Premiers pas à l’écran pour Simon Hormière-Marquié et Angie Morvan-Dedieu dans “Meurtres à Albi”

Simon Hormière-Marquié et Angie Morvan-Dedieu sont des acteurs en herbe qui à la suite d’un casting se sont retrouvés sur le plateau de tournage de « Meurtres à Albi ». Simon joue le rôle d’Enzo Lemaire, fils de Bruno Debrandt et Angie est la fille de Léonie Simaga. Marc et Annabelle, le duo de choc de ce “Meurtres à”.

A la fin de la soirée de présentation du film à Albi, ils nous livrent avec humour et plaisir le chemin de leurs premiers pas à la télévision.

Angie et Simon, bonjour et merci de répondre à nos questions.

Angie : Bonjour.

Simon : C’est notre première interview (rires).

C’était votre tout premier rôle sur  « Meurtres à Albi » ?

Angie : Oui, c’était vraiment une super expérience.

Simon : Le tout premier dans un film et j’ai adoré l’aventure.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous présenter au casting ?

Angie : C’était par hasard. Une amie de ma mère nous a présenté le casting et cela m’a plu. Je n’y avais jamais pensé, mais j’ai quand même essayé et ça a fonctionné (rires).

Simon : C’est ma prof de théâtre qui m’a envoyé le profil du casting. En le voyant, j’étais super excité, ça m’a vraiment motivé. Bon j’ai raté un exposé en cours mais ça valait le coup vraiment vu que j’ai été pris.

Est-ce que vous vous souvenez de votre premier jour de tournage ?

Angie : Ah oui, vu que j’étais malade et que j’avais la gastro (rires). Déjà c’était intimidant. J’étais stressée mais franchement l’équipe super accueillante et il y avait une super ambiance.

Simon : Mon premier jour, oh oui je m’en rappelle bien. Je n’ai pas réussi à dormir la nuit d’avant tellement j’étais motivé. Je me suis très bien entendu avec tout le monde surtout avec Angie (rires).

Quel était votre première scène ?

Simon : On a eu la même première scène avec Angie celle où l’on sort du collège et on se dit au revoir.

Une petite anecdote de tournage ?

Angie : Laissez-moi réfléchir, la gastro (rires collégiaux). Non, ce qui m’a fait rire c’est un moment dans une scène d’un repas de famille. Celui qui joue mon grand-père (Alain Doutey) lance une serviette sur celle qui joue ma grand-mère (Hélène Vincent) mais ce n’était pas prévu mais rigolo (rires).

Simon : Le souvenir le plus marquant c’est quand on revient dans le salon et qu’on a une scène avec des jus d’orange. C’était du vrai.

Angie : Oh oui (rires).

Simon : Du coup on n’arrivait pas à se contrôler en bougeant le verre et c’était trop drôle.

Avez-vous pu glaner des conseils aux acteurs présents ?

Angie : Oui, enfin on m’a donné comme conseil de prendre le temps quand je parle, de bien respirer. Et aussi d’être à l’aise.

Simon : Pendant qu’Angie et Léonie se préparait pour une scène, j’ai pu parler avec l’actrice qui joue ma mère (Vanessa Liautey). On a parlé énormément de théâtre ensemble et j’ai pu lui poser beaucoup de questions sur le milieu.

Vous avez déclaré ce soir que vous n’avez qu’une envie celle de recommencer à tourner.

Angie : Ouiiiii !

Simon : je signe tout de suite (rires collégiaux).

Qu’est-ce qui vous plaît dans le fait d’être acteur ?

Angie : Tout ! On est excité, stressé. On a hâte de voir le résultat. Et puis de tourner avec des acteurs comme ceux sur « Meurtres à Albi » c’est génial. Je suis très contente d’être la fille de Léonie Simaga dedans.

Simon : Sur le moment c’est beaucoup les émotions qu’on ressent. Le plaisir de jouer en incarnant les personnages du scénario. Mais aussi la réaction du public. Ce soir j’étais heureux quand j’ai entendu les applaudissements à la fin du film. J’aime beaucoup le théâtre et  à l’avant-première c’était super de voir la réaction des gens et de discuter avec eux.

Qu’avez-vous ressenti en vous voyant sur grand écran ?

Angie : Du plaisir. C’est drôle est très bizarre en même temps d’entendre les rires.

Simon : Oui, vraiment du plaisir. J’ai l’impression que ce sont les fruits de tous les efforts. C’est vraiment exceptionnel de voir les gens réagir à ce que l’on fait. J’ai aimé me voir c’était super.

Dans toutes les séries, films que vous connaissez, est-ce qu’il y a un rôle que vous auriez aimé incarner ?

Angie : Je ne me suis jamais posé cette question (rires collégiaux). Ah la question piège…

Simon : Je suis un grand fan d’Harry Potter et je pense directement à Harry Potter. Je suis un peu introverti et quelque fois extraverti. Cet univers me correspond. Sinon peut-être Percy Jackson car j’aime beaucoup ce personnage.

Angie : Merci Simon pour le temps en plus pour réfléchir (rires). J’ai adoré la série « Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire » et jouer un des enfants Baudelaire m’aurait vraiment plu. J’aime beaucoup les réflexions et l’aspect de la série.

Même question qu’au reste de l’équipe du film : Quel serait le mot qui définisse le mieux « Meurtres à Albi » ?

Simon : « Frissons ». Ce film me donne des frissons partout et me rappelle ceux que j’ai eu au moment de tourner surtout pour donner la réplique à des acteurs comme Bruno Debrandt. Ce sont des frissons positifs comme pour ce soir mais aussi des frissons par rapport à l’histoire.

Angie : Je dirais « impressionnant » par la grandeur du film en lui-même mais aussi par le travail de l’équipe.

Auriez-vous un message à passer ?

Angie : Je voulais remercier ma famille, toute l’équipe du film pour leur accueil et ce qu’ils ont fait. C’était super et ça donne envie d’y retourner.

Simon : Mon message c’est d’avoir confiance en soi, de croire en ses rêves et de foncer.

Merci beaucoup.

Angie et Simon : C’était super.

Demain, pour terminer cette semaine spéciale c’est au tour de :

Delphine Lemoine la réalisatrice de nous faire des confidences.

J-2 avant la diffusion de “Meurtres à Albi”, le samedi 23 janvier 2021 à 21h05 sur France 3. Vous pourrez y retrouver Angie et Simon.

Synopsis : Annabelle a quitté Albi il y a quelques années. Promue commissaire, elle revient dans sa ville natale, accompagnée de Pauline, sa fille de 12 ans. Marc, persuadé que le poste lui revenait, voit d’un mauvais œil l’arrivée de sa nouvelle patronne. Le meurtre d’un vieil agriculteur, suivi de celui d’une assistante sociale, les forcent à collaborer, tout en entraînant Annabelle sur les traces de ses origines…

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire