Entrevue avec la pétillante comédienne Delphine Zentout, ambassadrice de l’association “Les Balles Blanches” au festival Ecran Jeunesse

Delphine Zentout était présente en tant qu’ambassadrice de l’association “Les Balles Blanches” au festival Ecran Jeunesse. Elle était accompagnée de Franck Sémonin dont vous avez découvert l’interview et de Philippe Candeloro.

Avant de rejoindre le parcours du golf de Lourdes, Delphine nous a accordé un petit moment pour répondre à nos interrogations. Et comme la petite voiturette de golf était confortable nous y avons pris place.

Bonjour Delphine, Merci beaucoup de répondre à nos questions. 

Mais je vous en prie, avec plaisir.

Nous sommes au golf de lourdes. C’est magnifique, non ? 

Oh c’est sublime ! Je ne connaissais absolument pas, ni la région ni ce golf. Sincèrement c’est merveilleux.

Et c’est à l’occasion du festival Ecran Jeunesse ? 

Tout à fait, c’est ça. Je suis comédienne et j’ai la chance d’être mariée avec le président fondateur de l’association “Les Balles Blanches”. Raison pour laquelle nous sommes ici au golf où nous offrons une initiation à des enfants défavorisés.

Il faut savoir que “Les Balles Blanches” ont été créées il y a maintenant 18 ans. Théoriquement, nous organisons des compétitions de golf en sramble à 4 avec des personnalités dans chaque équipe et nous récoltons des fonds pour améliorer le quotidien des enfants malades hospitalisés ou bien chez eux dans leur famille. Malheureusement cette année avec la crise sanitaire de la covid-19 on n’a pas pu récupérer de fonds. On ne peut pas organiser de compétition.

Christian Cappe avait à coeur d’offrir une association entre “Les Balles Blanches” et le festival Ecran Jeunesse. On a cherché un moyen de rendre cela possible. Et on s’est dit qu’exceptionnellement on pouvait le faire pour des enfants défavorisés puisque de toute façon l’association “Les Balles Blanches” est tournée vers les enfants. Cela nous tient vraiment très à coeur.

D’où est née l’idée ? 

Il se trouve qu’Eric Duquenne, le président fondateur, a connu une petite fille qui malheureusement n’est plus de ce monde et qui a été hospitalisée à l’hôpital Necker de Paris. C’était une enfant bulle qui était toute seule dans sa chambre. C’était la fille d’un couple d’ami. Quand il allait lui rendre visite, Eric voyait plein d’autres enfants seuls dans leurs chambres. Sans jouet, sans visite, sans personne et qui lui tendait les bras. Des enfants très petits qu’il ne connaissait pas. Son coeur tendre d’homme n’a pas résisté. Il s’est dit : “Il faut absolument faire quelque chose pour ses enfants”. Dans la mesure où il est golfeur il a pensé qu’il y aurait peut-être un peu d’argent à récupérer dans le milieu du golf. Il a donc crée l’association “Les Balles Blanches” en 2002.

Et vous vous êtes greffés dessus ? 

Alors (rires collégiaux). Effectivement, nous nous sommes rencontrés sur “Les balles Blanches” en juin 2007. En fait à Paris la grosse compétition qu’il organise a lieu toujours le premier mardi du mois de juin au golf du Prieuré dans les Yvelines. A l’époque, je ne golfais pas. Je ne golfe toujours pas très très bien (rires). C’est un sport un tout petit peu difficile, en tout cas qu’il ne me correspond pas. Je suis meilleure en natation, en danse et d’autres choses. Le golf est resté un petit peu compliqué pour ma part. J’étais venue pour passer la journée avec les enfants malades. La rencontre a eu lieu et les choses se sont faites naturellement. Comme quoi le caritatif mène à tout (rires) !

Cela a été un vrai coup de coeur ? 

Oui, dans tous les sens du terme (rires).

Vous n’êtes pas venue seule au festival Ecran Jeunesse mais avec votre fille. Est-ce une envie de l’ouvrir à votre milieu artistique et de lui montrer les possibilités qui s’offrent à elle sur tout ce qui est métiers de l’image et métiers de la création ? 

Pour tout vous dire, ma fille vient d’avoir 11 ans et c’est quasiment la première fois que je l’emmène dans mon milieu artistique. Maintenant elle est un peu grande. Ma fille est passionnée de chant et de danse. Pas forcément, pour l’instant, de comédie mais on ne sait pas l’atavisme familial peut venir, mais ce n’est pas une obligation. Elle aime bien rêver, lire. Elle chante et danse toute la journée, on verra. Mais ce qui tombe bien c’est que le festival a lieu pendant les vacances scolaires donc ça c’était extraordinaire. C’était effectivement une façon un peu décalée de lui montrer d’autres aspects de mon métier.

Elle s’est complètement immergée. 

Oh oui elle adore (rires collégiaux) ! Aujourd’hui elle fait l’initiation golfique parce qu’il ne faut pas croire qu’avec un papa golfeur, elle golf souvent. A Paris on n’a malheureusement pas beaucoup de temps à consacrer au golf. C’est loin et ça prend toute la journée donc ce n’est pas très évident. Là, elle allie les deux. Elle en profite et je suis ravie de l’avoir s’épanouir comme ça.

 

Oui ça en a tout l’air et je ne peux que confirmer vos dires (rires). On l’a vu hier venir faire un tour à l’atelier casting et elle était très heureuse d’être là. 

Oui, c’est le sentiment que j’ai eu. C’est ce qu’on m’a rapporté. J’espère que le festival se pérennisera et que nous serons à nouveau présent l’année prochaine et peut-être qu’elle s’envolera (rires).

Avez-vous des projets ? Est-ce qu’on va vous revoir à l’écran ou au théâtre ? 

A l’écran pas tout de suite. Mais vous savez les choses changent rapidement. Et au théâtre, j’aimerais beaucoup. J’ai eu deux, trois projets qui n’ont pas pu aboutir.

A cause de la covid-19 ? 

Oui, c’est reporté, décalé. Mais dans ce métier on sait que quand c’est reporté ça peut signifier aussi annulé. On ne sait pas. Si après d’autres projets arrivent par-dessus. Et puis vous savez, vous pouvez être appelé du jour au lendemain pour un téléfilm et vous partez tourner. Ce qui est arrivée pour le festival. Je suis venue avec Franck Sémonin et Philippe Candeloro pour offrir cette initiation aux enfants.

Franck est en tournage actuellement sur “Demain nous appartient” et c’est arrivait très vite. Sur ces séries quotidiennes, on vous appelle et 15 jours après vous travaillez. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve très précisément mais je crois en ma bonne étoile.

Delphine, auriez-vous un message à passer ? 

Oui, j’espère un message positif et d’espoir. Celui de ne pas se laisser aller même si la situation actuelle n’est pas facile. Je sais que ce n’est pas facile pour tout le monde. En ces temps moroses il faut garder espoir, trouver des activités à faire à la maison. Garder le moral, ne pas se laisser aller. Les gens ont vraiment l’impression d’avoir fait tout ça pour rien. Mais c’est très important et je pense qu’il faut écouter les consignes qu’on soit d’accord ou pas. De toute façon, on a pas le choix vu que la maladie, la pandémie est là.

Haut les coeurs tout le monde ! Vraiment, sincèrement que tout le monde s’en sorte du mieux possible. Je vais aller faire un tour à la grotte de Lourdes et ce sera le sens de ma prière.

Si on tient à soi et si on tient surtout à sa famille et aux autres. Il faut faire très attention et prendre soin de tout le monde. Et après si c’est chacun chez soi, de ne pas déprimer. Ce qui va être difficile puisqu’on arrive en hiver. Vous savez à Paris les appartements ne sont pas immense, il fait gris, on n’a pas de soleil (rires collégiaux). Je parle en connaissance de cause. Cela risque de ne pas être simple, mais bon. Haut les coeurs tout le monde ! Vraiment, sincèrement que tout le monde s’en sorte du mieux possible. Je vais aller faire un tour à la grotte de Lourdes et ce sera le sens de ma prière.

Merci beaucoup Delphine. On se donne rendez-vous l’année prochaine à la seconde édition du festival Ecran Jeunesse ?  

Oh oui avec grand plaisir. C’est une promesse (rires collégiaux).

Vous pouvez suivre les différentes opérations et actualités de l’association “Les Balles Blanches” sur le site internet ou les différents réseaux sociaux comme sur FB.

Et pour faire un retour sur le festival Ecran Jeunesse et découvrir la préparation de la seconde édition rendez-vous sur Ecran Jeunesse ou la page FB de cette formidable et dynamique équipe présidée par Christian Cappe.

© Gérard Changeux
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Une réflexion sur “Entrevue avec la pétillante comédienne Delphine Zentout, ambassadrice de l’association “Les Balles Blanches” au festival Ecran Jeunesse

Laisser un commentaire