Bad girls need love too 1rst round : hommage aux victimes de violences sexuelles.

bad girls need love too violences sexuelles

Gaëlle, notre rédactrice en chef est une insatiable de lecture. Au fil de celles-ci, elle a été chamboulée par l’une d’entre elles : le 1er tome de la Duologie Bad Girls need love too de Mel Guent , la toulousaine. L’histoire d’Alec, jeune homme brisé par la famille et Lou, victime d’un acte de violences sexuelles, qui par le plus grand des hasards, vont se croiser et ne plus se quitter.

En France , une jeune fille se fait violer toutes les 7 minutes. En 2019, plus de 22900 viols ont été commis en France, un chiffre en constante augmentation. Malheureusement il est très difficile pour les victimes de violences sexuelles de porter plainte et d’oublier.

Dans le tome 1 de cette duologie, nous faisons la rencontre d’une jeune fille « Lou », meurtrie par cette abominable épreuve de la vie (violences sexuelles) qu’elle a subi alors qu’elle profitait de la vie. Pour s’en sortir, elle s’est tournée vers les femmes. Malgré des aventures sans lendemain, elle n’arrive toujours pas , à se sortir ce cauchemar de sa tête.
Un jour, à un point de non-retour, elle décide d’en finir. Par le plus grand des hasards, elle va croiser le regard de cet être « Alec » tout aussi meurtri par la vie. Et là, c’est le début, quelque peu compliqué, d’une belle histoire.
Lou et Alec, Alec et Lou, ou l’histoire de deux êtres blessés par la vie, mais qui grâce au hasard, vont avoir la chance de pouvoir s’aider mutuellement.

Présentation des deux protagonistes :

Lou : c’est une jeune fille meurtrie par un acte de violences sexuelles (viols collectifs) des plus ignobles. Pour s’en sortir, elle a tué ses bourreaux. Elle s’est tournée vers la gente féminine pour essayer de s’en sortir. Malheureusement, un évènement comme celui-là est ancré en vous à jamais.

Ma bisexualité m’a donné du positif, c’est vrai, cela m’a permis de réapprendre à faire fonctionner le désir, maintenant il s’avère que je n’arrive pas à m’attacher… donc j’ai fait souffrir pas mal de femmes et je n’en tire aucune satisfaction.

Malgré ses aventures, elle n’arrive pas à aller de l’avant et décide d’en finir. Le jour J alors qu’elle s’approche du bord du quai du métro parisien ; sur la voie en face, dans la rame qui arrive le regard d’un jeune homme croise le sien. Et de là, je vous laisse découvrir la suite de leur aventure.

J’étais touchée qu’un homme ait autant d’attention à mon égard, même si je n’en comprenais pas le sens. C’était la première fois depuis des années que je laissais un homme m’approcher. De le laisser avoir un comportement gentil à mon égard m’étonna moi-même.

Alec : c’est un jeune homme maltraité par la vie. Sa maman s’est suicidée alors qu’il n’était encore qu’un adolescent et il a découvert son corps. Son père l’a totalement abandonné. Il s’en est sorti tout seul, mais de ce fait, c’est renfermé sur lui-même. Le jour où, il croise Lou, sa vie va basculer.

C’était une évidence, je la voulais dans ma vie et j e ne la laisserais plus jamais en repartir, peu importaient les conséquences de ses actes. Je la voulais mienne.

Je me sentais tellement bien avec elle, j’aurais voulu que le temps s’arrête pour passer l’éternité dans ses bras.

Synopsis :

Ce premier tome s’est comme le début de l’histoire, l’installation des sentiments, des quiproquos. Les débuts sont plutôt chaotiques voir marrant. Mais petit à petit, Alec va réussir à lui faire tomber le masque, laissant entrevoir les failles de chacun. L’un et l’autre vont se soutenir même si les débuts vont être compliqué. L’un va soutenir et aider l’autre est inversement. Chacun va se confier à l’autre et lui présenter ses démons.

Je n’ai rien à te pardonner, Lou,  tu as un passé comme tout le monde, même si le tien est plus sombre que la normale. Mais sache que j’avais déjà accepté  le tien le jour où je t’ai sauvée dans le métro. Tu es celle que je veux à mes côtés, parce qu’évidemment que moi aussi, j’ai des sentiments pour toi, Lou! Et fuir pour me protéger n’y changera rien, c’est avec toi que je veux être et personne d’autre !

Il était ma résurrection, mon essence, mon oxygène et le faisait presque oublier que la police était à ma poursuite.

Ce livre est pour certains un exutoire, mais pour d’autres, un miroir de soi-même. Ici Mel Guent, a voulu montrer qu’une jeune fille, victime de viol, peut s’en sortir sans les hommes. Et que malgré le carcan de notre société, nous n’avons pas forcément besoin d’un homme pour s’en sortir. Prochainement , nous vous présenterons la suite des aventures de Lou et Alec.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

2 réflexions sur “Bad girls need love too 1rst round : hommage aux victimes de violences sexuelles.

Laisser un commentaire