Confidences de David Bradley, d’Harry Potter à Game of Thrones, au Paris Manga

Pour bien commencer l’année 2020, je vous propose de découvrir l’interview de David Bradley recueilli lors du dernier Paris Manga Sci-Fi Show.

Et tout ce que j’ai à ajouter avant de commencer c’est que ce talentueux acteur est passionné. Il nous emmène avec simplicité au cœur des tournages.

Bonjour David Bradley c’est un grand plaisir de vous rencontrer.

Merci beaucoup je suis très content de répondre à vos questions.

David, vous êtes l’un des personnages de la saga Harry Potter, vous y incarnez Argus Rusard. Mais vous souvenez vous de votre premier jour de tournage ?

Oh oui je m’en souviens parfaitement. Je devais conduire Harry et ses amis dans la forêt pour rejoindre Hagrid (Robbie Coltrane). Les enfants n’étaient pas très rassurés en plus je leur disais de faire attention car il y a des loups garous dans la forêt. Je devais vraiment les effrayer pendant le chemin. C’était la première fois que je faisais leur connaissance. Ils étaient vraiment jeunes et à chaque fois qu’ils disaient quelque chose je devais les effrayer. Mais ils ont beaucoup rigolé aussi. Ils sont vraiment adorables. Le directeur un moment est intervenu auprès de Daniel Radcliffe en lui disant « Tu souris trop alors que tu dois avoir peur ». Du coup il a fallu refaire plusieurs fois la scène car Emma Watson, Rupert Grint, Tom Felton, et surtout Daniel étaient trop joyeux (rires).

C’est une sacrée scène pour commencer le tout premier Harry Potter.

Oui en effet et pas évidente du tout vu le contexte et le fait de leur faire peur alors que passé la surprise ils riaient beaucoup (rires).

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le rôle d’Abraham Setrakian dans la série « The Strain » ?

J’ai eu un appel de Guillermo Del Toro l’un des créateurs de la série qui m’a demandé de venir un mardi pour être à Toronto le Jeudi même, mais je ne savais pas pourquoi. Et j’ai dit oui de suite car c’est le réalisateur d’un de mes films préférés donc je n’ai pas hésité une seule seconde.

D’ailleurs actuellement je tourne un film d’animation que nous avons commencé il y a deux semaines sur Pinocchio où je joue Gepetto et c’est fantastique ! Il y a Ewann Mc Gregor notamment dans l’aventure. Mais le film va prendre deux ans de travail vu que c’est de l’animation. Je suis très content de faire la voix de Gepetto et de retravailler avec Guillermo.

Comment êtes-vous arrivée sur la série Game of Thrones dans le rôle de Lord Walder Frey ?

Je ne connaissais absolument pas les romans ni la série. On m’a demandé de venir et de faire une scène d’essai avec Michelle Fairley qui joue Catelyn Stark. Je voulais jouer ce rôle car j’ai aimé le script. Je suis rentrée à la maison et j’ai dit à ma famille que c’était très bien et que j’ai adoré faire cette petite scène. J’ai reçu un appel quelques jours plus tard pour m’apprendre que j’étais pris et que j’allais faire partie de Game of thrones.

 

Que pensez-vous de la fin de Walder Frey et de sa disparition due à une ruse d’Aria pour se venger ?

Je ne savais pas comment aller progresser mon personnage je le découvrirai au fil des scripts qu’on nous remettait sur le tournage. Il y avait beaucoup de théorie sur twitter ou internet de la fin de mon personnage genre qu’on devrait le noyer, le faire souffrir, le découper en petits morceaux (rires collégiaux). Je ne savais pas comment j’allais mourir mais j’avais plusieurs perspectives (rires). Pour la scène finale avec Maisie Williams qui interprète Aria Stark, j’avais une prothèse, un faux cou. Quand elle m’a coupé la gorge il y avait des tubes qui remontaient pour faire glisser le sang relié à une pompe ou il fallait appuyer dessus. On a dû refaire la scène quatre fois ! Je devais prendre une douche entre chaque prise car j’étais couvert de sang très froid (rires). Ce n’était pas du tout agréable je n’ai pas trop aimé ça (rires).

Merci beaucoup pour cette interview.

Merci c’était un plaisir.

David Bradley est vraiment impressionnant et d’une gentillesse inégalable. J’aurais pu rester encore des heures à l’écouter me parler de sa carrière et lui poser d’autres questions malheureusement le temps est compté.

Crédit photos : Carine Akané, Paris Manga

Petite confidence lors d’une convention comme Paris Manga où j’ai la chance d’obtenir des interviews le créneau est entre 10 à 15 minutes et parfois moins. Il faut être prêt à switcher de question et à en enlever pour entrer dans les temps.

Merci à Céline de Paris Manga pour cette magnifique traduction.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *