Franck Sémonin de la série “Section de recherches” métamorphosé en professeur de golf avec “Les Balles Blanches” au festival Ecran Jeunesse

Lors du festival Ecran Jeunesse, Franck Sémonin connu pour son rôle dans la série “Section de Recherches” était sur place avec “Les Balles Blanches”. Il a initié au golf des jeunes du Secours Populaires en compagnie de Delphine Zentout et Philippe Candeloro. vous pouvez retrouver l’article de mon point de vue ou de celui de Katie notre reporter en herbe.

C’est dans une petite voiturette de golf que Franck Sémonin nous a accordé une entrevue très sympathique dans le partage et la bonne humeur.

Bonjour Franck Sémonin. Merci d’être présent au festival Ecran Jeunesse et de répondre à nos questions.

Bonjour. Mais c’est un plaisir, une belle région, un bel accueil, une belle invitation. On ne pouvait pas refuser (rires).

Que représente pour vous la jeunesse ?

C’est l’avenir évidemment. Je dis une vérité qui est simple, mais tout le développement qui va être fait auprès des enfants aujourd’hui, ce sont les adultes de demain. C’est eux qui vont pouvoir créer une nouvelle société, en tout cas améliorer celle que nous sommes malheureusement entrain de laisser partir en désuétude. Oui c’est l’avenir de l’humanité l’enfant. On est toujours pétris d’espoir dans cette jeunesse qui arrive. Tant sur l’opération Ecran jeunesse, c’est à dire tout ce qui est développement à la télévision, au cinéma et les programmes qui sont fait pour eux. Mais également sur le point de vue éducatif, en terme de civisme, de savoir vivre ensemble. Je crois que le mettre mot actuellement c’est de vivre ensemble.

Vous êtes au golf de Lourdes avec l’association “Les Balles Blanches” et vous enseignez à des jeunes du Secours Populaire les bases du golf ?

Oui on fait une petite initiation sympathique sur ce golf merveilleux de Lourdes que j’ai eu l’occasion de pratiquer hier après-midi. J’ai été faire 18 trous avec le directeur du golf, Jean Doyer et le pro tout comme le greenkeeper. Le golf est sublime ! C’est l’un des plus beau golf probablement de France qui est perdu dans les montagnes. On avait une lumière fantastique. Aucun trou ne se ressemble et c’est un parcours vraiment formidable. Vous avez la chance d’avoir ce parcours sublime dans la région. Je vous invite vraiment à venir prendre des cours de golf ici et à parcourir cette structure qui est formidable !

Il y avait combien d’enfant hier ?

Il y en avait 6 et on en a encore 6 ce matin. C’est la première opération qu’on fait avec le Secours Populaire dans le cadre du festival Ecran Jeunesse. J’espère renouveler cette expérience l’année prochaine et pouvoir développer un peu plus le golf avec les enfants.

J’avais proposé aussi à Christian Cappe, le mercredi et le jeudi par exemple, de faire avec les enfants un atelier d’écriture pendant une heure. Ensuite je venais avec une caméra et un ordinateur pour faire un banc de montage. On aurait filmé ce que les enfants auraient scénarisé comme une histoire inventer à 2 ou à 3. Après on aurait fait le film en le montant ensemble. C’est à dire de faire tout une structure de l’écriture à la diffusion de ce court métrage. Malheureusement je n’ai pas pu le faire parce que je suis en tournage sur la série “Demain nous appartient”. Mais je proposerai à Christian de réaliser ce projet avec des élèves de collèges et de lycées de la région. Et pourquoi pas de projeter le court métrage lors de la cérémonie de clôture. Montrer la réalisation des élèves de A à Z. Cela me permet une bonne approche pour montrer aux enfants, non pas la complexité, mais la totalité du métier sur un court métrage.

D’où vous vient cette envie de transmettre qui vous anime ?

Parce que je suis papa (rires collégiaux) ! J’ai trois enfants Théo, Gabin et Ariel qui ont respectivement 19 ans, 13 ans et 7 ans. C’est déjà quelque chose qui est naturelle en tant que papa de transmettre et puis au travers de l’association “Les Balles Blanches” aussi qu’on fait avec les enfants de l’hôpital Necker à Paris. Ce sont des enfants malades d’un cancer mais tellement lumineux. On essaie aussi de transmettre aussi un peu de joie de notre part lors des démonstrations de golf et on reçoit d’eux beaucoup de courage. C’est toujours des moments très fort qu’on partage avec eux. La transmission, elle va souvent dans les deux sens. C’est à dire que vous arrivez avec un savoir et on reçoit beaucoup de tendresse, d’affection et d’écoute de la part des enfants et c’est un bel échange.

C’est en effet un très bel échange. Je pense que les enfants le vivent de cette façon.

En fait ils viennent découvrir quelque chose. Notamment pour les deux jours qu’on a passé ici au golf de Lourdes avec cette initiation golfique. Ils ne savent pas trop quand on les voit arriver ils se disent : “Mais qu’est-ce que c’est que ça ? On ne sait pas trop ce qu’on va faire. Qu’est-ce que c’est que le golf” ? Un peu comme nous d’ailleurs quand on a commencé le golf (rires collégiaux). On pensait que c’était un sport de vieux, mais en fait pas du tout ! Là on passe une heure avec eux au practice et après on va aller faire le trou numéro 18.

Ah oui, vous les emmenez sur le parcours ?

Oui, c’est une formule qu’on appelle “la scramble”. C’est à dire qu’on part avec une équipe de 3 enfants et chacun des enfants jouent sa balle. Puis, on va se placer sur la meilleure des 3 balles et ainsi de suite on progresse jusqu’au green.

Les enfants vont pouvoir se faire un mini parcours de golf tous ensemble. C’est chouette parce qu’il y a des gamins qui vont faire partir la balle tout de suite et d’autres pour qui c’est plus difficile. Mais le coup d’après celui qui était le moins bon réussir son tir et inversement celui qui avait réussi, rate. On a toute la magie du golf qui se résume sur le trou numéro 18 qu’on va partager avec eux.

Vous pratiquez le golf depuis longtemps ?

J’ai commencé le golf en 2003 et j’ai pratiqué pendant une année au golf des 24 heures du Mans avec mon ami Yannick Saillour qui est le pro du golf là-bas. Et puis après j’ai arrêté parce que je me suis lancé dans une activité d’équitation qui me prenait beaucoup de temps. J’ai fait le spectacle Ben-Hur au Stade de France avec Robert Hossein et Mario Luraschi.

J’ai d’ailleurs participer au spectacle Ben-Hur à Sydney en Australie avec Russel Crowe, narrateur de la version anglophone. Même si mon personnage mourrait à la fin j’en garde un excellent souvenir (rires).

Quand je suis revenu dans la région pour tourner la série “Section de Recherches” j’ai ramené mon sac de golf et je me suis remis au golf là-bas (rires collégiaux). Cela fait 4 ans que je rejoue régulièrement.

En fait c’est grâce à “Section de Recherches” que vous vous êtes remis au golf (rires) ?

C’est exactement ça. C’est grâce à la gendarmerie que je me suis remis au golf (rires collégiaux).

En parlant de “Section de Recherches” je sais que vous avez des gendarmes sur le tournage. Est-ce qu’il y en a qui vous a raconté une petite anecdote pour vous expliquez comment se passe une enquête ou autre ?

Oui, effectivement “Section de Recherches” est une fiction. Mais on a un organisme qui s’appelle le S.I.R.P.A qui est le service de communication de la gendarmerie qui est avec nous tout le temps et qui nous explique beaucoup de choses. On a parfois des gars du G.I.G.N qui viennent avec nous intervenir et on arrive parfois à des choses assez cocasse. Notamment, un truc qu’on ne savait pas, c’est que lorsque les gens qui sont soupçonnés et qui sont en garde à vue en interrogatoire n’ont pas le droit d’être menottés. C’est à dire que dans tous les films américains quand on voit les gars qui sont menottés à la table. C’est peut-être vrai aux Etats-Unis mais en France ce n’est pas le cas. On a pas le droit d’avoir des gens menottés en interrogatoire. Ou aussi des scènes d’interventions où je joue les gros bras et on me dit que je ne peux pas faire comme ça parce que ce n’est pas réel. C’est très suivi, on ne fait pas ce qu’on veut.

On essai de coller au maximum à la réalité du terrain de nos héros que sont nos gendarmes et nos pompiers car on a aussi des interventions avec les pompiers. On essai de coller au plus près et le S.I.R.P.A est là pour veiller à la bonne tenue des opérations (rires collégiaux).

Vous parliez toute à l’heure de la série “Demain nous appartient”. Une nouvelle aventure ?

Oui, mais je ne peux pas trop en parler car ce n’est pas encore diffusé. Mais j’ai le rôle d’un guest qui arrive. Je pense que ça va être diffusé début décembre. Mais je ne peux pas en dire plus (rires).

Top secret (rires collégiaux). Sinon est-ce qu’il y a un rôle que vous aimeriez jouer, qu’on vous a jamais proposé mais auquel vous diriez oui tout de suite ?

Il y’en a beaucoup. J’adorerais faire un biopic. Il y a plein de gens dont j’aimerais retracé la vie. Je suis un grand fan de tous les biopics qui sont diffusés sur ARTE. Des reconstitutions de faits historiques que je trouve formidable. J’aime les films historiques. J’attends une proposition. Je vais peut être finir par l’écrire moi-même et passer derrière les caméras pour le réaliser (rires).

Incarner des personnages de fiction c’est une chose, on y met ce qu’on a envie d’y mettre même si on a des indications de l’auteur. Mais incarner véritablement des personnages qui ont existé c’est encore plus fort. J’ai vu le film Churchill incarné par et c’est vraiment formidable.

Complexe et mythique ce personnage de Winston Churchill.

Oui on a quelque chose de très pesant, de vraiment fort. Quand j’étais gamin j’étais un grand fan de Charlton Heston. J’avais vu “Les dix commandements” et “Ben-Hur”. J’avais trouvé cela fantastique !

Je pense que mon souhait de biopic il passe par là. L’envie d’interpréter des personnages très fort tel que Moïse ou Ben-Hur.

Je suis entrain de me souvenir que mon père m’avait mis un jour devant le film “Le Jour le plus long” avec John Wayne. Il me disait : “Tu vois il s’est passé ça et ça. Lui c’est vraiment un général, lui c’est vraiment un commandement. C’était comme ça quand ils ont fait le débarquement”.

Par la suite on a été sur les plages du débarquement de Normandie. Alors c’était assez terrible évidemment mais il y a eu un frisson. Et je crois que notre métier il sert à ça. Développer de la fiction oui mais aussi rappeler les choses qui se sont passés historiquement. Les gamins n’ont peut être pas envie de lire des bouquins mais par le biais de l’écran et de l’image animé c’est pour eux plus ludique et ça leur permet de voir de jolies choses.

Des petits projets sur le feu autre que “Demain nous appartient” ?

Alors oui il y a “Demain nous appartient”. Normalement la saison 14 de “Section de Recherches” qui devrait être diffusée en janvier 2021 vu qu’elle n’avait pas pu être mise en place à cause de la covid. Ce qui nous fera reprendre les tournages au mois de mars. Et puis l’écriture, il va falloir que je m’y mette aussi. Et pourquoi pas écrire ce fameux biopic (rires). Enfin l’adapter.

Un message à passer ?

Les enfants ! Priorité aux gamins. Je me répète, on le fait tous, mais c’est l’avenir de l’humanité et ne perdons pas nous les adultes les rêves qu’on avait en tant qu’enfant qui ont était mis de côté pour des raisons économiques, stratégiques, voir même affectives. On a tendance a oublier qu’on a une âme d’enfant. J’ai la chance de faire un métier qui me ramène toujours à ça. Misons fort sur toute cette jeunesse et essayons de leur apporter quelque chose de fort. Je ne sais pas trop ce qu’on va laisser à notre jeunesse avec cette histoire de coronavirus. Sans faire de politique c’est entrain de mettre à mal l’économie mondiale pour une maladie qui ne fait pas plus de décès que le cancer du colon. Je me permet d’en parler parce qu’on a fait avec Arthur une émission “Stars à nu” pour le cancer de la prostate, sur le cancer des testicules.

Et cette année ils font sur le cancer du colon dont on a les chiffres de neuf cent mille personnes qui décèdent par an. Je ne tiens pas à faire de la politique mais je suis un citoyen et je pense que soit on ne nous dit pas tout. A l’heure d’aujourd’hui soit c’est avéré et auquel cas prenons toutes les dispositions possibles masques et autres pour nous protéger. Ou soit les gens du gouvernement ont sorti le parapluie au cas où on leur reproche de ne pas en avoir fait assez. Dans ce cas là vu que l’économie est à terre et que des personnes risquent de ne pas s’en relever, vivement que la jeunesse passe au pouvoir et nous apporte un monde un peu moins centré vers soi-même où le pouvoir peut proliférer et faire évoluer l’humanité et les sociétés.

Merci beaucoup. 

Avec plaisir, merci.

A l’heure actuelle, nous savons que le rôle joué par Franck Sémonin dans la série “Demain nous appartient” sur TF1 sera Franck Guého. Série que vous pouvez suivre du lundi au vendredi à 19h05.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Une réflexion sur “Franck Sémonin de la série “Section de recherches” métamorphosé en professeur de golf avec “Les Balles Blanches” au festival Ecran Jeunesse

Laisser un commentaire