Coulisses du FIFFH 2020 : Rencontre avec Jacques Destremau, bénévole

Le Festival International du Film de Fiction Historique (FIFFH) comme toute manifestation a besoin de bénévole pour sa réalisation. Jacques Destremau est l’un d’eux depuis maintenant trois éditions.

Il nous raconte un peu sa rencontre avec le festival et son rôle cette année ainsi que son parcours.

Bonjour Jacques, merci de répondre à nos questions.

Avec grand plaisir

On s’était vu au début du festival et tu nous avait dit que c’était ta deuxième année en tant que bénévole ?

Oui, tout à fait.

Quels sont tes impressions à quelques heures de la cérémonie de clôture ?

Cette année j’ai eu plus de choses à faire vu qu’on m’a demandé de donner un coup de main sur le festival scolaire. C’est un gros dispositif et un peu plusieurs fronts à mener, mais c’était un grand plaisir et ça c’est très très bien passé.

C’était intéressant de voir les scolaires échanger avec les talents du festival ?

Je pense que cela permet de faire un travail de transmission qui est assez important surtout quand on est un festival de fiction historique. Pour transmettre aux jeunes générations c’est un plus.

Tu as aussi ta maman qui est bénévole sur l’événement. Est-ce que c’est elle qui t’a emmené sur l’aventure ?

Alors elle était bénévole sur le festival avant moi. Disons qu’on était motivé tous les deux pour l’être et elle a accepté avant vu que j’avais des contraintes étudiantes. J’ai commencé à être bénévole à la fin du festival de l’édition 2018, vu qu’il manquait quelqu’un et je l’ai remplacé au pied levé et ça m’a un petit peu mis le pied à l’étrier.

C’est donc comme ta 3ème édition ?

Entre deux et trois vu que pour la première je n’ai fait que la fin (rires).

Comment as-tu préparé en amont le festival ? Cela doit être un peu de travail non ?

Il y a du travail en effet. Alors toute la programmation et le déroulement du festival ce fait Avec Enzo Lefèvre et Robin. Etienne chapeaute un petit peu et s’occupe du travail de sélection des oeuvres qui sont projetées. Nous les bénévoles on intervient dans un second temps. Généralement on est contacté pendant l’été pour savoir si on est intéressé pour faire partie de l’équipe. Après on nous propose des dates pour se rencontrer et voir quelles missions nous serons confiées. Et le jour J on se retrouve avant l’ouverture avec le responsable de notre pôle.

Quelles sont ces missions ?

En ce qui concerne le bénévolat, il y a des réunions et puis il y’a une division en plusieurs pôles : les chauffeurs, l’accueil, le plateau télévision. Alors je crois que cette année c’est un peu particulier. Il y a aussi tout ce qui est logistique et au niveau des scolaires aussi. On a chacun notre répartition mais on peut aussi être sur différents pôles. Pour ma part j’étais sur l’accueil et les scolaires. Ma maman était sur les scolaires. On peut naviguer à travers les pôles de plusieurs manières.

Tu es heureux que l’édition ai pu avoir lieu ?

Oui évidemment surtout dans le contexte actuel et les directives renforcées par rapport à la mise en place des mesures contre la covid-19. Je suis très content que l’édition ai pu avoir lieu. On pense être blasé et ne plus avoir les paillettes dans les yeux quand on rencontre Samuel Labarthe ou Constance Dollé comme aujourd’hui qui sont venus présenter la série inédite “De Gaulle, l’éclat et le secret”.

Mais pas du tout, en plus c’était un peu des retrouvailles avec Constance Dollé que j’avais vu lors du festival internationale du film de fiction historique 2018. C’est un festival international mais ça a une dimension très familiale où on peut discuter avec les invités comme monsieur et madame tout le monde. C’est vraiment le plus de cet événement et c’est très important.

Entièrement d’accord. Que fais-tu dans la vie ?

Je viens de finir un master d’histoire. Ce qui m’a permis cette année d’intervenir auprès des scolaires autour de la projection “Les enfants courage”. C’est une série fait par Arte qui suit le quotidien des enfants pendant la seconde guerre mondiale. Comme il manquait un intervenant on m’a demandé si je souhaitais le remplacer. Je l’ai fait avec grand plaisir et j’ai senti que ce format là et l’échange avec les enfants ont participé à l’effort de transmission. J’étais très content de le faire.

C’est super comme expérience. Prêt pour une édition 2021 ?

Ah si on fait appel à moi, oui je signe (rires). Je sais qu’il y a le festival politique à Carcassonne entre le 8 et 12 décembre 2020. On m’a suggéré d’y aller. Je n’ai pas pu m’y rendre les autres années c’était assez compliqué. Mais qui vivra verra on va dire (rires).

Et si comme Jacques vous avez envie de faire partie de l’équipe de bénévoles de la 3ème édition du Festival International du Film Politique du 8 au 12 décembre à Carcassonne n’hésitez pas. Toutes les informations sur le festival, les modalités du bénévolat sont sur le site officiel ou la page FB.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *