PTDN #2 : Quand mon homme tombe mal.

WT-petits-tracas-de-nanasSalut à toutes !!! Comment ça va les nanas ? Avez-vous passé une bonne quinzaine ? Moi, ça va… Je suis ravie de vous retrouver. Dans ce second numéro de Petits Tracas De Nanas je vais vous parler d’une chose qui me rend dingue à chaque fois et je pense ne pas être la seule. La sonnette qui vous surprend, un appel ou carrément une visite impromptue justement au moment où c’est pas le moment. Moi ça m’arrive tout le temps, je vous raconte.

Aujourd’hui, j’avais envie de vous poser une petite question. Est-ce qu’il vous arrive à vous aussi, presque systématiquement, que l’on sonne à votre porte, que l’on vous donne un rencard dans cinq minutes, ou que l’on vous surprenne, pile au moment où vous n’êtes carrément pas à votre avantage ? Moi, c’est quasi inévitable ! C’est bien simple, il suffit que je décide de traîner dans mon plus vieux jogging, un masque d’argile sur la tronche, les cheveux en « free style », pour que tout à coup, on ait l’envie irrépressible de me solliciter.

Exemple au hasard : Marius ! Oui, vous vous souvenez, Marius, c’est l’homme que j’aime. Je vous en ai parlé dans le premier numéro de cette nouvelle chronique. Eh bien ce jour là, j’étais exactement dans la posture que je viens de vous décrire, à un ou deux détails près… Bref ! Bon alors Marius, c’est le genre de mec… comment dire… En fait c’est un mec, tout simplement ! Donc lorsqu’il te dit qu’il te rappelle dans dix minutes, une traduction s’impose ! Ce qu’il faut comprendre, c’est « Je te rappelle dans trois heures, dans le meilleur des cas, éventuellement demain, ou alors encore mieux tiens… Je te rappelle pas ! »

Je n’ai jamais compris cette manie d’ailleurs. Je n’ai pas toutes les qualités du monde, mais enfin j’en ai au moins une, quand je dis à quelqu’un que je le rappelle… eh bien, incroyable… je le rappelle ! Non mais je vais vous dire les filles, du haut de ma relative expérience, certes, je me suis fait une raison de ce coté là. J’en déduis une chose, même le plus gentil des hommes a cet instinct en lui, celui de faire galérer les femmes. Ça doit être un gène, exclusivement attribué à la gente masculine, qui consiste à mettre l’homme dans un état jubilatoire, limite sadique.

Moi j’imagine bien le gars, en train de regarder son téléphone d’un petit air diabolique tout en se frottant les mains, et ricanant « Mouahaha… Je t’ai dis que je t’appelais hein…Tu attends bien là…Tu galères… Eh ben je t’appellerai pas ! NA ! » Messieurs, vous êtes ridicules, sachez-le. Enfin ! Ceci étant dit, il est bien évident que mon but n’est pas de taper gratuitement sur ces bons hommes. Dieu seul sait, malgré tout, ce que je peux les aimer !!! Enfin, surtout Marius.

Alors, ce jour là, c’était un dimanche. Marius était censé m’appeler dans dix minutes, depuis la veille ! Bon, après tout il ne m’avait pas précisé dans dix minutes à partir de quelle heure exactement, et surtout quel jour ça allait tomber c’t’affaire ! Eh bien moi je vais vous dire quand cela est tombé. En ce joli dimanche matin, entre 10h23 et 10h26 ! C’est à dire que Marius était censé m’appeler « dans dix minutes… » un jour plus tôt, mais finalement, non, il a estimé bien plus judicieux de choisir pile poil ces trois minutes là. Ce tout petit laps de temps de rien du tout, nécessaire à la bonne action du masque d’argile sur ma figure !

shrek-copyright-dreamworksShrek – Copyright Dreamworks

Ajouté à mon teint somptueusement verdâtre, un joli bandeau rose fushia retenant mes mèches les plus rebelles, et un kiki sur la tête ! Oui, moi ce que j’appelle « kiki », c’est cette espèce de petit chignon ridicule, grossièrement réalisé en deux tours d’élastique, au sommet du crane. Bon vous me visualisez à peu près là… On peut se le dire clairement, j’étais visuellement parlant au top de moi-même, l’harmonie totale !

Alors, me direz-vous, mais s’il t’appelle, où est le problème ? Tu prends une voix sensuelle, ni vu, ni connu, de toute façon il ne te voit pas ! Eh bien si ! Il me voit ! Marius a beau avoir treize ans de plus que moi, Marius est moderne ! Marius m’appelle… en « FaceTime ». Le FaceTime, c’est cette fabuleuse avancée technologique permettant de se téléphoner, tout en se voyant. De la visio quoi. Ah on n’arrête pas le progrès ! J’avoue, c’est super pratique, c’est même génial, pour se sentir proche de ceux qui sont loin… à condition de ne pas avoir l’apparence de Shrek.

Le téléphone sonne… Je réponds, je réponds pas… Après tout, j’attends cet appel depuis hier, ça serait dommage de le louper. En même temps, ça lui ferait bien les pieds ! Pourquoi je ne le ferais pas un peu galérer à mon tour sérieusement ? Ce serait un juste retour, et il pourrait enfin, peut-être réaliser que moi, on me l’a fait pas à l’envers !

Donc, je décroche… Je décroche… Mais faut pas pousser. Je pose le téléphone sur le canapé, caméra face plafond ! Et la voix de Marius retentit.

– P’tain pas pu te tel hier, je suis DE-SO-LE ! (Oui, parce que Marius est toujours désolé) Mais t’es où ? J’te vois pas !

Je suis là, je suis là… Mais tu veux pas me rappeler en mode normal ?

– Oh non ! Trop envie de te voir ! Allez sois cool !

– Cool ? Ah parce que t’as été cool toi ? Tu devais m’appeler dans dix minutes hier !

– Écoute, on va pas s’engueuler, je me suis excusé… Allez…

shrek-chat-potte-copyright-dreamworksShrek « Le chat potté » – Copyright Dreamworks

– T’es chiant ! Tu tombes mal en fait…

– Mais t’es avec ton amant ou quoi ?

– Oh mais t’es bête ! Et toi au fait, c’est qui la grognasse qui t’a empêché de m’appeler hier ?

– Arrête, y’a que toi !

– Bon… Tu te moques pas hein ?

– Promis !

Bon c’est pas comme si Marius n’avait jamais vu ma tête au réveil, celle au coucher juste après le démaquillage… mais bon…

Donc devant l’insistance de mon amour, à qui je ne peux décidément rien refuser, je laissais paraître ma splendeur à l’écran.

– T’es belle… me dit-il.

– Oh non écoute commence pas, t’as dit que tu te moquais pas !

– Mais je ne me moque pas… T’es craquante !

Et tout à coup, je me suis imaginé la situation renversée… Et si c’était moi qui découvrais Marius de l’autre coté de l’écran, un masque vert recouvrant son visage ? Après tout, je l’ai aussi connu complètement décoiffé, vêtu d’un pyjama Gaston Lagaf… Est-ce qu’il m’est seulement venu à l’esprit de le trouver moins beau ? Non. Vous savez pourquoi ? Parce que Marius, en costard comme en t-shirt Goldorak, les cheveux plaqués ou indisciplinés, rasé de près ou piquant, je le trouve le plus beau du monde. Parce que Marius, je l’aime. Et je vais même vous dire, finalement il est très bien tombé, parce que maintenant, je sais qu’il m’aime aussi. L’amour est plus fort que tout ! La preuve, même le masque d’argile ne peut rien contre lui.

Je vous laisse, Marius m’appelle. A dans quinze jours les filles… D’ici là, ne vous tracassez pas trop.

Kiss. Marie.

 

Posez-moi vos questions ou faites-moi part de vos expériences sur nos réseaux sociaux avec le #PTDN.

Une pensée sur “PTDN #2 : Quand mon homme tombe mal.

Laisser un commentaire