Prise d’otage à Météo France.

meteo-france-toulouseUn vigile du siège de Météo France à Toulouse est pris en otage depuis 6h45 ce jeudi matin à Basso Cambo.

Le Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) a engagé des contacts téléphoniques avec le preneur d’otage. Ce dernier n’a toujours pas été identifié. La police a été alertée à 6h45 par employé de Météo France qui n’arrivait pas à joindre le vigile. Devant le siège de l’entreprise, les forces de l’ordre ont découvert une voiture stationnée sans conducteur ni passager.

Des contacts téléphoniques ont été pris par le GIPN avec le preneur d’otage mais ni son identité ni ses motivations n’étaient connues pour l’instant, a indiqué la police.

Selon Pascal Boureau, responsable du syndicat Spasmet-Solidaires, le personnel a été évacué et le siège bouclé par les forces de l’ordre. Les employés qui devaient prendre leur service ont été priés de ne pas se rendre sur les lieux, a-t-il ajouté.

Selon des sources policières, le preneur d’otage serait confus dans ses propos et armé d’un fusil de chasse. Il s’agirait d’un chômeur en fin de droits sans aucun lien avec Météo France. Il aurait une cinquantaine d’année.

Le quinquagénaire avait demandé une équipe de journalistes, un téléphone portable et des cigarettes. Il aurait utilisé ce téléphone pour contacter les services de police en demandant à parler à l’officier qui avait enregistré une plainte quelques jours plus tôt. Il s’est présenté comme un propriétaire qui aurait déposé plainte récemment pour des dégradations commises dans son logement. Il a également réclamé un autre téléphone portable.

Le preneur d’otage a été blessé au flanc par un projectile durant l’assaut du GIPN et il a fallu le ranimer avant de l’opérer en urgence à l’hôpital Purpan. Selon une source policière, le forcenet aurait ouvert le feu en premier à l’aide de son fusil de chasse sur les hommes du GIPN en fin de matinée. Ses motivations et son identité restent flous mais on sait qu’il s’agit d’un homme de 52 ans, cariste sans emploi, domicilié à Portet-d’Aspet en Haute-Garonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *