Pascal Zenou, toulousain mélomane, se confie avant son Basca’Live

Portrait Pascal Zenou

Pascal Zenou est auteur compositeur interprète. Après avoir sorti son premier album il y a 25 ans, Le chanteur revient sur scène en 2022 avec un deuxième album ” Une ombre pour deux”. Il est notamment entouré de grand musiciens.

Comment avez-vous commencé la musique ?

J’ai commencé la musique très tôt. Depuis tout petit je fais du piano et de la guitare. J’ai ensuite découvert la basse et c’est devenu mon instrument car j’ai adoré. J’ai quand même continué à jouer des autres. Quand j’étais petit je voulais devenir le meilleur musicien du monde, j’avais des idoles à qui je voulais ressembler. Quand j’ai créé un groupe par la suite, j’ai compris que j’aimais écrire des chansons et surtout les interpréter. J’ai alors ouvert mon propre studio puis sorti mon premier album. L’album avait plu mais je n’ai pas voulu rester dans la musique, ce n’était pas le moment. Je me suis donc rangé dans une vie « conventionnelle ».

Vous avez de très grands musiciens à vos côtés, comment vous en êtes venus à jouer avec eux ?

C’est un concours de circonstances. J’ai commencé l’album avec une autre équipe de musiciens pour les 4 premières chansons. C’était des bons musiciens mais il n’y avait pas cette notion de groupe qu’on a aujourd’hui. 1 mois avant le confinement j’ai mangé avec Georges Baux (musicien au clavier). Il a écouté mes chansons et il en est tombé amoureux, je lui ai dit que j’en avais d’autres à faire et du coup il m’a proposé de collaborer avec lui et Laurent Faucheux (à la batterie) qui est un ami. On a commencé à travailler ensemble pendant le confinement puis on s’est vus en studio pour faire l’album quand ça a été possible. Au final s’il n’y avait pas eu le confinement on ne serait pas sur scène ensemble aujourd’hui.

Je compose la mélodie et ensuite je trouve le thème du texte qui correspond au climat de la musique si c’est plutôt une chanson triste, positive, une chanson d’amour, gaie… Souvent je trouve une formule comme dans la chanson « La clef sur la porte » et j’écris le texte derrière la formule.

La mélodie vous vient-elle avant ou après les textes ? Quelles sont vos inspirations comment écrivez-vous vos chansons ?

C’est la mélodie qui m’amène aux chansons. Je compose la mélodie et ensuite je trouve le thème du texte qui correspond au climat de la musique si c’est plutôt une chanson triste, positive, une chanson d’amour, gaie… Souvent je trouve une formule comme dans la chanson « La clef sur la porte » et j’écris le texte derrière la formule. Il faut bien sûr que ça rime et que ça fonctionne, c’est parfois compliqué. Il y en a qui font différemment

mais moi je suis très attiré par la mélodie avant tout, pou

r moi, l’émotion apparaît par la mélodie au début.

Pourquoi avoir sorti ce deuxième album 25 ans après ? Comment êtes-vous revenus à la musique ?

La vie a fait que j’ai fait d’autres choses et que je n’ai pas eu le temps ni l’énergie pour recommencer mais c’est revenu parce qu’une passion on l’a toujours en soi. Un jour j’ai rejoué comme ça pour faire de la musique et je me suis dit tient je vais recommencer à écrire. J’en avais envie. La vraie difficulté aujourd’hui c’est de croire en soi. Quand on recommence plus tard on a plus l’insouciance de la jeunesse alors il faut se dire « même pas peur, c’est ma passion je vais au bout ». Au fur et à mesure je me suis rendu compte que mes chansons plaisaient et donc j’avais une raison d’y croire. Maintenant je m’éclate sur scène.

Il faut se dire « même pas peur, c’est ma passion je vais au bout ».

Quels sont les projets pour la suite ?

Je vais faire un plateau au Bascala avec deux autres chanteurs [NDLR : Pascal Zenou partagera la scène avec Gabryël et Dorian Ruiz le vendredi 13 mais prochain]. Assi des clips en cours, mais le but là c’est de faire vivre l’album.

image pochette album

+1
1
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

2 réflexions sur “Pascal Zenou, toulousain mélomane, se confie avant son Basca’Live

Laisser un commentaire