Hubert Benhamdine, Aurore Delplace et Fabrice Deville répondent à nos questions sur la série “Un si grand soleil” au Festival des Créations Télévisuelles de Luchon 2020

Voici la deuxième interview de notre semaine consacrée à la série “Un si grand Soleil” diffusée sur France 2.

Lundi nous avons partagé avec vous les confidences de Tonya Kinzinger. Ces camarades Hubert Benhamdine, Aurore Delplace et Fabrice Deville se sont livrés à notre micro avec beaucoup de gentillesse et d’humour.

Bonjour Hubert, Aurore et Fabrice merci de nous accorder une interview. Pour nos lecteurs qui ne connaissent pas ou peu vos personnages dans la série “Un si grand Soleil”, pouvez-vous les présenter en quelques mots ?

Hubert : Mon personnage c’est Christophe Lemeur, vétérinaire de choc. Il a surtout la particularité d’être trompé joyeusement par sa femme (rires). Johanna Lemeur interprétée par Aurore Delplace. Pour résumé, infarctus, hôpital, drame passionnel et maintenant gros affrontement avec sa femme.

Aurore : Je suis la femme dont il parle, Johanna Lemeur qui trompe joyeusement son mari (rires). C’est une avocate au cœur de pierre (rires).

Fabrice : Alors je suis Fabrice Deville et je joue Florent Grasset. Je ne trempe pas dans ses affaires de coucherie et de tromperie. Dans la série je suis avocat et je suis en couple avec…

Aurore : Comment elle s’appelle déjà (rires) ?

Fabrice : Mais non pas du tout, parce que là j’ai un autre prénom en tête et c’est absolument ridicule (rires).

Aurore : Tu es avec Claire Estrela…

Fabrice : Oui c’est ça, je suis avec Claire Estrela incarnée par Mélanie Maudran. Je suis installé à Montpellier avec mon fils Enzo (Teïlo Azaïs), je suis divorcé. J’ai donc cette histoire avec Mélanie et en même temps je plaide beaucoup. Dans cette série il y a quand même des histoires de vol, de meurtre et autre.. Et donc je plaide et je défends la veuve et l’orphelin.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’intégrer “Un si grand soleil” ?

Fabrice : Ce qui m’a donné envie c’est (rires collégiaux)… D’abord de travailler en équipe (rires collégiaux)… De rencontrer des gens (rires collégiaux)… Bon c’est une double interview parce qu’il faut bien savoir que je suis entrain de mimer ce que je ne pense pas (rires).

Oui en effet, des gestes assez explicites et très drôles tout en gardant votre sérieux. 

Fabrice : Alors pour répondre, c’est surtout d’intégrer une quotidienne. Il y avait un rôle qui me correspondait. On m’avait déjà proposé plus tôt l’aventure mais je n’avais pas pu. Là c’était le bon moment avec une proposition d’un rôle récurrent pendant 1 an avec plusieurs apparitions donc c’était très bien.

Aurore : C’est plus ou moins les même raisons. Je ne vais pas chercher très loin (rires collégiaux). Moi en l’occurrence c’est ma première vrai expérience devant une caméra. C’est ça qui m’a attirée et je m’éclate. Je me suis découvert une réelle passion pour ça.

Hubert : Bonjour Hubert Benhamdine, comédien (rires collégiaux). En fait c’est la première fois depuis longtemps que je travaille sur une série quotidienne. Pour être honnête quand je suis arrivé sur la série je ne savais pas totalement à quoi m’attendre. Je ne dis pas de connerie mais la vérité. Cette série est bien faite. Une véritable et belle direction artistique. Je trouve que c’est beau, c’est bien filmé. Les gens ont un rapport au quotidienne qui est très viscéral. On rentre vraiment dans leur vie et c’est un bonheur d’être chez eux tout les jours.

Sophie Tonelli, responsable presse de France 2, déclare que vous êtes une grande famille sur le tournage. Etes vous d’accord avec ses propos ?

Hubert : Oui on s’aime beaucoup. 

Aurore : Oui, enfin ça dépend des moments (rires collégiaux).

Fabrice : Oh oui on est une vrai famille (rires collégiaux). on a droit à des embrouilles et puis parfois on se réconcilie. Mais il n’y a pas que la famille parce que de temps en temps il y a des histoires “Olé, olé” (rires collégiaux). En fait on est plutôt une bonne bande de copains. Je nous trouve vraiment très sincèrement tous gentils les uns avec les autres et on fait attention aux nouveaux qui arrivent. On parle tout le temps de bienveillance mais la bienveillance c’est la somme d’attention et de gentillesse. Et je trouve qu’il y en a vraiment.

Hubert : Non c’est vrai il y a une bonne atmosphère. On me l’avait dit quand je suis arrivé et vraiment je l’ai constaté.

Vous avez été intégré tout de suite dans l’équipe ? Vous n’avez pas eu droit à un petit bizutage ? 

Hubert : Ah oui, j’ai été intégré dès le début (rires d’Aurore).

Fabrice : Non moi j’ai été bizuté. Je ne sais pas si on peut raconter. C’était par Yvon Back et Moïse Santamaria, que j’avais rencontré avant dans la série “On va s’aimer un peu, beaucoup”. Mais c’était un bizutage très sympathique. Et la première actrice avec qui j’ai tourné c’était Aurore Delplace et elle a su m’accueillir comme il se devait (rires collégiaux).

Hubert : Mon bizutage c’est d’avoir une partenaire belge. Oui, Aurore est belge (rires).

Aurore : Je n’ai pas eu de bizutage.

Est-ce qu’il y a une scène où vous avez eu un fou rire (fou rire d’Aurore)… Comme là par exemple et ça a été très difficile de la jouer ?

Hubert : Oh oui, Aurore c’est “Miss fou rire” !

Aurore : Alors moi il y en a des tonnes, donc il faut en choisir une parmi d’autres… J’en ai une mais je ne sais pas si je peux vraiment l’expliquer (rires). Oh pardon (rires) !

Hubert : Voilà c’est ça tout le temps !

Aurore : Alors c’est une scène quand Hubert est dans un lit d’hôpital et il fait des bruits un peu suspect, alors qu’il faut être très sérieux…

Hubert : Non ce n’est pas ça. Il y a eu un bruit de chaise et Aurore a interprété cela comme un son plus organique.

Aurore : Et naturel (rires).

Hubert : Oui et on a beaucoup ri ! Fabrice une réaction ?

Fabrice : Non parce que d’abord j’aime pas trop l’humour (rires collégiaux). C’est quelque chose qui me hérisse le poil.. Non, très sincèrement non, je suis très concentré sur la série et que ça ne s’est pas prêté. Non c’est vrai je réfléchissais en même temps…

Aurore : Mais tu crois que ça se prête quand il va se faire opérer du cœur (rires) ?

Fabrice : Je suis d’accord, la question est amusante, enfin intéressante. Je vous remercie de me la poser (rires collégiaux). Sur d’autres films j’ai eu de bons fous rires. Mais là non !

Aurore : Tu t’ennuie (rires)…

Fabrice : Non pas du tout. C’est que l’on est concentré qu’il faut aller vite. On a trois ou quatre prises. On peut avoir un petit fou rire, mais en tout cas j’ai l’impression qu’on se ferait vite recadrer. 

Hubert : Non c’est vrai, Fabrice a raison. Cela va relativement vite. On a que quelques prises. En plus il y en a systématiquement une qui est foutu parce qu’Aurore rigole (rires d’Aurore). Et ça fait encore moins. Non, mais on travaille relativement vite et on se débrouille assez bien. On arrive en plus à s’amuser. 

C’est le principal de pouvoir travailler dan une bonne ambiance et avec benvei… Bienve… Je ne vais pas y arriver..

Aurore : C’est bienveillance le mot (rires). 

Oui merci Aurore de m’aider. C’est Fabrice qui me trouble avec ses gestes et mimiques (rires collégiaux). 

Fabrice : Ah bon, c’est bizarre (rires). Je ne suis pas comme ça. 

Hubert : Oui, il y a une charge érotique sur le plateau parfois quand on travaille avec Fabrice ou Aurore (rires collégiaux). 

Fabrice : Une dose de testostérones (rires collégiaux). 

Hubert : Oui et il faut rester concentré malgré tout et faire abstraction de leur pouvoir (rires collégiaux). 

Après ce moment d’humour revenons en à mes questions. Imaginons que vous avez le pouvoir d’écrire le prochain scénario de la série et de faire ce que vous voulez de votre personnage. Quel serait votre choix et pourquoi ? 

Aurore : J’ai toujours rêver de pouvoir voler. Devenir une superwoman (rires). 

Fabrice : Je pense que ça doit être quelque chose de plausible. Un événement qui peut arriver à ton personnage. 

