Les vêtements de seconde-main font des ravages à Toulouse.

©TrocdesNanas

Les vêtements de seconde main, c’est la nouvelle tendance qui fait fureur auprès des toulousains. A Toulouse, de nombreuses friperies sont déjà présentes, comme le Troc des Nanas, Vintage Paradise ou encore Kilostock. Un nouveau concept qui explose partout en France et pour cause : le confinement a permis aux gens de faire le tris dans leurs vêtements.

Vous êtes amateurs de mode, de vêtements vintage à petits prix, et vous souhaitez en même temps faire un geste non seulement pour la planète, mais également pour votre porte-monnaie, les friperies sont faites pour vous.

Depuis le début du confinement, les ventes de vêtements de seconde-main ont largement augmentées, que ça soit en magasin, ou en ligne sur l’application star, Vinted.

Des raisons économiques

Pour Caty, responsable de la boutique Troc des Nanas à Toulouse, la raison principale est économique : ” Les gens s’y mettent de plus en plus. Depuis un an, beaucoup de nouvelles clientes se tournent vers la seconde-main, parce qu’elles en ont marre d’acheter du neuf, c’est un trop gros budget, elles me l’ont dit elles-mêmes”. Un an, cela correspond à la période du confinement, qui n’y est pas pour rien, selon la commerçante : ” A chaque sortie de confinement j’ai beaucoup de monde. On a envie de consommer que ça soit avec les bars ou les restaurants. Ce besoin de liberté va ressortir à un moment ou un autre”.

Une prise de conscience écologique

Pour Yann, responsable de la boutique Kilostock à Toulouse, la crise sanitaire a permis une grande prise de conscience écologique : “Les gens ont pris conscience que le recyclage est important, que la nature a besoin qu’on la laisse respirer. Il y a un grand retour à la protection de la nature, on utilise plus de sacs plastiques, on mange raisonnablement. Kilostock également parti de ce système, pour fabriquer des vêtements il faut une énorme consommation d’eau, chose que nous ne faisons pas. De plus, il y a de plus en plus de jeunes qui viennent dans la boutique, ça fait plaisir”.

L’écologie touche donc plus de monde, et en particulier les jeunes, plus concernés que jamais, s’agissant de leur avenir. On le voit notamment sur les réseaux sociaux, en particulier sur Instagram et TikTok, où les influenceurs dévoilent leur tenue, provenant directement de friperie. C’est le cas de Mai Lee, 277 000 abonnés sur Instagram et 1 million sur TikTok. La jeune femme est connue pour son style et ses “Outfits” exceptionnels, qui sont souvent issus de vêtements de seconde-main.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire