Le futur est déjà en marche : Airbus va tester sa voiture volante fin 2017.

airbus-taxi-volant
CityAirbus – image d’illustration Airbus

On connaissait d’Airbus, fleuron de l’aéronautique européen, les célèbres A380, A350,.. les hélicoptères de la branche défense mais là ce que les ingénieurs nous proposent est d’un autre genre : une sorte d’hélicoptère monoplace qui assurerait le taxi de façon autonome. Nom de code Vahana.

Vahana, ce nom ne vous dit sans doute rien mais pourtant vous risquez fortement d’en entendre parler dans les prochains mois, il s’agit du dernier projet ambitieux du constructeur aéronautique européen, Airbus, c’est un véhicule volant autonome, qui peut décoller et atterrir verticalement. Véritable alternative aux véhicules terrestres classiques, ce monoplace est pourvu de 8 rotors avec deux ailes qui aura une autonomie suffisante pour plusieurs trajets par jours. un véhicule certainement électrique qui se rechargera sur les héliports d’accueil.

Pour le moment, Vahana ou CityAirbus (on retrouve les deux noms, l’un étant destiné au marché privé et l’autre à celui des particuliers), n’en est qu’au stade de prototype et les premiers tests se sont bien passés. On annonce que dès fin 2017, les premiers prototypes pourraient effectuer des tests en situation réelle et qu’une commercialisation pourrait débuter dans 4 à 6 ans. Il s’agit de l’une des toutes premières réalisations de la division A³ d’Airbus qui est localisée dans la Silicon Valley.

Vahana est né de la collaboration d’une équipe de techniciens, de designers et d’experts qui espèrent aussi mettre en place une version à taille plus humaine. Cette nouvelle version de Vahana pourrait voir le jour à la fin de l’année 2017. Pour la fin de la décennie ou le début de la prochaine, Airbus espère commencer à commercialiser ces voitures volantes. Pour en faire des taxis, par exemple, voire pour une utilisation privative. Leur capacité de décoller et d’atterrir à la verticale leur permet en effet de s’adapter à de nombreuses situations. L’avionneur européen n’est pas le seul sur le marché à vouloir partir à la conquête de ce filon. Des dizaines d’autres entreprises travaillent, elles aussi, à leurs propres prototypes. Cette évolution de l’aéronautique, naturellement, ne manquera pas de nécessiter des mises au point… Surtout au niveau de la réglementation.

airbus-taxi-volant-2
CityAirbus – image d’illustration Airbus

Une fois le système rodé, et les autorisations de vol obtenues, la société développera son second projet, baptisé CityAirbus. Comme son nom l’évoque, il s’agit d’un système de transport aérien de personnes. Car Airbus a l’intention de s’inspirer du modèle de l’américain, en permettant aux citadins de commander un drone avec leur smartphone.

Pour autant, Airbus ne dit pas qu’il va devenir une compagnie de transport concurrençant les sociétés de VTC et de fret – sur ce point, il évoque d’ailleurs la possibilité qu’Amazon et DHL soient ses clients. On imagine la même chose avec Uber, qui ne se cache pas de vouloir, un jour, émanciper ses millions de véhicules de ses chauffeurs.

Les villes devraient alors se doter d’héliports, et des couloirs aériens devraient être dessinés. Et le coût ? Si tout se déroule comme prévu, il ne dépassera pas le prix d’une course en taxi terrestre, selon Airbus, d’autant que la note pourra être partagée entre les passagers, sur le modèle d’UberPOOL. De quoi peut-être désengorger des villes déjà asphyxiées par les embouteillages, alors qu’une partie croissante de la population s’y agglutine.

En 2030, 60 % de l’humanité vivra dans une ville, contre la moitié aujourd’hui, souligne Airbus, se basant sur une enquête de 2014 du Center for Economics & Business Research. À ce stade, le coût engendré par « traffic jam » dépassera les 25 milliards d’euros pour un pays comme la France, prévoit la même étude. Sans parler du temps passé à attendre au volant de son automobile, de la pollution, des nuisances sonores ou bien du stress.

WebToulousain.fr

L'équipe de rédaction de WebToulousain.fr vous souhaite une bonne visite et reste à votre disposition en cas de besoin.

2 pensées sur “Le futur est déjà en marche : Airbus va tester sa voiture volante fin 2017.

Laisser un commentaire