Riche week-end de sports pour les équipes toulousaines !

fenix-jouer-pfWeek-end riche en émotions diverses pour les équipes sportives toulousaines que celui que nous venons de vivre. Retour sur le match tant attendu du Derby de la Garonne, les Fenix renaissent de leurs cendres, les Spacer’s sont toujours au top !

A tout seigneur tout honneur, c’est aux Stadistes que revenait le privilège d’ouvrir ce week-end, avec le premier volet du derby de la Garonne, version rugby. Un match nul 13-13 et un partage des points qui n’arrange pas les affaires des hommes d’Hugo Mola, qui restent à une délicate 5ème place, loin de ceux a quoi ils nous habitués. Après avoir mené à la pause, les Staidstes n’ont su se défaire de l’étau bordelais et ont dû concéder le match nul.

En  Handball, le Fenix était engagé dans le Final4 de la Coupe de la Ligue, qu’il souhaitait organiser et qui se tenait finalement du côté de Montpellier. Le tirage au sort ne fut pas très clément avec les hommes de Philippe Gardent, opposés d’emblée à l’ogre PSG. Dès les premières encablures du match, l’on comprit que les Toulousains auraient beaucoup de mal à exister face à l’armada composée des Karabatic, Narcisse et autre Hansen. Privés de Nemanja Ilic, les coéquipiers de Chelle étaient rapidement menés 6-1 au bout de 5 minutes. Un écart impossible à rattraper face à cette équipe, qui n’allait faire que s’accroître, à la faveur d’une défense dépassée, au grand dam de Pardin et Dumoulin successivement. Au final un 45-31, qui faisait sortir Valentin Porte de ses gonds à nos micros :

« On n’a pas existé, on a été scandaleux. On est passés pour des cons pendant une après midi et avons donné une image pitoyable de notre club et notre ville. J’espère que ça va en piquer certains, voire tout le monde et nous permettre de rebondir dès mardi à Sait Rapahel, mais là ca fait chier ».

Le week-end démarrait donc bien mal pour nos sportifs toulousains. Et le rebond allait finir du Tefecé, avec un derby de la Garonne parfaitement maîtrisé par les hommes du bouillonnant Pascal Dupraz (bienvenue chez nous, coach !). L’inévitable Ben Yedder ouvrait le score avant de doubler la mise sur pénalty et laisser le capitaine Braithwaite s’illustrer dans le même exercice. Un festival offensif ponctué par Chocota Trejo. Un mince espoir subsiste encore au terme d’une soirée dont le peuple violet avait besoin depuis longtemps. Reaction du coach Dupraz en conf’ :

« J’ai vu une équipe déterminée et talentueuse, qui a retrouvé son public. La mission reste difficile mais au vu du match de ce soir, mes joueurs n’ont à nourrir de complexe face à personne ».

Et enfin, la surprise du chef allait venir des volleyeurs de Cedric Enard, victorieux à Poitiers, candidat déclaré au titre (1-3). Un match là aussi maitrisé, avec un très grand Clevenot, secondé par le capitaine Zago. Désormais installés sur un confortable matelas de 12 points d’avance sur le 9 ème à quatre journées de la fin, les play off ne devraient pas échapper aux Spacers, pour notre plus grand plaisir, et la promesse de chaudes soirées du côté du Palais des Sports.

Laisser un commentaire