Légende consacre son numéro 5 à Brassens ! Il vous le faut !

Nous vous avions déja présenté le numéro  consacré à Zidane, et voici que Légende poursuit son tour d’horizon des “must have” dans une bibliothèque en consacrant son 5 ème opus à un occitan pur jus : Georges Brassens. Webtoulousain,autrefois en pélérinage à Sète pour vous,  ne pouvait manquer l’occasion de vous le présenter !

Le format, bien que nous y soyons habitués, surprend toujours autant, et détonne ! C’est un mag majuscule, qui se déguste, vraiment ! Fidèle à son crédo de 70% de photos, 30 % de récit, Légende nous embarque de Sète, forcément, à Paris, pour une biographie très noir et blanc, qui retrace la vie du poète sétois, à grands renforts de photo d’archives, inédites pour certaines. On aura apprécié l’interview fleuve avec Maxime Le Forestier, un des nombreux admirateurs de la profession qui affirme que ” Brassens, ça se chante à quelqu’un”. Belle formule que n’aurait pas reniée le maître … Interview croisée aussi avec plusieurs artistes qui revendiquent l’héritage de Brassens, parmi lesquels le local Magyd Cherfi ou encore Philippe Delerm.

Que dire enfin de cette sublime “couv” d’un Georges Brassens, fait d’ombre et de lumière, tirant sur sa sempiternelle pipe.

Mention spéciale aussi pour le chapitre “Citations” que l’on dégustera avec un aphorisme pleine page et une photo pour l’illustrer sur celle qui lui  fait face (“L’amitié n’exige rien en échange que de l’entretien”) .

Le mot de la fin comme un bonbon pour mettre l’eau à la bouche, avec un passage de l’excellent édito qui démarre cet objet rare, à offrir ou à s’offrir!

“On a tous dans le coeur notre Brassens. On le reprend de préférence, avec les copains d’abord,un Brassens éternel comme s’il n’avait jamais cassé sa pipe,avec ses moustaches et son sourire en coin ,ses chansons qu’il fait sortir de sa guitare. Comme on a le vin gai ou triste, on a le Brassens tendre ou mélancolique, joyeux ou belliqueux, selon qu’il chante Margot ou le vieux Léon, les pandore ou les monte en l’air, qu’il sonne les cloches au bedeau, auj jeune comme au vieux con, ou embouche les trompettes de la renommée”

Légende, numéro 5 consacré à Georges Brassens, 20 euros, tous marchands de journaux ou libraires.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire