Confidences de l’acteur Dominique Pinon au Popcon 2021

Pour sa première journée, le Popcon 2021 a convié l’acteur Dominique Pinon, connu pour ses interprétations dans plusieurs films de Jean-Pierre Jeunet tel que « Delicatessen » ou encore « Alien, la résurrection ». On le connaît aussi pour son rôle dans la série « Outlander » et, bien entendu, dans « Cassandre ». Mais ce qui est encore mieux, c’est d’en discuter avec lui.

Je vous donne le petit micro.

Oh, il est mignon on dirait une glace au citron *slurp* (rires collégiaux) !

C’est ça (rires). Bonjour Dominique, nous sommes au Popcon 2021 dans le cadre vraiment magnifique du Manoir du Prince à Portet-sur-Garonne. Qu’en pensez-vous ?

C’est un lieu vraiment magnifique. C’est une très bonne idée de faire le salon dans ce lieu que je ne connaissais pas, bien que je sois déjà venu à Toulouse ! On n’est pas loin de la ville et en même temps en pleine nature, à l’extérieur, avec un très beau temps. C’est très agréable d’être ici.

Les gens viennent vous voir, discuter avec vous de l’ensemble de votre parcours…

Peut-être pas de tout car ce n’est pas possible en 5 minutes (rires collégiaux). Mais je suis très heureux d’être là.

Est-ce la même chose de jouer un flic dans une série comme « Cassandre » que sur les planches au théâtre dans « Les lois de la gravité » ?

Ah, ça me fait très plaisir que vous me parliez « Des lois de la gravité » parce que c’est une pièce que j’ai beaucoup aimé jouer et que peu de gens ont vue. Je vous avouerai que cette pièce est beaucoup plus dans mon cœur. En même temps, je suis ravi de travailler sur la série « Cassandre ». Mais, disons que le théâtre reste mon lieu favori de jeu.

Justement, qu’avez-vous ressenti quand on vous a remis le Molière pour votre prestation dans la pièce « L’Hiver sous la table » ?

J’étais vraiment très heureux de recevoir ce Molière pour « L’Hiver sous la table » qui est aussi une très belle pièce, très poétique et très drôle. Vous savez, on ne fait pas ce métier pour recevoir des récompenses mais quand on en reçoit une, surtout un Molière, ça fait quand même très plaisir. En revanche, c’était une cérémonie très particulière car c’est la fois où elle n’a pas été retransmise à la télévision. Mon pauvre papa et ma pauvre maman n’ont pas pu me voir recevoir ce prix ! Surtout que pour la pièce on avait obtenu 5 Molières dont celui pour Isabelle Carré de la meilleure actrice et moi du meilleur acteur.

 

Vous avez dit un jour que lorsque vous étiez enfant, vous rêviez d’Amérique. Le rêve est devenu réalité quelques années plus tard.

Oui, j’ai finalement été en Amérique. J’en rêvais, je pense, par rapport à mes lectures comme « Tintin en Amérique ». Et puis j’ai des cousins américains. J’ai une tante qui a immigré aux Etats-Unis en 1963. La première fois que j’ai été là-bas, c’était après mon baccalauréat. Je ne savais pas quoi faire. Je suis tombé sur une organisation qui vous envoyait là-bas pendant 1 an dans une famille d’accueil pour passer le Bac américain à la High School. J’ai ainsi rencontré l’Amérique à New York et après en Alabama où j’ai passé cette année. C’était il y a fort longtemps, en 1972 (rires).

Quelle a été votre réaction quand vous avez mis les pieds sur le plateau de tournage du film « Alien la résurrection » ?

J’ai eu un grand moment d’émotion, surtout que les dix premiers jours c’était la scène sous l’eau. C’était un moment d’émotion et d’appréhension car on a eu un entraînement de G.I. avant, avec des cascadeurs. Je me suis rendu compte d’un seul coup que j’étais au Etats-Unis à Hollywood sous l’eau avec Sigourney Weaver à côté de moi, je me suis dit : « Attends tu n’es pas en train de rêver là » (rires collégiaux).

C’est vrai que vous étiez bien entouré avec Sigourney Weaver d’un côté et Winona Ryder de l’autre.

Ah oui, je ne savais plus où j’étais. Mais en tout j’étais très heureux.

Le plus difficile, c’était cette scène dans l’eau ou de vous mouvoir avec des prothèses ?

L’eau, sans hésitation. Comme j’étais assis dans un fauteuil je ne sentais pas le poids des prothèses donc rien d’éprouvant. En plus le fauteuil était télécommandé par un gars un peu plus loin. Je souligne quand même que l’eau était chauffée. On était quand même à Hollywood (rires collégiaux).

Vous avez fait votre propre doublage.

Oui bien sûr, tout ce que je tourne en anglais j’en fais le doublage français. C’est quand même ma voix originale, cela ferait bizarre que ce soit un autre.

Beaucoup d’acteurs disent que c’est dur de se regarder jouer. Est-ce le cas pour vous ?

Au début, je n’aimais pas. Pas tant de me voir à l’écran, mais d’entendre ma voix. Je ne supportais pas ma voix. Heureusement on finit par s’y faire.

Si vous pouviez retourner dans le passé, qu’est-ce que vous diriez au jeune Dominique de 18 ans ?

Ah oui, bonne question. Je lui dirais : « Passe ton BAC d’abord si tu veux faire acteur et essaie de faire quelque chose aussi à côté. Ne pense pas qu’à être acteur, c’est important d’avoir d’autres expériences dans la vie ».  Je pense qu’il ne faut pas se lancer tout de suite et développer d’autres choses car le métier d’acteur est aléatoire. Il ne suffit par d’aimer ce métier. Il faut que les autres vous aiment, c’est quand même le plus important. En même temps, j’ai démarré assez tard, à 25 ans. Je crois que chaque acteur a son propre parcours. Il faut beaucoup de patience en tout cas.

Est-ce que ça vous a plu de jouer dans une série d’époque telle que « Outlander » ?

Ah, j’adore ! J’étais ravi quand on m’a proposé le rôle. En plus d’aller tourner en Écosse. Cette série est parfaitement écrite, c’est à la fois romantique et de la science-fiction. Mon personnage est très beau. J’aimais beaucoup ma partenaire Caitríona Balfe. C’est une femme magnifique et très sympathique. En fait, j’avais toutes mes scènes avec elle. J’ai beaucoup aimé travailler là-bas. J’ai dans mon cœur l’espérance forte d’y retourner.

Pour une nouvelle série ?

J’ai appris que l’auteure des romans « Outlander » Diana Gabaldon est en train d’écrire une espèce de suite dans laquelle mon personnage « Maître Raymond » est le principal protagoniste. Peut-être que cette suite se transformera en film, on verra.

Croisons les doigts.

Oui, croisons-les.

Est-ce qu’il y a des projets ?

Il y a toujours des projets que ce soit au théâtre ou à la télévision. Je suis en train de tourner pour ARTE une très belle série, très bien écrite, en Belgique. Elle s’appellera « Des gens bien ». J’ai donc des projets au théâtre et beaucoup de choses comme des enregistrement audios de livres (Audiolib) tels que la nouvelle traduction de l’ouvrage « Le Hobbit ».

Merci beaucoup pour ce moment.

Merci à vous. Elle était très bonne cette glace (rires collégiaux).

Et voilà, Dominique est lui aussi un amoureux des planches et aime particulièrement jouer au théâtre en parallèle de ses rôles au cinéma et à la télévision. Vous pouvez donc le voir sur Netflix dans la saison 5 et 6 de la série « Outlander » et tant qu’à faire, visionnez-la du début. Tout comme la série « Cassandre » sur Salto ou les derniers épisodes sur France TV. Si le frisson vous en dit, plongez avec Dominique Pinon dans le film « Alien la résurrection » disponible sur Amazon prime.

Cette semaine, vous découvrirez donc d’autres interviews réalisées au Popcon 2021 dont celle de Jacques Chambon, le célèbre Merlin de la série et du film « Kaamelott ». Une belle entrevue signée Clément du Cinéclem.

Merci à toute l’équipe du Popcon et au Manoir du Prince

Photo montage article : © YanRB

 

 

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire