Fin de l’affaire DSK : les charges sont abandonnées.

Dominique Strauss KahnLe juge américain Michael Obus a décidé mardi d’abandonner les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn pour crimes sexuels, à la demande du procureur qui a relevé des mensonges dans les accusations de la femme de chambre du Sofitel de New York.

 

« Je ne vois aucune raison de refuser » la demande de non-lieu, a déclaré le juge lors d’une audience d’une quinzaine de minutes au tribunal pénal de Manhattan.

La décision du juge met fin à trois mois d’une saga judiciaire qui a coûté à « DSK » son poste de directeur général du Fonds monétaire international et gravement entamé ses chances de briguer la présidence française.

Le juge a évoqué une possibilité d’appel de la part des avocats de la victime présumée de M. Strauss-Kahn. On ignorait dans l’immédiat si l’ancien patron du FMI allait ou non pouvoir immédiatement récupérer son passeport et quitter les Etats-Unis.

Le procureur Cyrus Vance, qui avait obtenu l’incarcération de M. Strauss-Kahn en mai, a annoncé lundi avoir demandé au juge l’abandon des poursuites contre M. Strauss-Kahn. S’il est établi que l’ancien patron du FMI a bien eu une relation sexuelle avec son accusatrice, rien ne permet de prouver avec certitude que cette relation était forcée, a expliqué M. Vance.

L’ancien ministre français était poursuivi pour sept chefs d’accusation, dont tentative de viol, agression sexuelle et séquestration.

Cyrus Vance a expliqué dans un long argumentaire de 25 pages que Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse DSK de l’avoir contrainte à une fellation dans une suite du Sofitel le 14 mai, avait menti de manière répétée aux enquêteurs.

Mme Diallo, selon le procureur, a donné « trois versions contradictoires » de ce qui s’est passé après sa rencontre avec DSK. Confrontée à ses contradictions, elle a affirmé n’avoir jamais tenu les propos qu’on lui prêtait.

Ses mensonges ont « sérieusement entamé sa crédibilité de témoin » dans cette affaire, a ajouté le procureur qui refuse de courir le risque de perdre un procès. Une condamnation au pénal à New York ne peut être obtenue que par un jury unanime, convaincu « au-delà du doute raisonnable ».

La recommandation du procureur a été dénoncée comme un déni de justice par l’avocat de la femme de chambre. Selon lui, le procureur « a refusé le droit d’une femme à obtenir justice dans une affaire de viol ».

Les avocats de DSK, qui avaient plaidé non coupable le 6 juin, ont fait savoir que leur client était « reconnaissant » de la décision du procureur. « Nous avons dit depuis le début que notre client était innocent », ont-ils déclaré dans un bref communiqué.

Les avocats de Mme Diallo ont lancé au début du mois une procédure civile devant un tribunal du Bronx, quartier populaire de New York, pour obtenir des dommages et intérêts après l’agression « violente et sadique » contre leur cliente.

En France, la recommandation du procureur de classer le dossier a été accueillie avec soulagement par les socialistes, candidats à la primaire y compris. Pour autant, l’avenir politique de Dominique Strauss-Kahn sur la scène française reste incertain et nul ne se risque à envisager qu’il soit candidat à la présidentielle de 2012.

Source La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *