se congratulent et portent en triomphe leur capitaine,Pleimelding. L’image sera immortalisée pour faire la Une de Miroir Sports, l’hebdomadaire de référence . Cette finale sera aussi la seule de l’histoire arbitrée par un arbitre étranger, anglais en l’occurence.

                                                                           

 

Hélas, bien vite, la realité du contexte politique pesant va prendre le dessus sur les réjouissances.  La situation dégradée en Algérie ébranle la France de Réné Coty, présent comme le veut la tradition pour la remise de la Coupe . Ce match,qui devait être une fête               ( première finale retransmise par l’ORTF) va tourner au drame quelques minutes après le coup de sifflet final avec l’assassinat d’Ali Chekkal, vice président de l’Assemblée algérienne, et qui a pris fait et cause pour l’Algérie française. Un crime de lèse majesté de trop pour Mohammed Ben Sadok, qui abat de sang froid le frondeur . Et une onde de choc qui éclipsera grandement le titre toulousain, la Dépêche n’y consacrant qu’un entrefilet et le retour à Matabiau se faisant dans un relatif anonymat. Pas de chance quand on sait que cela reste à ce jour le seul titre national du club! Mais les circonstances furent ce qu’elles furent ….

Dans une deuxième partie plus générale, l’historien Denis Baud, dont nous avions déjà présenté ici le livre Goal Volant ( René Vignal) revient sur le reste de l’histoire du Tef, denuée de titres hélas. Retour évidemment sur l’élimination du Naples de Maradona en 86, jusqu’à l’ère du foot business, les années Sadran,le drame Brice Taton ou la nouvelle gouvernance de Red Bird. L’ouvrage  évoque aussi l’effervescence autour d’un TFC sur le point de devenir Champion de France contre le grand Reims de Raymond Kopa. A un point près. Ou encore sur l’arrivée à la présidence de Jean Baptiste Doumeng, alias le milliardaire rouge dont l’ambition était de faire du Tef un Champion de France. Sans oublier un passage sur la construction du Stadium sur l’Ile du Ramier, témoin de l’exploit majuscule en Coupe de France du club algérien d’El Biar contre le mythique Stade de Reims.

Bien que l’ouvrage se veuille concis et non exhaustif ( 46 pages) les grandes lignes de l’histoire de notre club y sont bel et bien dessinées. En attendant celle de 2021 ? Affaire à suivre …

1957, le TFC au sommet du football français, Denis Baud, Editions Midi Pyrénéennes,  46 pages, 6.80 euros

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire