Interview d’Antonia de Rendinger qui sera à Diagora Labège ce Samedi 07/03 !

Elle sera la marraine du Gala du Printemps du Rire qui se déroule ce Vendredi à Diagora Labège et qui présentera 6 jeunes artistes prometteurs que nous vous conseillons d’aller applaudir. Elle se produira ensuite le lendemain sur ces mêmes planches pour y présenter son Moi Jeu qui commence à faire beaucoup parler de lui dans le milieu. L’occasion de se pencher sur le cas d’Antonia de Rendinger en préambule de ce mois de rires qui attend les Toulousains!

Bonjour Antonia, tout d’abord ,quel effet cela fait il d’être la marraine de jeunes talents de l’humour comme ce sera le cas Vendredi ?

Ben déjà c’est un sacré coup de vieux, le signe que ça comme un peu à sentir le sapin pour moi ..Plus sérieusement, j’aime beaucoup, c’est une forme de reconnaissance du travail accompli . Ce qui me fait drôle c’est que parmi ces jeunes talents, certains ne me connaissent sans doute même pas.  Après, c’est un exercice que j’aime bien,mettre la belle robe et balancer des atrocités, c’est toujours sympa !

Dans le métier, qui pourrait avoir ce rôle de votre parrain ? Laurent Ruquier avec son émission ONDAR peut être ?

Je ne saurai pas dire car le format de l’émission était un peu particulier, quand j’allais là bas j’y aller pour bosser, ce n’était pas un spectacle lambda. Je sais qu’il y a des gens comme Anne Roumanoff ou Jamel qui entraînent plein de jeunes dans leur sillage mais je ne pense que quelqu’un ait joué ce rôle envers moi, c’est plutôt la profession toute entière, la génération d’humoristes à laquelle j’ai appartenu qui l’a fait .

Votre spectacle est une succession de 20 personnages, tous très différents. Pouvez vous nous en citer quelques uns et avez vous une affection particulière pour certains?

Oui, absolument, 24 en réalité !  C’est un collier de perles, ils ont en commun leur truculence, ils sont tous excessifs. Chaque sketch a une histoire, avec un début et une fin et constitue une scène a part entière. On y retrouvera la maman dépassée par la garde partagée, des débats sur la mixité sociale. J’aime beaucoup la prof de SVT un peu rétro mais très impliquée pour les élèves ( voir notre vidéo en fin d’article) et le dragueur de terrasse un peu lourd que je prend plaisir à faire avec l’accent du Sud. Il a en général pas mal de succès quand je le fais par chez vous !

Ce spectacle est bien entendu écrit, mais issu de votre goût pour l’improvisation. Y a t il de la place pour l’impro quand on vient jouer un spectacle comme le votre ?

Je laisse bien entendu la porte ouverte aux accidents, à ce qui peut se passer dans la salle, quelqu’un qui arrive en retard ou un rire un peu spécial, mais de toute façon même quand je donne une réplique “imaginaire” à un de mes personnages que je situe dans le public, je prends soin de toujours regarder entre deux personnes pour ne mettre personne mal à l’aise. Ensuite , j’essaye aussi d’adapter un peu le spectacle à l’actualité et au contexte local de la ville dans laquelle je viens, je me renseigne un peu avant d’arriver, même si mon spectacle n’a pas de vocation politique ou d’actualité, j’aime bien glisser quelques références quand c’est possible !

Spectacle donc, mais aussi théâtre ( 3 hommes et un couffin en 2018) , doublage ( pour Xenius sur Arte) , cinéma, vous êtes une vraie touche à tout, en plus de votre rôle de maman ! Deux questions : oú trouvez vous le temps de tout faire et quel est le domaine ( en dehors de vos filles) qui vous épanouit le plus ?

Mais je ne le trouve pas mon petit chat ! Je fais partie de ces personnes qui ont un agenda qui ressemble un peu à du Tétris! Je bosse beaucoup dans le train notamment et j’essaye de m’organiser pour jongler avec tout ça! Pour ce qui est de mes projets, c’est vraiment le cinéma qui va m’occuper prochainement, c’est d’ailleurs là que mon public me réclame ! Je serai donc entre autres dans le prochain film de Djal “Opération Portugal” qui sortira le 17 Juin, et j’espère avoir d’autres projets dans le cinéma à la suite de ça .

Un mot sur le Printemps du Rire et cette ville de Toulouse qui vous accueille ces jours ci ?

J’aime beaucoup venir dans les festivals, il y règne une toute autre ambiance que lorsqu’on va jouer dans une salle lambda. Il y a cet esprit un peu associatif, cette chaleur humaine, la valeur ajoutée de l’humain, on est véritablement choyé quand on vient, par toute une équipe. Ce sont souvent des gens qui font des sacrifices pour organiser le festival, qui prennent sur leur temps de congés, qui s’estiment privilégiés de nous côtoyer nous les artistes alors qu’en fait c’est nous qui avons beaucoup de chance de les avoir!

Pour ce qui est de Toulouse, j’y ai déja joué plusieurs fois et j’y reviens toujours avec plaisir, au moins une fois par an, alors que moi qui ai grandi en région Aquitaine à La Réole, j’y suis rarement programmée ( NDLR : Chère Antonia, était il vraiment nécessaire que l’on vous rappelle la supériorité des Toulousains sur les Bordelais ?) .

Antonia de Rendinger joue Moi Jeu, ce Samedi 07 Mars à 20h30 à Diagora Labège. 

Billets dispos dans les points de vente habituels.

Laisser un commentaire