Entrevue avec Manu Joucla et Eric Massot des “Nous Ç Nous”

affiche-itv-manu-joucla-eric-massot-pollestres-2020

Malgré l’annulation de la projection de leur film “Un incroyable Show”, Manu Joucla et Eric Massot ont répondu présent.

Ces deux réalisateurs, acteurs, humoristes nous ont accordé une entrevue placée sous le signe du partage et de l’humour. Ils sont nos people de la semaine.

Nous sommes à Pollestres où nous devions normalement voir le film “Un incroyable show” et je suis avec Eric et Manu. Bonjour les garçons.

Eric et Manu : Bonjour Vanessa.

Manu : Alors oui on ne peut pas voir notre film à cause de la météo, mais nous sommes ravis d’être là. Le coin a l’air magnifique même sous ce ciel gris et nuageux. On est content d’avoir fait le voyage pour venir vous voir en tout cas.

Eric : On n’a pas fait le voyage que pour venir ce soir vu qu’hier on était à côté de Narbonne pour inaugurer notre cuvée…

La Clape à Armissan.

Manu : Exactement on était au caveau d’Armissan où nous avons eu un très bon accueil. Donc voilà on lance notre cuvée et on a ramené des bouteilles de vin pour les faire goûter à nos amis à Paris. On conseille le vin (rires). Il est très bon. (imitant une personne alcoolisée) On s’est rattrapé sur la bouteille (rires collégiaux).

 

Eric : Et le film est passé hier soir sur la chaîne comédie.

Oui c’est vrai. 

Manu : Voilà.

Eric : Mais bon pas ce soir c’était en plein air. C’est dommage parce que ça aurait été très très bien en projection à l’extérieur.

Manu : En plus c’est la première fois qu’on diffuse une de nos oeuvre en plein air comme ça sur grand écran. Il va falloir qu’on recommence, qu’on nous réinvite et on reviendra.

Je sais que vous avez bercé quelques années de personnes dont je fais partie avec un groupe en parodiant un peu les boys band avec le “Nous Ç Nous”.

Manu : Oh c’est gentil.

Eric : Oui tout à fait.

Alors dans le premier clip vous ne chantez pas mais vous incarnez les gardes du corps ?

Eric et Manu : Oui c’est ça exactement !

Manu : Mais on chantait un peu sur scène, on chante le refrain. Oui, c’était la grande époque des “Nous Ç Nous” avec Jean Dujardin, Bruno Salomone et Eric Collado qu’on embrasse. On les a revu il n’y a pas très longtemps. On partage des dîners périodiquement avec eux. Pour le moment on ne fait que se saouler la gueule (rires). On réfléchi à un éventuel comeback.

Eric : C’est vrai qu’on a des propositions diverses et variées. On est tous d’accord mais il faut le temps pour que ça se mette en route.

Il y a eu deux ou trois émissions qui ont suivi. Quelle est pour vous la plus belle parodie que vous avez fait tout style confondu ?

Eric : La parodie d’Arthur c’était drôle.

Manu : Moi c’est celle de Star Wars. On appelait ça “la gueguerre des étoiles”. On a eu un gros fous rires sur scène parce que j’étais habillé en C-3PO (rires). J’avais un espèce de moule bite énorme. J’ai vraiment le souvenir d’un vrai fou rire à cinq. Et puis toi tu en avais une autre aussi ?

Eric : Moi je…

Manu : Françoise Moisie !

Ah oui excellent !

Eric : Oh oui c’est vrai que ça c’était un très bon souvenir de tournage parce que  je l’avais écris avec Jean. On était tout les deux à table. Et puis quand on a tourné ce sketch c’est marrant mais on savait que ça allait marcher parce qu’il y avait énormément de fous rires.

Manu : Il y en a d’autres où vous avez senti que ça n’allait pas marcher ? S’il vous plaît Monsieur Massot.

Eric : Non.

Manu : Non parce que quand on est pas d’accord on se vouvoie avec Eric.

Attention ça ne rigole plus (rires).

Eric : Non avec vous j’ai toujours su que ça ne marcherait jamais.

Manu : Jamais (rires).

Vous formez une très bonne équipe.

Manu : Oh oui.

Il y a un duo dont je me souviens c’est les religieuses. Vous vous en rappelez ?

Manu : Ahh..

Eric : Oh oui, (voix personnage) Soeur Marie et Soeur Louise.

Manu : On nous appelle…

Eric : Soeur Marie-Louise.

Manu : Nous vendons du tabac…

Eric : Et des pipes (rires collégiaux).

Manu : Voilà c’est très fin (rires)

C’est très fin et ça me faisait beaucoup rire (rires collégiaux)

Manu : Nous faisons du tabac et des pipes. On continue à la faire sur scène parce qu’à Paris… Bon là avec la Covid ça c’est interrompu. Mais on a un spectacle musical. On est avec nos musiciens qui sont trois jeunes d’environ 25 ans. On fait des sketchs avec la musique. Au détour d’un numéro musical ou sketch, on a des invités qui viennent nous rejoindre sur scène. On a eu Jean Dujardin, on a eu Bruno Salomone, les Zebda… On a pleins de copains et on espère pouvoir reprendre ce spectacle à la rentrée à Paris si ça rouvre.

Eric : Il faut que ça rouvre.

On espère en tout cas puisque vous adorez être sur scène. Vous aimez ce partage avec le public.

Manu : On adore voir les gens. Hier à la présentation de notre cuvée on a eu un fan qui connait tout. Il est venu nous faire signer des dvd qu’on avait même oublié. C’est génial parce que c’est une vrai rencontre avec le public. Et puis comme toi Vanessa, il y a des gens qui disent qu’on a bercé leur enfance. On a l’impression d’être Dorothée quand on dit cela (rires).

Non c’est vrai bon à part que moi c’était mes années lycées (rires).

Manu : C’est géniale de faire un peu partie de leurs vies.

Eric : Et puis c’est vrai qu’on adore venir en province. On aime plus jouer en province qu’à Paris. En province on a le temps. On rencontre les gens. C’est plus chaleureux. En tout cas moi je sais que j’adore les tournées.

Tant mieux pour nous (rires). Manu tu es originaire de Toulouse ?

Manu : Oui, moi je suis un toulousain (rires). Je suis né à la clinique de Sarrus Teinturier à Toulouse donc on ne fait pas plus toulousain. J’ai toute ma famille là-bas. J’y étais encore au mois de juillet chez mon cousin Kiki. J’adore ce coin là. On se disait avec Eric qu’on aimerait jouer à Toulouse. Et j’ai une petite anecdote avec Bruno Salomone qui tournait un téléfilm avec Claire Keim dans le coin. Il est venu passer un weekend avec moi dans ma famille et on se disait : “Ah la la, on devrait monter des studios ici à Toulouse, on devrait faire quelque chose”… Bon maintenant le problème c’est que Toulouse vient de passer en zone rouge donc c’est le même merdier qu’à Paris. Mais bon quand ça ira mieux on pense sérieusement à faire quelque chose en région toulousaine.

Il y a un beau studio d’animation à Toulouse.

Manu : Oui tout à fait. Ils ont eu un Emmy Awards du meilleur film d’animation à New York avec “Les As de la jungle”. D’ailleurs on fait un gros big up Nicolas Robin et Hervé Benedetti qui sont les auteurs et qui ont eu cette récompense en bossant avec le studio d’animation à Toulouse.

Eric : Mais ils ont triché.

Manu : Oui bien sur (rires collégiaux). Moi j’ai eu mon flocon mais à la loyale. Sans tricher et au ski c’est pas mal (rires).

Ce film “Un incroyable show” est un peu une demande atypique ? 

Manu : Oui c’est un OVNI. C’est à dire qu’on l’a vendu au groupe canal+ en leur disant : “Voilà on a Jean Dujardin, Florence Foresti, Medi Sadoun… Il y a toutes pléiades de stars, Bruno Salomone, Philippe Torreton, Jonathan Lambert, Shirley Bousquet”. Voilà et quand on l’a vendu à Canal, on ne savait pas encore si on allait les avoir (rires). Enfin si, ils nous avaient tous donné un accord de principe mais rien sur papier. Mais bon après c’est des copains.

Combien de temps de tournage ? 

Manu : On a fait ce film là en 14 jours avec un budget polonais (rires). On avait pratiquement rien et ils sont tous venus à des prix défiant toute concurrence. Voilà par amitié et c’est une belle aventure humaine aussi ce film.

Eric : En fait l’histoire du film, c’est un peu ce qu’on a vécu à la vente de ce film.

Manu : Ce serait que vous racontiez le pitch pour ceux qui ne l’on pas vu.

Eric : Alors le pitch c’est deux comiques… C’est nous deux.

Manu : Oui, on joue notre propre rôle.

Eric : Mais ce n’est pas des ringard. Ce sont des gens qui cherchent à travailler. Une chaîne de télé leur promet un prime time à condition qu’il fasse venir leurs amis stars.

Manu : Donc Florence Foresti, Jean Dujardin, Michael Youn…

Eric : Le direct c’est le soir donc là on prend le film au matin et dès le matin ça commence à mal se passer pour eux parce que Florence Foresti téléphone à Manu disant qu’ellle ne pourra pas être là parce qu’elle est malade.

Manu : Jonathan Lambert est en pleine dépression. En fait tout le monde nous plante. Et donc on l’idée de faire l’émission avec des sosies. On va passer par une agence clandestine de sosie dont le directeur est joué par Bruno Salomone.

Eric : Il joue son propre sosie.

Manu : Il nous file des sosies bidons. Des faux Jean Dujardin, des faux Florence Foresti, des faux michael Youn mais qui sont joué par les vrais.

C’est très fort. 

Manu : Oui c’est là toute l’originalité.

Eric : Les stars jouent leur propre rôle ou leur rôle de sosie. C’est assez…

Manu : Ou le fantasme d’un sosie sur sa vedette en fait.

Eric : C’est très drôle.

Manu : Oui c’est assez rigolo.

Comment arrive t-on à rester sérieux sur un tel film ? 

Manu :On a eu des fous rires incroyables, surtout avec Bruno Salomone.

Eric : Oh oui.

Manu : Vraiment beaucoup de fous rires. Un jour il faudra qu’on fasse un petite montage de ce bêtisier. On en pleurs de rire. Non, c’était une super expérience. Surtout avec les copains, quand on a retrouvé les “Nous Ç Nous”, c’était de belles retrouvailles.

Eric : Avec tous d’ailleurs. Même les gens qu’on connaissait moins comme Jarry, Baptiste Lecaplain…

Manu : Oui, Philippe Torreton.

Eric : Philippe Torreton oui, on avait jamais joué avec lui. C’est une rencontre formidable.

Manu : Et Philippe il a accepté parce qu’on lui propose rarement des comédies. Il avait envie de faire une comédie avec nous et d’avoir un Philippe Torreton qui vient de la comédie française et qui fait des films un peu plus sérieux, ça relève vraiment le niveau. Vous verrez pour ceux qui vont revoir le film . C’est très très surprenant et il a livré une prestation extraordinaire, je trouve. Et dans le film c’est l’amant d’Eric (rires collégiaux).

Eric : Voilà il dévoile.

Manu : On le sait assez vite quand même.

Ah non pas de spoilers (rires). Vous aviez déjà été derrière la caméra pour des courts métrages mais le fait de passer sur un long métrage change beaucoup la donne ?

Manu : Oui parce qu’on travaille sur la longueur et il y a vraiment une histoire qu’on raconte. Et puis nous c’est pas vraiment un film c’est un OVNI construit à partir de scénettes. C’est ni un film, ni un téléfilm, mais ce n’est pas non plus un show télé. C’est pas non plus un grand sketch parce qu’il y a une histoire un fil rouge. Il y a un début, une fin…

Eric : Il y a du suspense…

C’est un OVNI.

Manu : Oui c’est un OVNI. Nadège Braillon de Canal+, a qui je rend hommage, qui s’occupait des acquisitions des chaînes Comédie et C8 nous a suivi. Elle nous a soutenu dès le départ sur cette aventure en disant : “Oh c’est super, on y va” ! C’était une très belle aventure.

Eric : Et qui continu parce que je pense que le film va ressortir sur d’autres chaînes de télévision.

Vous pensez ?

Eric : Oui parce qu’il y a pas trop de monde qui l’ont vu. Il a été diffusé sur C8 mais pas à une heure de grande écoute. Je pense qu’il va être rediffusé assez rapidement. Il risque d’y avoir une demande. Et puis l’a on écrit quelque chose mais ce n’est pas la suite.

Justement c’est ce que je voulez vous posez comme question.

Manu : Alors ça on va en parler…

Eric : C’est à dire qu’il y aurait dû avoir une suite mais on a eu une autre idée et on ne tourne pas avec la même production avec laquelle on a travaillé sur “Un incroyable show”.

Manu : Non, parce qu’il y a eu la covid entre temps et au moment où le nouveau projet s’est mis en place une des productrice qui a produit notre précédent film c’est la productrice de “Kaamelott”. Vladimir Kokh on est sur un autre film ensemble. Celui-ci on l’a signé avec Jean-Luc Azoulay qui  est le “A” de AB production. Maintenant il est indépendant et c’est un des plus gros producteur d’Europe. Quand on a écrit ce film en février et qu’après il y a eu la covid on s’est dit qu’on allait aller voir un gros producteur qui va nous signer et il adore.

Donc ça se concrétise ?

Manu : Oui on va surement aller tourner en Bretagne vu que c’est en zone verte et on a moins de contraintes par rapport au covid (rires). Eric adore la Bretagne. On aurait pu le tourner en Occitanie mais vu que Toulouse est passée en zone rouge.

Eric : Mais on l’a écrit en Bretagne en plus.

Manu : Non on l’a écrit ici.

Eric : Oui mais on a eu l’idée en Bretagne

Manu : Mais on l’a écrit ici à Narbonne Plage. Gruissan ou Narbonne Plage ?

Eric : Donc ça s’appelle “Un weekend en Bretagne”qu’on a écrit à Narbonne Plage (rires).

Manu : Peut-être que si ça repasse au vert peut-être qu’on ira le tourner à Narbonne Plage.

Croisons les doigts pour que les narbonnais puissent assister au tournage de votre prochain film.

Manu : Mais oui

Eric : Oh oui on adore on vient ici depuis des années qu’on vient…

Manu : Vous avez des accointances ?

Eric : Qu’il est con (rires).

Manu : J’avais envie de placer ce mot (rires).

Eric : On vient souvent jouer au “café théâtre de la Poste” à Narbonne qui est un lieu merveilleux.

Manu : Chez Sandrine et Guy, les meilleurs amis d’Antoine Ros. Tout le monde s’aime beaucoup.

Eric : Pourquoi Antoine Ros a des amis ?

Manu : Oui (rires). Antoine Ros, de zone 2 production, qui est le producteur de l’événement à Pollestres.

Oui c’est Antoine qui nous a réuni ce soir.

Manu : Oui c’est lui l’instigateur.

Avec la mairie de Pollestres.

Manu : Oui exactement.

C’est grâce à eux qu’on peut partager ce moment avec vous.

Manu : Mais tout à fait et on est ravi d’être là. Je ne connais pas du tout Pollestres, j’espère qu’on aura droit à une petite visite du vieux Pollestres.

Eric : Peut être qui sait si vous êtes encore en état ce soir (rires).

Manu : Ah mais oui (rires collégiaux). Là pour vos lecteurs on est entrain de nous porter l’apéro. Il y a plein de petites choses succulente à manger des tapas et autres. On va se régaler.

Eric : On va se régaler quoi (rires) .

C’est clair. Auriez-vous un petit message à passer ? 

Eric : Oui, soutenons l’équipe de rugby de Gruissan (rires) !

Manu : Et moi je dis si vous avez le temps et que vous avez l’envie, goûter notre vin. C’est la cuvée Eric Massot, Manu Joucla. On peut voir le panneau sur la route à côté de la vieille église à Armissan. Au domaine de la Clape, goûtez-le !

Eric : On a été très bien reçu…

Manu : Par Sébastien Boyer.

Eric : Qui travaillent à la coopérative d’…

Manu : D’Armissan.

Eric : Oui pardon. Ils nous ont fait visiter et vraiment ils ont l’amour du métier et ils nous ont raconté comment leurs parents, leurs grand-parents travaillaient déjà là-bas.

Manu : Un gros big up à Monsieur le président, Monsieur le directeur Sébastien Boyer.

Eric : Et on a prévu avec Le Maire d’Armissan que l’année prochaine on fera notre spectacle là-bas, dans leur théâtre de verdure.

Manu : Voilà on viendra y jouer.

Merci beaucoup en tout cas. 

Eric et Manu : Merci à toi Vanessa.

Beaucoup de chose à venir pour Eric Massot et Manu Joucla. Nous leur souhaitons la concrétisation de leurs projets et que très bientôt ils viennent présenter leur spectacle tout près de Toulouse.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *