Au Festival Les Enfants au cinéma, rencontre d’Ilona Bachelier et Jean Texier alias Violette et Lebrac de “La nouvelle guerre des boutons”

Comme vous le savez, le festival Les Enfants au Cinéma a convié pour sa 1ère édition des invités de trois films différents dont deux du réalisateur Christophe Barratier : « Les Choristes » et « La nouvelle guerre des boutons ». Pour ce dernier 6 acteurs du film ont fait le déplacement pour participer à l’évènement et fêter les 10 ans du long métrage accompagné par la fille du réalisateur Violette Barratier, Marraine du festival. Ilona Bachelier et Jean Texier nous ont accordé une entrevue.

Et vous verrez, cette interview est très vivante et je laisse libre court aux échanges entre Ilona et Jean qui replongent dans leurs souvenirs.

Bonjour Ilona et Jean, hier dans le cadre du Festival Les Enfants au Cinéma, vous avez pu répondre aux questions des enfants de CM1/CM2, après le visionnage de « La nouvelle guerre des boutons ».

Jean : Oui, c’était excellent avec des enfants très intelligents et des questions parfois surprenantes mais très marrantes.

Ilona : Ça m’a fait trop plaisir de passer du temps avec des enfants. Mais c’est vrai que leurs questions étaient assez pointues quand même.

Jean : Certaines très pointues et d’autres étonnantes. Beaucoup de questions pour savoir ce qui vrai et n’est pas vrai dans le film.

Ilona : C’est toujours trop court ces moments-là !

Des enfants bien présents ?

Ilona : Oui c’était le cas. En revanche, Jean je pense qu’on a pris un coup de vieux quand on a su que le film est sorti avant leur naissance (rires collégiaux).

Jean : Oh oui, ils sont jeunes et vu que le film fête ses 10 ans, on prend une petite claque (rires).

Mais en tout cas, à la fin ils ne voulaient pas partir et essayer d’obtenir une petite photo et une dédicace de toute l’équipe.

Jean : On a essayé de faire le maximum et on a fait une photo avec chacun d’entre eux.

10 ans après, est-ce que je peux vous demander comment s’est fait la rencontre entre vous deux ? C’était lors du casting ou du tournage ?

Jean : Bonne question, c’était…

Ilona : On ne s’est pas rencontré en casting. J’ai fait le mien avec Thomas.

Jean : Tu es sure ?

Ilona : Oui il jouait ton rôle et non Laztec.

Jean : Non, je crois qu’il y a eu un casting ensemble aussi.

Ilona : Ah bon ?

Jean : Oui j’ai rencontré deux Violette potentielles en casting et c’est Ilona qui a été choisie. Normal c’est la meilleure (rires) ! Et après sur le tournage, c’était pour la scène d’escalade de nuit.

Ilona : Oh oui, c’était notre première et à mon sens la plus difficile par rapport au contexte et le fait que ce soit vraiment très tôt vu qu’il faisait encore nuit. Après j’avais moins de jours de tournage que vous.

Jean : Oui, je pense qu’au contraire j’en avais le plus avec 75 ou 57 jours (rires collégiaux). Ça faisait beaucoup beaucoup. Tu avais moins de scènes, mais à chaque fois c’était des grosses scènes. Des scènes avec beaucoup de pression sur les épaules.

Ilona : Je m’en souviens très bien. En plus pour en revenir à la première, tu étais trempé pour escalader.

Jean : Oui, il y avait de la pluie et j’avais froid.

Ilona : Tu avais un harnais, non ?

Jean : Oui c’est exact pour escalader le mur. Une scène relativement périlleuse et les gens sur le tournage étaient sous pression. Mais c’est des bons souvenirs !

Ilona : Oh oui, d’excellents souvenirs et c’est trop cool de se retrouver 10 ans après. C’est magique ! Personne n’a vraiment changé à part Clément, le P’tit Gibus.

Jean : Oui, le P’tit Gibus a beaucoup grandi. Il a plus de barbe que Lebrac maintenant (rires collégiaux).

Ilona : Là, je le regarde en l’air alors que je baissais les yeux avant pour lui parler.

Comment on se sent quand on fait un tel film et qu’on se voit fêter les 10 ans avec un tel retour du public ?

Jean : J’ai l’impression que le film fonctionne toujours même 10 ans après. Peut-être que comme le film « La guerre des boutons » ça va durer. Tout comme un Chaplin, on y croit.

Ilona : On lui souhaite !

Jean : Et je pense qu’au niveau des enfants ça prendra toujours.

Ilona : Oui, c’est un film d’enfants qui se battent et qui s’amusent. Il y a quelque chose d’innocent entre cette petite guerre des enfants et cette grande guerre présente dans le film celles des adultes et historique de la seconde guerre mondiale.

En te glissant dans la peau de Violette, tu comprenais la profondeur de cette époque ?

Ilona : On ne peut jamais vraiment comprendre cette époque sans l’avoir vécu. Mais à 13 ans, je pouvais me représenter des choses vues qu’en histoire on en avait beaucoup parlé. Les décors t’aident à te mettre dans l’ambiance. Plus petite, j’avais fait aussi un film « Mac Jacob » où les enfants étaient déportés. J’ai été bien préparé aussi par Christophe Barratier. Il y a l’histoire qui se détache mais tu ramène le jeu dans d’autres émotions avec l’histoire d’amour avec Lebrac où tu te raccroche à l’idylle pour en ressentir l’arrachement. Ce sont des choses universelles dans les yeux d’enfant.

Il y a un fameux Milicien incarné par Grégory Gatignol qui n’est pas super sympa lui.

Ilona : Oui (rires collégiaux).

Jean : Il joue très bien son rôle Grégory.

Ilona : Mais il est super gentil en vrai !

Jean : Totalement, en vrai c’est un amour !

Ilona : Il est adorable.

C’est vrai que là pour les deux films présentés au festival « La nouvelle guerre des boutons » et « Les Choristes » il n’est pas dans les gentils.

Jean : Non, mais il peut tout faire Grégory. C’est un très bon acteur !

Après cette aventure fabuleuse sur ce long métrage, retour aux études ?

Jean : Oui, j’ai fait des études dans le domaine de l’Art.

Ilona : J’ai fait Science-Politique et là je reprends des cours de théâtre. Je continue toujours à jouer à côté dans divers projets comme la série Nina sur France 2 ou dernièrement dans la mini-série « J’ai menti » qui passe actuellement sur France 2 également.

Au théâtre, je crois que tu as été à Avignon cet été pour défendre une pièce ?

Ilona : Oui, dans « Le cadeau des dieux », une création de James Bouteille et Anatasia Joux. On fait une tournée un peu partout en France. C’est la première fois que je monte sur les planches et c’est génial !

Jean un petit tour au théâtre ?

Jean : C’est beaucoup de pression le théâtre. C’est du live, on fait tout en direct. Je pense que je n’en suis pas capable. Petit, j’ai testé et je me mettais une telle pression que j’étais malade avant de faire la pièce.

Ilona : Mais tu es dans la création.

Jean : Je fais dans la création mais plus derrière la caméra. Je trouve que le cinéma est quand même plus calme que le théâtre. On a plus de chance.

Ilona : Oui parce que tu dessines, c’est un côté très artistique.

Un autre point de l’Art en effet le dessin. Comme des dessins aux crayons. Des portraits par exemple ?

Jean : Alors j’en fait mais je n’ai pas la prétention de faire de beaux dessins c’est plus du graphisme comme pour une affiche de cinéma. Et puis je reste dans l’Art aussi côté cinéma pour les décors, comme pour la création de costumes. Mais je suis ouvert aux propositions pour retourner un film, qui sait ?

En effet, une proposition comme celle venant de Christophe Barratier qui vous propose de retourner ensemble avec toute la petite bande.

Jean : Je ne pense pas. Christophe caste des enfants pour le moment précis où ils sont pour un rôle défini. Je ne crois pas qu’il retournera avec nous, mais en tout cas il fait encore de beaux films comme pour son dernier « Le temps des secrets ».

Ilona : Oui, c’est vrai. On est très content de l’accueillir ce dimanche au festival Les Enfants au Cinéma. Il fait tout le chemin alors qu’il ne devait pas venir car il a un emploi du temps très chargé.

Jean : Oui, Christophe Barratier sera là dimanche avec nous pour la projection du film « Les Choristes ». On est vraiment ravi.

Ilona : C’est trop trop beau !

Vous avez réussi à le décider ?

Ilona : Oui (rires collégiaux). C’est génial de sa part de nous rejoindre. Il nous fait un très beau cadeau de fêter les 10 ans de « La nouvelle guerre des boutons » avec nous et sa fille Violette.

Oui, la marraine de la toute première édition du festival. Ilona, tu es devant mais aussi derrière la caméra ?

Ilona : Oui, j’ai co-réalisée avec Johanna Ozanam le court métrage « Rosas y Espinas ». C’était une super expérience, j’ai hâte de le faire découvrir !

Et nous de le voir. Un petit mot ?

Ilona : Merci au festival Les Enfants du Cinéma de nous recevoir, c’est formidable de se revoir ici tous ensemble, même s’il manque des personnes.

Jean : Vive le cinéma ! Et oui merci de nous accueillir dans ce beau village.

Ilona : Cette belle région que je découvre car je n’étais jamais venu dans ce coin de la France. C’est très beau.

Programmation du Festival

Si je vous dis petite partie de pétanque avec les invités et projection du film “Les Choristes” et cérémonie de clôture. Pour toutes les infos, rendez-vous sur le site du festival Les Enfants au Cinéma.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Laisser un commentaire