Aurore : C’est bien voler (rires). Après mon personnage a été bien servi jusqu’à présent donc je ne vois pas… 

Hubert : Dans “Un si grand soleil” on ne sais pas vraiment où va notre personnage don il peut tout arriver. Les scénaristes son au courant mais nous on avance dans l’inconnu… 

Aurore : Ah si je sais, j’aimerais plaider ! 

Fabrice : Oh oui moi j’ai plaidé et c’est vrai que c’est super ! 

Aurore : J’aimerais beaucoup avoir la chance de le faire un jour. 

Fabrice : Pour moi ce serait plus de violence. J’aimerais pas rentrer dans des scènes de bagarres ou de violence pure mais… 

Avoir un côté plus sombre ? 

Fabrice : Tout à fait. Un peu plus de colère. Il faudrait qu’il y est quelque chose qui se passe et que je sois très en colère. 

Hubert : Mon personnage est entrain de devenir un peu sombre… 

Aurore : Un petit peu (rires) ? 

Hubert : Oui du coup j’explore des choses un peu comme cela et ça me plait beaucoup parce que c’est intéressant comme matière. Après je ne sais pas, peut être une rédemption un jour. J’ai fait une liste au Père Noël voilà. Une autre femme (rires) ! 

Voilà plusieurs appel à la production qui sait. Sinon est-ce qu’il y a une question qu’on ne vous a jamais posé et que vous aimeriez qu’on vous pose. Et si oui laquelle ? 

Aurore : Alors là… 

Hubert : Une question personnelle ? 

N’importe quelle question que vous aimeriez qu’on vous pose. 

Fabrice : On ne m’a jamais posé la question : “Qu’est-ce qui m’a manqué le plus au monde” ? Et comme on ma l’a jamais posé je n’ai pas pu y répondre. Je ne vais pas le faire aujourd’hui. Mais si quelqu’un prend connaissance de cette question et me l’a pose j’y répondrais. 

Aurore : Alors même en réfléchissant je ne sais pas du tout.. Où alors : “Etes-vous vraiment une femme (rires) ? 

Hubert : Moi je ne me suis jamais posé la question (rires). Je réfléchis disons : “Combien d’acteurs de ta génération sont plus doués que toi” ? Pour répondre, je cherche mais je ne trouve pas (rires collégiaux). Mais non je plaisante. Non écoutez je ne vois pas. Oh c’est une véritable colle. En tout cas c’est une bonne question je pense. 

C’est gentil, merci.

Hubert : Oui félicitations. 

Quels sont vos projets ? Pouvez-vous nous livrer une petite info ? 

Aurore : On aimerait bien. Mais je n’en ai absolument aucune idée. 

Hubert : Pour moi c’est pareil. 

Aurore : C’est ça qui est fou dans cette série, c’est qu’on sait à quelques semaines près ce que va advenir notre personnage. 

Hubert : On vit très près ce que vivent les spectateurs en fait. On est quasiment dans la même expectative. D’ailleurs là j’ai une jument qu’il faut que j’aille mettre bas (rires).

Aurore : Que tu aille mettre bas (rires) ??? 

Fabrice : Moi, je plaide. Je me suis retrouvé au tribunal c’était super et je pense que ça va continuer comme ça. 

Je vous remercie de m’avoir accordé du temps et pour ces très bons moments de partage et de rire. 

Aurore : C’était avec plaisir Vanessa, vraiment. 

Hubert : C’était super merci beaucoup à vous. 

Fabrice : Moi j’ai pas aimé (rires). Non merci et bon courage pour retranscrire (rires). 

Il y a des rencontres qui nous marque et c’est le cas avec ces trois talentueux acteurs, Hubert, Aurore et Fabrice qui m’ont fait perdre le cours de mon interview plus d’une fois. Surtout je l’avoue Fabrice Deville qui n’a pas arrêté tout au long de l’entrevue. Mais quel plaisr d’avoir un échange si authentique et haut en couleur où l’humour, la passion et la joie de vivre étaient de mise.

Retrouvez ce joyeux trio dans “Un si grand soleil” quotidiennement, du lundi au vendredi à 20h45 sur France 2.

Merci à toute l’équipe du Festival des créations télévisuelles de Luchon. Plus particulièrement, Peggy Vauchel, attachée de presse de l’événement mais aussi Sophie Tonelli, responsable presse de France 2 de nous avoir permis de rencontrer Hubert, Aurore et Fabrice.

Passionnés et addicts de la série “Un si grand soleil” nous vous réservons prochainement une très belle surprise… Le secret vous sera dévoilé dans les prochains mois… A vos pronostics !

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire