Face à face avec le talentueux Samuel Allain Abitbol, jury au 1er Festival Ecran Jeunesse

Cette année 2020 a été marquée par les annulations ou les reports de festivals. Quelques-uns ont pu avoir lieu comme le Festival Ecran Jeunesse à Lourdes où était membre du jury le comédien Samuel Allain Abitbol. Nous avions déjà consacré à Samuel un article lors du Festival de Luchon 2020 et c’est avec un énorme plaisir que nous l’avons retrouvé lors du 1er festival Ecran Jeunesse.

Depuis février quelques projets se sont concrétisés pour Samuel et il m’en parle sans détour lors de notre entrevue, ainsi que de son implication en tant que membre du jury.

Bonjour Samuel.

Bonjour Vanessa.

Te voilà membre du jury du festival Ecran Jeunesse. Que ressens-tu ?

Cela me touche beaucoup. Déjà rien que d’être ici au festival Ecran Jeunesse. Je suis très ravi d’être membre du jury. C’est une grande responsabilité.

Comment prends-tu ce rôle de jury ?

Je le prends au sérieux car je dois voir et juger des dessins animés, des films qui sont pour les jeunes, les petits et je fais très attention pour eux.

Tu as pu voir des dessins animés, des films, des documentaires. Est-ce qu’il y a des choses qui t’ont plus touché que d’autre ?

Il y a des moments que j’ai beaucoup apprécié c’est la mise en lumière de la différence. J’ai vu un documentaire hier qui montre la réalité.

« Je fais un rêve » ?

Oui c’est ça. « Je fais un rêve » m’a beaucoup touché jusqu’aux larmes. Je comprends ce documentaire il résonne en moi parce que je vis aussi ce genre de choses dans la vraie vie. Franchement le message c’est :  Allez de l’avant et continuez à rêver malgré un handicap ou une maladie. Battez-vous !

 Tu as été séduit par un film ?

Par “Fritzi”, il m’a beaucoup touché. Il parle de l’histoire de la chute du Mur de Berlin vu par les yeux d’une fille. Ce n’est pas trop émouvant pour les parents mais je pense que c’est plus pour les enfants. Je l’ai vu au BAC et c’est vrai que ce n’est pas comme ça qu’on le vit mais là c’est fait pour que les enfants comprennent ce passage de l’histoire avec un film d’animation. C’est adapté pour eux.

Tu apprécies d’avoir été choisi comme membre du jury ?

Oui ! En plus la ville de Lourdes est magnifique j’ai fait quelques photos. Et j’aime pouvoir donner mon avis sur la compétition du festival. Si on me propose un jour d’être à nouveau membre du jury je resigne tout de suite (rires). Merci au festival.

La dernière fois qu’on s’est vu tu avais des projets mais tu ne pouvais pas nous en parler plus est-ce que depuis ça se concrétise ?

Oui certes j’ai des projets. Tommy Weber a fini d’écrire un scénario et il m’en a proposé un rôle principal. Je dois tourner dans un autre film qui s’appelle « Le Marginal ». J’ai fait une interview avec « Paris Match » et je n’y crois pas encore qu’il me propose 4 pages, c’est fou. On en avait parlé ensemble, mais j’espère retrouvez les plateaux de la série “Plus belle la vie” comme cet été (juillet/août 2020). Rémi n’est parti qu’à Paris (rires).

Dernièrement, on a pu voir la diffusion sur France 3 de “Meurtres en Pays Cathare”. Tu l’as regardé ?

Oui il est passé en septembre sur France 3. J’ai bien sûr regardé le téléfilm et ça prouve quand même que les personnes en situation d’handicap comme moi peuvent aussi jouer n’importe quel rôle et j’en suis très content.

Laissez la porte ouverte à la différence elle peut apporter beaucoup !

Il faut leur laisser la chance de s’épanouir.

Oui. Hier j’ai beaucoup parlé sur ma vie et sur les gens en situation d’handicap et j’aimerais passer un message : « Laissez la porte ouverte à la différence elle peut apporter beaucoup » !

Entièrement d’accord avec toi. Tu me parlais hier de ta participation à « Mention Particulière 2 » ?

J’ai tourné dans le film ou je reprends mon rôle de François et je suis toujours amoureux d’Adèle. J’espère qu’il sera bientôt diffusé pour que tu le vois. J’aime beaucoup mon personnage.

Croyez en vos rêves et en vous. La situation d’handicap ce n’est pas un obstacle. Allez de l’avant et battez-vous !

Je voudrais dire aux parents que quand vous avez un enfant handicapé c’est une étoile qui brille, du bonheur et non un fardeau. Donnez-lui de l’amour et il vous le rendra deux fois plus.

Hâte de le découvrir. Je te laisse la parole, voudrais-tu ajouter quelque chose ?

Merci au festival pour m’avoir pris comme jury et de m’avoir invité. Merci à toute l’équipe Ecran Jeunesse. Le message qui est très important pour moi, mon combat même si je me répète : Croyez en vos rêves et en vous. La situation d’handicap ce n’est pas un obstacle. Allez de l’avant et battez-vous ! Je voudrais dire aux parents que quand vous avez un enfant handicapé c’est une étoile qui brille, du bonheur et non un fardeau. Donnez-lui de l’amour et il vous le rendra deux fois plus. Et aux autres d’ouvrir leurs portes dans tous métiers de laisser la chance aux personnes en situation d’handicap. Evoluez pour qu’ils réalisent leurs rêves !

Merci beaucoup Samuel.

Merci Vanessa ça me touche. Ah et suivez-moi sur mon instagram : Samuel Allain Abitbol (rires).

C’est clair que pour ma part je vais suivre ce petit diamant qu’est Samuel. Son combat me touche et bon nombre de réalisateur, chaîne de TV, casting, entreprise, donne la chance aux personnes handicapées de se réaliser et de s’épanouir. « Un petit pas pour l’homme un grand pas pour l’humanité », l’acceptation de la différence et sa compréhension. Qu’on soit autiste, trisomique, ou toutes autres formes d’handicap on a tous le droit à nos rêves et si on s’en donne les moyens tout est possible.

Ouvrez vos portes dans tous métiers, laisser la chance aux personnes en situation d’handicap. Evoluez pour qu’ils réalisent leurs rêves !

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire