Zoom sur l’acteur Nathan Parent, Parrain du jury jeune du Festival International du Film de Fiction Historique 2021

Nathan Parent qui est bien connu pour ses rôles dans le film « La nouvelle guerre des boutons » et plus récemment dans la série « Mixte » est le Président du jury jeune du FIFFH 2021. Ou plutôt comme il le dit si bien : « Parrain du jury jeune, je trouve cela plus mignon ». Avec plusieurs jeunes il a la lourde tâche de départager des fictions historiques en compétition.

Bonjour Nathan, merci de nous accorder quelques mots.

Bonjour Vanessa, c’est un plaisir.

Nous sommes au Festival International du Film de Fiction Historique, et tu es ici en tant que Parrain du jury jeune ?

Oui, tout à fait. J’ai été très touché quand le festival m’a proposé d’être parrain du jury jeune et je suis très fier d’exercer cette mission. Comme on en parle entre comédiens, on a tous rêvé, jeune, d’avoir ces interventions. Mais on n’a pas eu la chance d’en avoir. Je suis très content de transmettre la passion du cinéma. En plus, là, c’est lié à l’école et à l’histoire donc c’est d’autant plus intéressant, même pour leur culture générale. Je suis content que ce festival existe pour cette transmission et cette vue de l’histoire cinématographique. Le FIFH donne la priorité aux élèves en permettant à plus de 2800 enfants d’accéder à des films historiques et c’est vraiment top !

Tu as pu voir les réactions des élèves ?

Oh oui, je peux dire que les jeunes sont très contents et intrigués. Ils se posent des questions. On vient de voir la série « Germinal ». Sans spoiler, il y a des scènes un peu plus dures et je les voyais réagir. Cela fait vraiment plaisir de les voir réagir ensemble en disant : « Mais comment ça se fait ? Pourquoi le monsieur fait du mal à la madame » ?

Quelles sont les fictions historiques en compétitions que vous devez départager ?

Alors, nous avons donc la série « Germinal », dont on a vu les deux premiers épisodes, et les films « Les femmes de l’ombre » et « Chocolat ».

Tu as déjà vu ces deux films ?

Non, c’est vraiment l’occasion de les découvrir avec eux et de débattre, c’est vraiment une chance. Déjà pour « Germinal » ils pèsent le pour et le contre.

Combien de jeunes font partis du jury jeune et vont remettre le prix des collégiens ?

Ils sont 10 normalement. On va regarder toute la compétition et après on va passer à la délibération, où chacun donnera son avis.

A leur âge, tu faisais tes premiers pas dans le film « La nouvelle guerre des boutons ».

Oui, même si j’avais fait un premier court métrage en 5ème . « La nouvelle guerre des boutons » était mon premier gros projet avec une grosse production française et grosse équipe. Je n’en garde que des bons souvenirs, c’était génial. On a tourné ça tout un été entre jeunes. On s’était créé une petite bande avec laquelle on a passé de très bons moments. Cette expérience m’a donné envie de continuer dans cette voie. Je me suis rendu compte que c’est en faisant ce métier que j’étais heureux.

Tes rôles ont toujours un rapport avec l’Histoire car après « La nouvelle guerre des boutons », c’est au tour de la série « Résistance » d’apparaître dans ta carrière.

Oui, tout ce que je touche, enfin la plupart de mes projets, a un rapport avec l’Histoire (rires collégiaux). « La nouvelle guerre des boutons » qui se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale, tout comme la série « Résistance ». Et là, je viens de tourner une série pour Amazon Prime qui se passe dans les années 60.

La fameuse série « Mixte ».

Oui, c’est la petite dernière. J’adore tourner et jouer dans des fictions historiques. Pour l’histoire, déjà, mais aussi pour les costumes qui sont incroyables !

Quel est celui que tu préfères parmi tous ceux que tu as pu revêtir ?

Oh, question difficile ! Ils sont tous bien. Ceux de la Seconde Guerre Mondiale sont très classiques. Dans la série « Mixte », il y avait une multitude de costumes, ça partait dans tous les sens, c’était génial ! Le look, les coupes de cheveux… Tout en essayant de se différencier, ce qui rend l’exercice super intéressant. Rien qu’en mettant le costume le matin, on est déjà dans le personnage et dans une autre époque.

Tu as l’air très attaché à ton personnage d’Henri dans la série « Mixte » ?

Oui, déjà quand j’ai lu le scénario je suis tombé amoureux de la série. C’est tellement bien fait et écrit que toute l’équipe avait des étoiles plein les yeux. Je pense qu’on a vraiment réussi à faire une série de qualité et j’en suis vraiment très fier. Quant à mon personnage d’Henri Pichon, je l’ai tout de suite adoré.

Oh oui, il est tout mignon.

Oui, le petit personnage tout gentil (rires collégiaux). Tiraillé entre toutes les personnes, car il veut faire plaisir à tout le monde. Il a aussi une évolution, car au cours de la série il va s’affirmer de plus en plus. Cette évolution par le fait qu’il rentre en seconde, qu’il y découvre plein de choses, en rajoutant que les filles sont là et se mélangent au groupe de garçons, créant de nouvelles discussions….

J’imagine, vu l’ambiance, qu’il y a dû avoir de sacrés fous rires ?

Oh oui, vu l’excellente ambiance et bonne humeur sur « Mixte », c’était le cas pratiquement tous les jours (rires collégiaux). J’ai souvent joué avec Lula Cotton-Frapier, qui est exceptionnelle.

Et après j’étais en trio avec mes deux potes Gaspard Gevin-Hié (Daniel Applebaum) et Antoine Werner (Didier Felbec) avec lesquels je me suis tout de suite entendu. En fait, c’était ainsi avec toute l’équipe, on a formé une petite famille. Je pense que le fait de réunir tous ces éléments dispersés donne une série d’une grande qualité.

Bon courage pour départager ces trois fictions, car ce n’est pas une mince affaire.

J’ai confiance (rires collégiaux). Que le meilleur gagne !

Nous avons retrouvé Nathan Parent après la cérémonie de clôture pour recueillir ses impressions sur les délibérations avec les jeunes, son expérience en tant que Parrain du jury jeune mais aussi ces prochains projets.

Alors ces délibérations avec le jury ?

Intenses et très intéressantes ! Chacun comme prévu a pu exposer ses idées, leur pour et leur contre sur les différentes fictions. J’ai adoré l’expérience, je vais en garder de merveilleux souvenirs, merci à l’équipe du Festival International du Film de Fiction Historique !

Donc, la série « Germinal » en haut du podium et prix des collégiens ?

Elle a fait l’unanimité et tout le monde est impatient de voir la suite des épisodes. La discussion avec les membres de l’équipe de la série a été très appréciée et cela a même donné envie à certain de lire le roman (rires collégiaux).

Mission accomplie ?

Oui, c’est une série qui mérite d’être vue par des jeunes pour comprendre les difficultés et la réalité de cette époque. Le choix a été unanime.

Coté projet, « La nouvelle guerre des boutons » fête ses 10 ans, et si mes informations sont exactes, tu vas retrouver une partie du casting lors d’un festival près de Narbonne, non ?

Oui, tu disposes de bonnes informations (rires). En effet, je vais participer au Festival “Les Enfants au Cinéma” du vendredi 15 au dimanche 17 octobre 2021 à Ouveillan à côté de Narbonne. Ce festival met en lumière des films avec des enfants qui sont maintenant devenus grands comme moi (rires collégiaux).

De belles retrouvailles avec tes camarades en perspective ?

Oh oui, 10 ans après, on est déjà des vieux (rires collégiaux). On fait déjà des rétrospectives de notre carrière (rires). Je suis très content de les revoir après tout ce temps.

Comme vous, le réalisateur Christophe Barratier est mis à l’honneur.

Oui, pour « Les Choristes » et bien entendu « La nouvelle guerre des boutons ». J’ai vraiment hâte et j’espère qu’il y aura du monde pour célébrer ce moment avec nous. En plus, on va pouvoir revoir les deux films sur grand écran, un réel plaisir.

Merci beaucoup, et on se dit à Ouveillan alors ?

Oui, avec grand plaisir Vanessa. On va bien s’amuser (rires collégiaux).

Diffusion de la série « Germinal » ?

Sachez que la série « Germinal » qui remporte le prix du jury jeune sera diffusée sur France 2 à partir du mercredi 27 octobre. Vous pouvez déjà la retrouver en intégralité sur la plateforme SALTO. Et nous aurons l’occasion de vous livrer prochainement l’entrevue avec l’équipe de la série que nous avons pu réaliser lors du FIFFH.

Où voir ou revoir les deux autres films de la compétition ?

Pour ce qui est du film « Les femmes de l’ombre » du réalisateur Jean Paul Salomé, avec qui nous avons échangé quelques mots, vous pouvez le retrouver sur la plateforme NETFLIX et « Chocolat » en VOD sur diverses plateformes comme RAKUTEN TV.

Festival “Les Enfants au Cinéma”

Renseignements sur le Festival “Les Enfants au Cinéma”, qui aura lieu à Ouveillan et Sallèles d’Aude près de Narbonne du vendredi 15 au dimanche 17 octobre, sur le site officiel du festival.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire