PTDN #3 : Retrouvailles.

WT-petits-tracas-de-nanasAprès plusieurs semaines d’absences, Marie retrouve ces girls sur WebToulousain.fr dans Petits Tracas De Nanas sur un tout nouveau site, tout beau tout neuf. C’est l’heure des retrouvailles et pour cela elle a mis les petits plats dans les grands en vous proposant une superbe chronique riche d’émotion, d’humour et de sincérité à l’approche des fêtes de fin d’année. Pas la peine d’introduire d’avantage le sujet, votre hôtesse le fait bien mieux alors juste bonne lecture.

Salut les filles !!!!!!!! Comment ça va ? Moi je suis comblée ! Enfin, j’ai de bonnes nouvelles !
Bon, ne vous emballez pas. Je ne suis pas enceinte, je n’ai pas gagné au loto… Marius (souvenez vous, l’homme que j’aime) ne m’a pas demandée en mariage… Non, en fait, je suis tout bonnement heureuse de vous retrouver. Je ne sais pas vous mes girls, mais moi, j’ai trouvé le temps long… Très long… Trop long… Mais je dois reconnaître que les mésaventures qui nous ont séparées depuis un peu plus d’un mois m’ont quelque peu réconfortées tout de même.

Rendez-vous compte les nanas… Des tracas, il y en a pour tout le monde ! Les sites web n’échappent pas à la règle ! Parfois les choses prennent du temps à se remettre en place, mais tout finit toujours par s’arranger, vous voyez bien !
Moralité : Ne jamais baisser les bras, s’armer de patience… Et puis, plus c’est long… Ne dit-on pas ? Merci pour cette belle leçon, WebToulousain !

C’est bizarre, c’est déjà le troisième épisode de ces petits tracas… Et pourtant, comme je ne me suis pas adressée à vous depuis un temps certain, j’ai des petites fourmis dans le ventre, et j’ai envie de sauter de joie comme une puce tellement je suis excitée. Pour ne rien vous cacher, ça ressemble à du trac. Mais attention, un bon trac, celui qui s’accompagne d’une délicate et savoureuse pointe d’émotion. C’est un peu comme quand on n’a pas vu depuis longtemps quelqu’un que l’on connaît pourtant très bien… Et aujourd’hui, ça y est, l’heure des retrouvailles a sonné ! On se prépare, on se fait belle, on répète mille fois dans sa tête les sujets qu’on va aborder, histoire de ne pas avoir l’air trop « concon ». On en oublierait presque que rien n’a d’égal dans les rapports humains, que la spontanéité.

Depuis notre dernier rendez-vous, il m’en est arrivé des choses. Je me suis longtemps posé la question de ce que j’allais en premier lieu vous faire partager. C’est que j’aime bien fonctionner par ordre de priorité. Et puis il faut bien en garder pour les épisodes suivants. Quoi que, je vous l’accorde, on en a bien dix de retard là. Bref, j’ai tout de même été contrainte à faire le tri dans mes aventures.

Pour commencer, j’ai repassé un peu en revue les épisodes précédents. Alors, le rancard avec Marius après des mois de « bouderie », c’est fait ! Les coups de fils en FaceTime de Marius juste quand je viens d’appliquer un masque d’argile sur ma tronche, c’est fait !

Comment je me porte depuis ? Eh bien écoutez… Comme pour vous, Noël approche à grands pas… QUOI ? C’est demain ????? Oh pauvre ! Mes cadeaux ne sont pas emballés, (d’ailleurs la logique aurait voulu que je commence par les acheter) je ne sais toujours pas si je préfère farcir une dinde, un chapon ou une poularde, et bien ​sûr… Je n’ai RIEN à me mettre ! Non, je déconne… Évidemment tout est OK, prêt, calé… Mais je n’ai vraiment… rien à me mettre. La loose, la cata, la galère totale ! Oui, mon placard déborde toujours autant, peut-être plus encore, mais justement ! Vous savez bien que plus on en a, moins on a de quoi se mettre sur le dos. Enfin je sais pas, c’est pour nous toutes pareil, non ?
La petite combinaison noire/dorée que je portais l’an passé avait été dégotée spécialement pour l’occasion, vous ne vous imaginez tout de même pas que je vais porter la même tenue d’année en année ? Évidemment, ma combi est passée depuis maintes fois au lavage et demeure en parfait état, mais enfin, vous serez toutes d’accord avec moi : sur les photos ça la fout mal ! Vous imaginez… Existe t’il situation plus embarrassante que celle de se faire prendre en flag de « JECDTLM » (Jamais Elle Change De Tenue La Meuf). Oui, oui c’est de moi… Je parlais quelques lignes
plus haut de spontanéité, ça m’est venu tout à coup, sans chercher, juste comme ça… Une illumination, un sursaut… du talent quoi ! Hein… ? Voilà…

homme-femme-rose

Bref, on se comprendra toujours vous et moi. Donc, la combinaison, c’est niet ! Je sens que je ne vais pas pouvoir y échapper. Tous les ans, c’est la même chose ! Je renifle l’entourloupe ! Bibi se mettant un bon coup de pied aux fesses. Et retournant au shopping ! Oui, oh ben si vous croyez que ça m’amuse. Comme si j’avais que ça à faire, tiens ! Je suis surbookée, sollicitée de toutes parts… Alors courir à nouveau les magasins au dernier moment… au milieu de tous ces gens qui courent, qui crient, qui puent ! Puis ça prend du temps tout ça ! Tu arrives, tu cherches, tu trouves, quelque fois tu attends ton tour devant les cabines d’essayages, tu essayes dix tenues qui n’ont RIEN A VOIR les unes avec les autres, tu t’observes, rentres le ventre, serres les fesses pendant environ dix minutes pour chacune d’entre elle… Et en général il n’y a que deux issues possibles à ce périple. Soit tu prends TOUT, soit tu prend… RIEN ! Pas de juste milieu, jamais !
C’est pour ça, tout cela est finalement très aléatoire… Si encore j’étais certaine de trouver mon bonheur, LA tenue idéale ! Mais même pas… Alors, qu’on ne vienne surtout pas me parler de détente. C’est un vrai casse-tête ouais !? Un supplice, une épreuve… « Inutile ! » me murmure Marius… ?
Alors écoute moi bien mon amour, je t’aime plus que ma propre vie, plus que toutes les étoiles dans la galaxie, plus grand que la galaxie elle-même, et même encore au delà, de l’au-delà de l’au-delà… mais s’il y a bien une chose que je ne supporte pas chez toi, qui m’exaspère, mais alors qui m’horripile… C’est ta fâcheuse manie à tout exagérer !

Je disais donc… Noël, c’est demain. Je ne sais pas vous, mais alors pour moi, la période des fêtes a toujours eu une saveur particulière. L’odeur du sapin, les guirlandes qui clignotent, Tino Rossi… Mais par dessus tout, les feux de cheminée, la neige qui recouvre le toit des maisons et les pulls en laine. Ah ben oui, je suis hyèroise, et la neige, le froid glacial, à Hyères ça nous connaît ​bien ! Là, je tente l’ironie. Pour celles qui ne connaissent pas, comment vous dire… ? Si vous voulez, Hyères, c’est un peu la ville où le mois de juillet dure toute l’année. Bon, ok… J’exagère, mais à peine, je vous assure ! Quand il fait froid ici, c’est parce qu’il fait 15 degrés ! Ces derniers jours, le vent a eu le malheur de se lever ! Depuis, c’est la dégringolade !
Tous les gens autour de moi s’enrobent tels des Snickers, emmitouflés sous d’épaisses et innombrables couches de laine, arborant bonnets et doudounes en tout genre. Le pire, c’est qu’ils continuent à grelotter.
A Hyères, au mois de décembre, quand vous rentrez dans un lieu public, instantanément, l’atmosphère se réchauffe. De 15 degrés, tu passes à 30 ! Et tu les entends encore dire que « Bouuuuhhh il fait froid ».
Ces mêmes gens, qui l’été, alors que tu te liquéfies, crèves sous 35 degrés, te rabattent les oreilles de leur théorie implacable, comme quoi : « La clim engendre un choc thermique, et des guillis dans la gorge, c’est donc très mauvais pour la santé ! » trouvent pleinement leur aise et tout le confort auquel ils aspirent en ce super héros nommé chauffage, lorsque tout à coup l’ambiance se rafraîchit quelque peu. C’est bien connu, le chauffage à fond les ballons en plein hiver, l’obtention d’une température intérieure deux fois plus importante à celle extérieure, c’est recommandé pour rester en forme. Les germes ne se développent aucunement dans une ambiance surchauffée, et en plus, c’est tellement bénéfique pour la planète. Réchauffons là encore un peu… Allez, On est sur la bonne voie ! Deuxième tentative d’ironie…
Et puis j’ai envie de dire à tous ces « culs gelés » : si vous avez froid quand il fait 15 degrés… Eh bien… C’est que vous n’avez jamais connu le froid de toute votre vie en vérité. Estimez vous heureux ! Je m’égare, un sujet en entraînant un autre, j’ai poussé mon petit coup de gueule. Il paraît que c’est typiquement féminin de râler. C’est Marius qui me l’a dit. Moi ? RALER ??????? (Et là il me dirait : « Marie…TU TE CALMES !!!!!).

Marius en général, lorsqu’il me demande de me calmer, il gueule toujours plus fort que moi. Même que c’est trop mignon parce que plus il crie, plus sa voix monte dans les aigus. Oui, c’est un peu bête… Mais une femme amoureuse, c’est un peu comme une maman, ça s’émerveille de pas grand chose.
Bref, tout ça pour dire que je ne râle pas, je m’exprime, simplement. Oui, moi l’été, et je le revendique, je dors toute nue, et je mets la clim à 19. Si ça pose un problème à Marius, soit il enfile une polaire, soit il dort sur le canapé. Enfin, je crois que c’est surtout la clim à 19, éventuellement qui pourrait le gêner… parce que ma nudité, en général, en argumentant un peu… ça passe.

orgasme-femmeÇa me rappelle nos débuts… (Et là, il faut imaginer à mes lèvres, ce petit rictus tendre et nostalgique.) Marius n’avait que faire de nuisettes, portes jarretelles ou autre sous-vêtements affriolants… lui, ce qui l’intéressait, c’était de me voir « à poil » parce que ça le rendait « OUF ! » Je tâchais quand même de faire un effort… pour la ​présentation.
Ben attends, y’a un minimum pour aguicher un mec !
Je passais parfois une heure à me pomponner : dentelles, maquillage soigné, cheveux laqués…Tout ça pourquoi ? Voir mon travail salopé en deux secondes et demi par la fougue d’un Marius devenu incontrôlable !
Tu sais, dans «Amour, Gloire et Beauté» (oui, parce que je regarde «Amour, Gloire et Beauté»), les nanas, non seulement elles sont toutes foutues comme Naomie Campbell (déjà, ça… ça m’énerve !) mais en plus, (et là c’est le pompon !), elle ressortent intactes de leurs ébats !
Moi, en général, au sortir des bras de Marius… je ressemble plus à la folle de Chaillot qu’à Pretty Woman, si vous voyez ce que je veux dire…

Du coup maintenant, plus de chichis ! J’opte pour le maquillage léger voire inexistant, le cadeau sans l’emballage et le «kiki» sur la tête bien serré résistant à chaque mouvement. C’est plus austère à première vue, mais tellement plus pratique !
Je m’égare à nouveau… Je m’éparpille en fait…C’est que je vous parle comme je parlerais à de vraies copines ! On a qu’à imaginer… Je sais pas moi, qu’on est en pleine soirée pyjama !
studio-le-carre-toulouse-timelapseTellement de choses à vous dire, tellement tout qui se bouscule… Ah au fait je ne vous ai pas encore raconté la dernière tuile qui m’est tombée sur le coin du museau ! J’ai de l’eczéma ! Sur les mains… Ça gratte, ça fait mal… et c’est moche… mais c’est moche !
Je suis allée voir mon médecin (Pourtant il en voit défiler!), même lui, quand je lui ai dit «C’est vilain hein..?», il a levé la tête, m’a regardée avec compassion et m’a fait : «Ouais!»
Un vrai Dr House mon médecin… Tellement sexy, et profondément désagréable ! (oui, je fantasme sur Dr House ! Faut pas le dire à Marius, il serait capable d’aller lui casser la gueule.)
Je plaisante. Dr L. est un petit nouveau . Il remplace Dr C. qui me suit depuis vingt ans, il est sexy juste ce qu’il faut et super sympa ! En plus il est moderne, il prend la carte bancaire et tout…
Bref, résultat des courses : cortisone à appliquer matin et soir en pommade et en crème ! Des jours de traitement… Pour autant, mes mains ne semblent pas décidées a redevenir présentables d’ici demain…
Aujourd’hui, j’avais rendez-vous chez ma prothésiste ongulaire… Heureusement, je m’en suis fait une copine qui ne veut pas me vexer, mais j’ai bien sentie la gène et l’effroi dans son regard… Même moi, j’avoue m’être sentie très con. A quoi bon se faire les ongles rouges paillettes qui pètent avec des sapins et des étoiles qui déchirent, quand tes mains ressemblent… je cherche le qualificatif… à pas grand chose en fait.
A la veille du réveillon, je n’ai donc toujours rien à me mettre et des pastèques en guise de doigts… On va de contrariétés en contrariétés. Il manquerait plus que je tombe sur une huître daubée à la Noël et le tableau sera complet !
En fait, rien ne va… Et puis Marius me manque, et puis je me pose plein de questions sur mon avenir, et je veux pas vieillir, et puis je suis débordée, et puis je suis moche, et puis j’ai chaud! Et puis ZUT, ZUT et MARRE, MARRE, MARRE !!!!!!!!
«Marie… CALME TOI !… P’tain !» (petit son aigu sur la fin du «P’tain !»).
Marius a raison… Manquerait plus que je devienne stressée par dessus le marché…
Les nanas, je trinque à nos retrouvailles. A vendredi prochain ! D’ici là, ne vous tracassez pas trop quoi qu’il en soit quelqu’un vous trouvera belle.
P.S. : Si vous avez des questions ou des sujets que vous souhaitez aborder, écrivez-moi depuis le site ou les réseaux sociaux avec le code #PTDN ou laissez-moi votre commentaire en dessous ça me fera plaisir !
JOYEUX NOËL A TOUTES !
Kiss. Marie.

Laisser un commentaire